et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mercredi 21 décembre 2011

Joyeux Noël et bonnes Fêtes de fin d'année

Mon blog se met en vacances pendant une dizaine de jours.
Je vous souhaite un très joyeux Noël, des bonnes fêtes de fin d'année, de doux et tendres moments avec les personnes que vous aimez et je vous dis à l'année prochaine ! Bises à vous toutes et tous.

- Je vous laisse en compagnie de Graeme Allwright qui interprète "Petit garçon", une jolie chanson de Noël.


lundi 19 décembre 2011

La Diva aux pieds nus nous a quittés

Cesaria Evora nous a quittés samedi dernier, 17 décembre.
J'avais eu le plaisir d'aller à l'un de ses concerts il y a déjà quelques années. Je la découvrais alors. Une femme et une voix inoubliables.
Adieu Cesaria...

  

Si vous ne la connaissiez pas, vous pouvez cliquer sur ce lien pour la découvrir --> Cesaria Evora

mardi 13 décembre 2011

Instant magique... et les mots de Barbara...

Il est 8 h. Je ne vais pas tarder à commencer ma journée de travail. J'ouvre les volets. Et alors !... des couleurs merveilleuses s'offrent à moi ! Le soleil n'est pas encore levé, mais il se prépare. Là-bas, au loin, le ciel est rouge écarlate. Plus en avant, il est bleu clair, avec des nuages légèrement cotonneux d'une couleur rose et parme. Sur la gauche, un énorme nuage s'étale, un nuage bleu sombre, bleu marine. C'est absolument magnifique ! Je suis émue tellement le spectacle est beau, je n'arrive pas à détacher mes yeux de ce cadeau que m'offre le ciel.
8h 15. Les couleurs ont changé. Le rouge a disparu. Restent le bleu ciel et ce gros nuage bleu marine qui s'éloigne et qui s'éclaircit petit à petit.
Instant bref mais que j'ai pu saisir et savourer. Merci la nature !
En temps ordinaire, je serais allée chercher mon appareil photo pour fixer ce lever de soleil. Mais ce matin, j'ai juste eu envie de le regarder et d'être présente uniquement à cet instant.
Je vous souhaite une bonne journée, aux couleurs aussi belles que le furent celles de ce lever de soleil.

Photo prise sur internet.


 Pour Marie :-)

mercredi 7 décembre 2011

VIVRE de Monique Lucchini

Ce soir, je suis allée à la médiathèque choisir de nouveaux livres. Je suis revenue avec un petit recueil de poèmes de Monique Lucchini. Je ne la connaissais pas du tout, je la découvre donc ce soir. Elle vit en Haute-Loire, tout comme moi ! J'ai donc feuilleté son recueil, et j'ai eu un coup de coeur pour ses mots, pour ses textes. Alors, juste pour le plaisir de le partager avec vous, voici l'un d'eux, tiré de son recueil intitulé : "Au-delà du Néant"

VIVRE 

Et le cri dans le coeur
s'est libéré
Et le souffle dans la poitrine
s'est engouffré
Et la vie dans le sang
a pénétré 
La lumière a jailli 
Pure 
dans le bleu de l'immensité 

Monique Lucchini

lundi 5 décembre 2011

Que devient le petit bonhomme courageux ? / 15

Que devient le petit bonhomme courageux ? Le petit bonhomme courageux continue de lutter, de lutter et de vaincre ! Je vous en parle moins souvent car les progrès sont moins spectaculaires maintenant, mais pourtant, il progresse toujours, lentement mais sûrement.
La dernière fois que je vous en ai parlé, c'était mi octobre, je vous disais qu'il marchait dorénavant tout seul, mais il se sécurisait tout de même en visant un point, un appui à atteindre. Il a pris beaucoup d'assurance depuis. Tout récemment, encore, alors que nous étions de fête, il n'a pas hésité à traverser la salle, au milieu de plein de monde, sans peur, et vaillamment. Il avait trop envie de suivre et de jouer avec ses petits cousins. Je sais aussi, depuis hier soir, qu'il descend les escaliers tout seul. Bien sûr, son papa ou sa maman se mettent devant lui au cas où, mais c'est une sacrée victoire aussi ! Et puis, il court aussi, il court ! tout en donnant la main à quelqu'un, bien sûr, mais il court ! Quelle vie il a ce petit bonhomme ! Lorsque mon fils me téléphone, c'est d'abord lui que j'ai au bout du fil. J'adore entendre sa petite voix : "Mamiiiiie !" J'en souris et en suis toute attendrie en y pensant. Et tandis que son papa me parle, je l'entends derrière, qui rit, qui parle ! Il a une vitalité, une vie en lui ! et cette vitalité, c'est ce qui l'a sauvé, et le fait progresser encore et encore. Bien sûr, il fait quelques frayeurs à ses parents, parfois, bien involontairement. Par exemple, lorsque soudain il se plaint d'avoir mal à la tête, ou au ventre. C'est vrai que les jeunes parents sont toujours sur le qui-vivre (lapsus, je voulais dire : qui-vive), malgré tout, et cela se comprend. Mais ce qui aide énormément le petit bonhomme, c'est que ses parents lui font confiance, et ne sont pas toujours à lui dire : "Attention !" Ils le surveillent, ils sont vigilants, mais ils lui font confiance, et je trouve que c'est énorme ! et cela l'aide dans sa progression, sans aucun doute. Le plus long à revenir est la mobilité de son petit bras et de sa petite main gauches. Mais nous avons confiance, j'ai confiance, il faudra peut-être du temps, mais un jour, la vie reviendra aussi dans ce petit bras et dans cette petite main. 
Je parle bien évidemment moins de mes trois autres petits-fils, car ils "poussent" sans problèmes particuliers, ils ont cette chance. Mais je les aime tout autant, d'un amour très fort. Lorsque mes amies, grand-mères avant moi, me disaient : "Tu verras quand tu seras grand-mère, comme tu les aimeras tes petits-enfants". Eh bien, oui, elles avaient raison, comme je les aime mes quatre petits gars !... comme je les aime !!!... (sourire)

vendredi 2 décembre 2011

Etes-vous rancunier, êtes-vous fâché ?

Faites-vous partie des gens qui ruminent et ressassent des rancoeurs pendant des semaines, des mois, voire des années ? Faites-vous partie des gens qui se fâchent facilement ? Ou bien oubliez-vous vite, et savez-vous ne pas tenir rigueur à ceux qui vous ont peiné, blessé ou déçu ?
Je ne suis pas rancunière, et ne le serai sans doute jamais, ou si je le suis, cela ne dure jamais très longtemps. Je pense que ressasser des histoires anciennes nous fait avant tout du mal à nous. Entretenir en nous de sombres pensées nous empêche de retrouver la sérénité. Et c'est du temps et de l'énergie perdus à jamais.
Je ne sais pas me fâcher non plus. J'ai d'ailleurs du mal à comprendre comment on peut se fâcher avec soit un membre de sa famille, soit un ami ou une amie. Il me semble que l'on peut toujours résoudre un différend en discutant, en y mettant un peu de bonne volonté. On peut s'expliquer sur le problème, c'est plus enrichissant que de s'enfermer dans un mutisme chacun de son côté. N'est-ce pas un peu puéril de se fâcher alors qu'il suffirait parfois d'un geste, d'un mot, pour que tout s'arrange. C'est souvent l'orgueil, l'amour-propre qui empêche de revenir (foutu orgueil !). Je trouve qu'il y a assez de violences et de guerres dans le monde, pourquoi en créer, en plus, pour bien souvent des broutilles qui n'en valent pas la peine ? ou des malentendus que des mots suffiraient à éclaircir. C'est trop bête, je trouve, non ? Enfin, c'est mon point de vue. Je n'ai peut-être pas été confrontée à des choses qui valaient vraiment la peine de se fâcher pour de bon, après tout. Mais je pense aussi aux personnes qui ne se sont pas réconciliées avant le départ de l'un ou de l'autre, et alors combien de remords et de regrets ! C'est vrai que ce sujet me met aussi un peu en colère, car je connais des personnes qui souffrent à cause de cette situation, qui la subissent, et qui en sont malheureuses parce que privées de la présence de personnes qu'elles aiment... Je trouve cela navrant et triste... C'est dit.

lundi 28 novembre 2011

Dans l'eau de la claire fontaine

Il y a certaines dates qu'on n'oublie pas...
Cette date approche, ce fameux matin du 30 novembre 2009...
Les pleurs ont séché, mais la nostalgie de la présence subsiste.
Mais mon frère aimait rire avant tout, il aimait jouer de la guitare, il aimait chanter, et il aimait Georges Brassens. Alors, pour lui, cette chanson: "Dans l'eau de la claire fontaine...", une chanson que j'aime et que je lui dédicace.



vendredi 25 novembre 2011

La simplicité, c'est ce qu'il y a de mieux !

Inviter la famille, les amis, les copains, à venir partager un repas à la maison, ce devrait être plutôt sympa, non?... Mais pourquoi donc voulons-nous à tout prix faire de la grande cuisine, mettre les petits plats dans les grands, passer un temps fou au fourneau, avoir une maison impeccable, faire le ménage à fond! et ensuite se retrouver fatigué(e), éreinté(e) lorsque nos invités arrivent et ainsi ne pas pouvoir profiter pleinement de leur présence comme nous l'aurions souhaité!
N'avez-vous pas remarqué comme les invitations de dernière minute sont souvent les plus réussies, parce qu'on ne se prend pas la tête avec tout ce tralala! On fait simple, on ne fait pas de chichis, on cuisine avec ce que l'on a, tout le monde met la main à la pâte, la maison est comme elle est, en désordre ou pas, et tout le monde passe un excellent moment! Non?... Restons simples, la simplicité, c'est ce qu'il y a de mieux!... à mon avis... (sourire)

dimanche 20 novembre 2011

Je fais confiance

Je reviens sur un thème que j'ai déjà abordé il y a un an à peu près: la confiance. Et en l'occurrence, ce soir, je me pose ces questions: Ferais-je trop confiance en les gens ? Serais-je trop naïve, parfois ? Si c'est le cas, en tous cas, je vous le dis tout de suite... j'assume !... (sourire)

C'est vrai que j'accorde facilement ma confiance et que je ne mets pas en doute la véracité des paroles, des propos que peuvent m'adresser les gens. Pourtant, il m'est déjà arrivé que l'on me raconte des bobards, mais malgré cela, je continue à faire confiance. Je pense que si l'on se met à douter, on devient vite parano et on ne croit plus personne. Si l'on accorde sa confiance en les gens, ceux-ci sont touchés et nous rendent cette confiance. Je le vois ainsi. Une relation ne peut être saine et ne peut durer que si l'on se fait confiance, d'un côté comme de l'autre, c'est indispensable pour sa longévité.

Pourtant, et là, vous allez peut-être bondir, je pense que faire confiance signifie aussi accepter des petits mensonges de la part de l'autre, fermer les yeux dessus, ne pas en parler même si l'on s'en aperçoit. Après tout, tout le monde a le droit de dire des petits mensonges s'ils ne causent pas de tort à l'autre. Ceux-ci permettent peut-être de se ménager un petit jardin secret qu'il est bien légitime d'avoir et qui ne met pas la relation en péril.

Et vous, et la confiance ? Dites moi...

mardi 15 novembre 2011

Pleine conscience et méditation

Tous les quinze jours, une fois par semaine, je rejoins un groupe de méditation. C'est un jeune couple bouddhiste qui organise ces soirées, soirées gratuites je le précise et ouvertes à tout le monde, que l'on soit bouddhiste ou non. Je m'y rends, et je ne suis pas bouddhiste. Le but est de se réunir et de partager ces moments de méditation et de pleine conscience ensemble.
Nous commençons la soirée par une marche en plein air en pleine conscience. Il s'agit d'une marche lente et dans le silence. L'intérêt : être dans l'instant présent, être présent à ce qui est là et maintenant, lâcher prise avec les pensées parasitaires qui nous prennent trop d'énergie et qui nous fatiguent. Si vous arrivez à être dans l'instant présent, ces pensées parasitaires n'arrivent pas à prendre prise sur vous. Vous les regardez juste passer, vous ne les jugez pas, vous ne les interprétez pas, elles ne prennent pas possession de votre mental, car vous êtes dans le moment présent (j'espère être claire... :-)). Et de plus, vous pouvez apprécier pleinement cette marche, le paysage, le chants des oiseaux, car vous êtes dans ce que vous faites, et non ailleurs.
Après environ trente minutes de cette marche en pleine conscience, nous rentrons et nous nous installons dans le silence toujours, dans la salle de méditation. La salle est en fait une salle de restaurant végétarien tenue par une jeune femme faisant partie du groupe, et aménagée à cette occasion en salle de méditation. Nous nous installons sur des cousins, des petits bancs ou des chaises, comme nous en avons envie, le principal étant d'être bien, et nous pratiquons environ quarante cinq minutes de méditation, soit guidée, soit dans le silence. Ensuite, une personne lit un texte de Thich Nhat Hanh tiré du livre "La respiration essentielle". Et enfin, une lecture au choix d'un des participants est lue également. Nous finissons généralement en buvant un thé.
Ces soirées apportent beaucoup de calme et de bien-être. Et ce n'est pas une secte ! comme beaucoup le pensent et le disent. C'est un groupe accueillant, bienveillant et aimant. J'ai été informée de ces soirées par Isabelle, le maître de Reiki, qui m'initie à cette discipline. C'est avec ce groupe que, récemment, j'ai pu revivre un rêve durant un dimanche de pleine conscience.
Est-ce que certains d'entre vous connaissent ou pratiquent la pleine conscience ? la méditation ? C'est tout nouveau pour moi, j'ai commencé en septembre dernier, et je dois dire que cela m'apporte beaucoup en sérénité, et cela m'apprend encore plus à être à l'écoute de mon corps, de mon coeur et à l'écoute des autres, aussi.
Voilà, j'avais envie de vous en parler... (sourire)
Et maintenant à vous de vous exprimer à ce sujet, si le coeur vous en dit... :-)

dimanche 13 novembre 2011

T'es où ?... Tu fais quoi ?... T'es seul(e)... ?

Ces trois questions sont celles que nous posons régulièrement à nos compagnons, à nos amis ou à nos proches, lorsque nous les appelons avec nos téléphones portables.
Etrange, non ? surtout quand on sait que ce sont les trois questions que posent régulièrement et d'une façon répétée les jeunes enfants à leurs parents (plus particulièrement à leur maman).
Sommes-nous donc encore imprégnés par cette peur de l'abandon, de l'oubli, de l'absence ? A méditer...

Réflexions tirées de ma lecture de "Virtuel, mon amour" de Serge Tisseron.

mercredi 9 novembre 2011

Quand la nature se défend...

L'histoire du noyer

Cécile* habite un petit village perdu dans la montagne. Dans ce petit village vivent également, six mois dans l'année, dans leur résidence secondaire, Maurice* et Denise*.
Un matin, en se levant, Cécile entend un bruit de tronçonneuse. Etonnée, elle sort pour voir qui peut donc couper du bois si tôt. Elle voit alors Maurice en train de commencer à couper une branche à un superbe noyer. Il a appuyé son échelle sur le tronc de l'arbre. Elle va alors le voir et lui demande pourquoi il s'en prend à ce si bel arbre qui regorge de si belles noix, et de plus, qui ne lui appartient pas! "Il me cache la vue! Je vais le couper!" "Mais il faudrait peut-être demander avant au propriétaire?" Il ne lui répond pas et continue de scier. Cécile s'en va, très contrariée.
Ayant prévu d'aller faire des courses en ville et d'aller voir une amie, elle part pour la journée. Le soir, tracassée par cette histoire de noyer, elle retourne sur le lieu du "crime". Et elle voit, avec bonheur, que le noyer est toujours là. Par contre, une branche a été... arrachée, elle gît par terre. Bon, elle se renseignera le lendemain matin. Mais elle n'a pas à attendre, car Denise, la femme de Maurice, la voyant passer, court vers elle, et lui dit que son mari, en voulant couper la première branche de l'arbre, est tombé de l'échelle. La branche s'est cassée d'elle-même, et l'a entraîné dans sa chute. Il s'est cassé une côte, et a au moins cinq points de suture sur la tête... Il s'en tire bien, il aurait pu se faire bien plus mal... Ce n'était peut-être pas une bonne chose de vouloir couper un arbre en si bonne santé, un arbre qui ne lui appartenait pas? En tous cas, Maurice et sa femme sont repartis chez eux pour les mois d'hiver, et le noyer peut être tranquille, je ne pense pas qu'il soit à nouveau en danger...

La morale : Si un beau noyer, en pleine santé, regorgeant de beaux fruits, vous cache la vue ! surtout, laissez-le en paix!... :-)

Voilà. Cette histoire, véridique, m'a amusée, j'ai eu envie de vous la raconter (sourire).

* Prénoms d'emprunt

dimanche 6 novembre 2011

Pensées positives, méditation

Certaines périodes, la vie s'acharne à nous mettre des obstacles ou à nous infliger des épreuves à répétitions dont on se passerait volontiers, cela soit à nous, soit à des proches ou amis. Cela s'appelle la loi des séries. Dans ces moments-là, nous avons du mal à rester positif, le moral en prend un coup. C'est normal. Pourtant, et j'en ai déjà parlé dans un ou des précédents billets, je crois fermement aux bienfaits de la pensée positive. Et je veux continuer à y croire. Les soirées méditation auxquelles je vais m'y aide fortement. Soirées dont je vous reparlerai d'ici quelques jours.
Ce soir, je pense tout particulièrement à deux personnes qui ont actuellement des problèmes de santé. Je leur envoie plein d'ondes et de pensées positives, plein de bonne énergie, plein de force, afin que tout se passe bien dans ce qui les attend.

mercredi 2 novembre 2011

Le tag de Rêva

Rêva m'a taguée voici quelques jours. (Merci Rêva  :-))
Voici donc les questions et les réponses au tag.

Quel est, pour vous, votre plus gros défaut ?
Mon plus gros défaut est certainement le manque de confiance en moi. Mais j'y travaille et il paraît que ces derniers temps, j'ai fait beaucoup de progrès !... (sourire)

Que penseriez-vous d’une personne ayant vos traits de caractère ?
Je penserais qu'il faudrait qu'elle arrête de douter d'elle-même et qu'elle arrive enfin à mordre la vie à pleines dents sans se poser de questions et qu'elle laisse ses complexes au vestiaire !... Ah mais !... (sourire)

Avez-vous déjà connu un amour interdit ? 
Certainement en rêve, mais je ne vous raconterai pas !... :-)

Que voyez-vous dans votre avenir ? 
Je ne vois rien du tout, je n'aime pas me projeter dans l'avenir, ou du moins je n'aime plus, l'avenir est trop incertain. Je préfère vivre au présent, profiter du présent, et ne pas me projeter.

De quoi est né votre dernier fou rire ?
Mon dernier fou rire remonte à juste trois jours. Je l'ai pris alors que je circulais en voiture avec l'une de mes amies et que je lui racontais pourquoi justement elle avait failli me faire prendre un fou rire à cause de bruits incongrus venant de son estomac alors qu'un grand silence régnait dans la pièce où nous étions et que l'instant demandait un certain recueillement... Je sais, c'est balot, mais ce sont des trucs comme cela qui me font rire... De plus, avec cette amie, nous sommes spécialistes de ce genre de fou rire... (sourire) Et puis, en cette période, cela fait du bien.

Celles ou ceux qui en ont envie, je les tague ! Je ne nomme personne, mais dites le moi si vous le faites... A vous de jouer !... :-)

mardi 1 novembre 2011

Et maintenant, on fait quoi ?

L'important n'est pas de se demander pourquoi tel événement nous arrive et de perdre ainsi du temps et de l'énergie à essayer de comprendre. L'important est de se poser la question : Et maintenant, on fait quoi ?

mardi 25 octobre 2011

Un rêve revisité

Il y a deux semaines, je suis allée à une journée de Pleine conscience. Je vous reparlerai de cette journée une autre fois, mais ce soir, j'ai envie de vous en raconter juste un instant, mais un instant fort pour moi.
Nous étions un groupe de 14, et se trouvait avec nous, Chantal, une intervenante astrologue, psychothérapeute et prof de Qi Gong. Le thème du jour était "le rêve". Moi qui rêve beaucoup, vous pensez bien que j'étais intéressée. Chacun à notre tour, si nous le désirions, nous pouvions raconter un rêve, récent ou ancien, un rêve en tous cas qui nous avait marqués. J'ai eu envie de raconter un rêve que je faisais il y a déjà plusieurs années, un rêve récurrent, qui se terminait invariablement en cauchemar. Je rêvais que j'étais chez moi, dans ma maison, seule, et que quelqu'un frappait à la porte. Dans ce rêve, je ne voulais surtout pas ouvrir la porte, car il y avait un danger terrible si je l'ouvrais. Alors je criais dans mon rêve pour me réveiller et je me réveillais sans savoir ce qui se trouvait derrière la porte. La journée, je me disais qu'il fallait absolument que je me débarrasse de ce rêve, et qu'il faudrait que j'ouvre cette porte la prochaine fois que je ferai ce rêve. Ce que je fis quelques jours suivants. A nouveau dans mon rêve, j'entendis frapper à la porte, et au lieu de crier, je décidai de l'ouvrir. Ce que je fis. Je me trouvai alors face à face avec une petite fille blonde aux yeux bleus (moi, oui, j'étais blonde lorsque j'étais petite). Mais curieusement, dans ce dernier rêve, car je ne le refis plus après, j'attrapais cette petite fille par le bras, et l'envoyais furieusement valdinguer dans les airs pour m'en débarrasser !... Pourquoi cette violence après elle ?... je n'en savais rien, mais je ne refis pas ce rêve.
J'expliquai donc ce rêve à Chantal et aux autres personnes. Chantal me demanda si j'étais d'accord pour revivre ce rêve, mais en le revivant actuellement, avec les gestes que j'aurais maintenant à l'égard de cette petite fille. J'acceptai. Je recommençai donc à raconter mon rêve, jusqu'au moment où j'ouvre la porte et me trouve face à face avec cette petite fille. "Que fais-tu, alors, maintenant ?" me demande Chantal. "Là, je la prends par la main, et l'attire doucement vers moi." "Et puis ?" "Je la prends dans mes bras, et la serre tendrement." "Et maintenant, que fais-tu ?"... Très émue, et au bout d'un moment qui me semble interminable, je finis par dire : "Et je lui dis que je l'aime...". Moment de silence... Cette petite fille dans mon rêve était moi, moi qui n'arrivais pas à m'aimer, que je rejetais, que je violentais... Et maintenant, me suis-je enfin réconciliée avec moi ?... Ai-je enfin appris à m'aimer ?... Oui, je crois bien que oui...

mardi 18 octobre 2011

Des nouvelles du petit bonhomme / 14

Cela fait déjà quelques semaines que je ne vous ai pas donné de nouvelles du petit bonhomme courageux, en voici donc.
Le petit bonhomme va toujours de mieux en mieux. Il marche maintenant presque sans boiter, en pliant bien son genou, et sans donner la main à quelqu'un. Il adore marcher, il redécouvre, il aurait envie de courir aussi, mais patience, petit bonhomme, ce sera pour bientôt. Le petit bras retrouve lui aussi un peu de sa mobilité.
Le petit bonhomme retrouve aussi son caractère d'avant, celui d'un petit garçon qui dit "non !", que ses parents sont obligés de punir un peu car il fait des sottises et n'obéit pas. Mais ses sottises font presque plaisir, ses parents retrouvent vraiment le petit garçon d'avant, avec son caractère bien à lui ! (sourire)
Samedi dernier, Noé et ses parents sont retournés, en visiteurs cette fois-ci, au service de l'hôpital où il avait été pris en charge lors de sa rupture d'anévrisme. Les soignants, qui n'avaient pas oublié ce petit garçon et ce qui lui était arrivé, n'en revenaient pas de le voir ainsi, marcher dans les couloirs, heureux de vivre et si plein de vie, eux qui ne lui donnaient que si peu de chances de s'en sortir. Ils ont même prononcé le mot "miracle"... Moment émouvant, pas forcément facile pour les jeunes parents, mais qu'il était sûrement nécessaire de faire pour exorciser tous ces mauvais souvenirs...

**********
 Mon amie Marie vient de m'envoyer la photo de ce petit nounours tout mignon, 
« en cadeau pour ti-Noé, ses parents et ses grands-parents »
 « Plus fort la vie !!! », me dit-elle... (sourire).

Merci Marie, je mets ce joli petit nounours ici... :-)

Ce joli petit nounours a été peint par une amie de sa fille : Nanou Herman.

jeudi 13 octobre 2011

Petite introspection...

Depuis quelques temps, je me rends compte que je suis en train de changer. Une autre perception de la vie, une autre perception du temps, un je ne sais quoi, mais un changement évident est en train de s'effectuer. Ce changement, je ne le contrôle pas, il se fait naturellement.
Peut-être est-ce que cela a débuté après l'accident de mon petit-fils ?
Peut-être est-ce que cela s'est accentué depuis les soins de Reiki prodigués par Isabelle ?
Peut-être est-ce dû à d'autres choses que je ne peux encore définir ?
Je ne sais pas, c'est peut-être un tout. Mais ce qui est sûr, c'est que je me sens beaucoup plus dans la réalité. Cela ne veut pas dire que je ne rêve plus, non, mais je me sens plus présente dans ce que je fais, plus présente avec les personnes qui m'entourent, plus disponible, plus à l'écoute.
Et puis, comme j'en parlais sur l'un de mes précédents billets, j'ai moins besoin de planifier les choses, de m'imposer des activités, j'ai moins l'angoisse du "non prévu", moins l'angoisse du temps qui passe... Bref, je vis au présent.
Je me sens moins compliquée, aussi. Je prends les choses comme elles viennent, sans me prendre la tête pour savoir le pourquoi du comment, sans me poser la question de savoir si cela se fait ou pas. L'important est que je soie d'abord en accord avec moi-même, et je le serai alors avec les autres.
Je relativise ce qui doit l'être, pour me soucier uniquement de ce qui le mérite ou de ce qui a un sens, du moins pour moi.
Dans ma maison, j'ai fait beaucoup de vide, de tri, ces derniers temps, beaucoup de rangement aussi, de nouvelles dispositions, de nouveaux aménagements. Du rangement dans la maison, mais dans ma tête aussi... ce qui va souvent de pair.
J'ai aussi jeté plein de brouillons de billets qui étaient en réserve depuis plusieurs mois, voire plusieurs années même, mais qu'il me paraissait maintenant tellement puéril, tellement inutile de publier.
Peut-être suis-je à un stade de ma vie où j'arrive enfin à lâcher-prise avec des choses qui m'encombrent, qui m'immobilisent, qui m'empêchent de respirer. Je ne sais pas ce que ce changement signifie, mais je pense que tout changement est une réponse à une question, même si celle-ci est encore inconnue de nous, tout changement est porteur d'énergie nouvelle, tout changement ouvre de nouvelles portes. Alors, allons-y... :-)

mercredi 12 octobre 2011

En deux mots - Yves Jamait

J'adore cet artiste, sa voix, sa musique, ses textes. Il m'émeut énormément.
Si vous ne le connaissez pas encore, ne repartez pas sans le découvrir...


Les paroles --> ici
.

mercredi 5 octobre 2011

Biennale internationale d'art Hors les Normes 2011

Du 1er au 9 octobre, en ce moment donc, à Lyon, se tient la Biennale internationale d'art Hors les Normes. Cliquez sur ce lien : Biennale et sur celui-ci Les artistes exposants, vous y verrez des œuvres étonnantes, et pas du tout académiques...
Si vous en avez la possibilité, allez-y ! il paraît que cela vaut vraiment le détour. Moi, je ne pourrai pas m'y rendre, et je le regrette bien... l'année prochaine, peut-être...
Mais si certains d'entre vous y vont, je compte sur eux pour me raconter et me dire ce qu'ils en auront pensé !... :-)

lundi 3 octobre 2011

La rentrée et la reprise des activités

Les années précédentes, et ceci depuis déjà longtemps à la rentrée, j'avais le besoin de m'inscrire à un "tas" d'activités, que ce soit la chorale, la gymnastique, la danse, le tai chi chuan, la peinture, etc., comme s'il fallait absolument que je rythme mes semaines avec ces activités, comme si j'avais peur de m'ennuyer, comme si j'angoissais à l'idée de n'avoir rien de programmé, rien de défini, pour les jours de la semaine.
Cette rentrée, je n'ai pas eu envie de m'inscrire à une quelconque activité, je n'ai pas eu envie d'avoir un rythme à suivre : le mardi, cours de..., le jeudi, cours de..., etc. Je n'ai pas eu envie de m'imposer des sorties. En fait, je crois que cette angoisse de ne "rien avoir de prévu" a disparu. La seule sortie à heure fixe et jour fixe, et encore j'y vais juste si je le veux et quand je le peux, car il n'y a aucune obligation, est une soirée "méditation et réflexions sur la pleine conscience" qui a lieu une fois tous les quinze jours, une sortie libre et gratuite (en plus !...) D'ailleurs, je vous en reparlerai, car ces soirées sont très riches et m'apportent beaucoup en sérénité et en zénitude... Ensuite, j'ai pris une carte d'abonnement au cinéma du coin pour pouvoir me faire une sortie cinoche lorsque l'envie me prendra et lorsqu'un film m'incitera à y aller. J'ai pris également un abonnement dans une nouvelle médiathèque, pour avoir le plaisir de feuilleter et choisir quelques bons livres. Et puis, mais ce ne sera qu'en début d'année prochaine, je continuerai ma formation au Reiki.
Voilà donc une rentrée calme et sans sorties programmées, et cette rentrée, c'est tout à fait ce qu'il me convient, avoir le moins d'obligations possibles, vivre à ma guise, à mon rythme surtout, autant que je le peux. Et ne pas m'éparpiller...

Et vous, avez-vous besoin d'avoir un programme bien établi pour votre semaine, ou bien laissez-vous libre de votre programme au jour le jour ?...

mercredi 28 septembre 2011

Résultat de l'IRM : Tout va très bien ! / 13

Je viens enfin vous donner les résultats de l'IRM que le petit bonhomme a passé ce matin. Tout va très bien !!! (sourire) La valve continue de bien régulariser la pression crânienne, et le petit bonhomme ne risque donc pas de souffrir d'hydrocéphalie. Les cellules détruites lors de la rupture d'anévrisme (cela fait quatre mois aujourd'hui...) sont en train de se reconstituer lentement. Après l'examen, Noé a été vu par le médecin qui l'avait opéré et celui-ci l'a trouvé très en forme. C'est vrai qu'il est en forme le petit bonhomme, puisque je l'ai vu aujourd'hui, et hier soir (nous étions allés garder son petit frère de sept mois). Et je dirais même qu'il a une "pêche d'enfer" !... (sourire)

Belle soirée à vous, et merci pour votre présence. Je vous embrasse.

lundi 26 septembre 2011

IRM de contrôle / 12

Mercredi matin, à 9 h et demi, le petit bonhomme va passer une IRM cervicale de contrôle sous anesthésie générale. J'espère que tout se passera bien, et que les résultats seront les meilleurs possibles.

Douces pensées pour toi, petit bonhomme courageux... 

samedi 24 septembre 2011

Paysage et émotion

J'ai fait cette photo fin août lors d'une journée passée sur l'île d'Ouessant (île bretonne). En regardant ce paysage (ce nuage devrais-je dire) qui s'offrait à moi, j'ai ressenti un immense sentiment de bonheur et de joie. J'étais émue aussi. Et j'ai éprouvé beaucoup de respect et d'humilité envers cette nature si belle, je me suis sentie bien petite aussi...
Savoir regarder, savoir s'émerveiller, être dans l'instant présent et savourer pleinement ce qui s'offre à nous, c'est cela le bonheur, c'est cela être vivant !... Ne cherchons pas plus loin ! C'est magique et c'est donné à tout le monde, c'est gratuit en plus !... Mais je suis sûre que je ne suis pas la seule à éprouver de tels sentiments devant un beau paysage, n'est-ce pas ?... :-)
Passez un beau dimanche. Je vous embrasse.


lundi 19 septembre 2011

Rencontre avec une huppe fasciée


Vous avez vu ce bel oiseau ? Il s'agit d'une huppe fasciée. Ce n'est pas moi qui ai fait la photo, je l'ai trouvée sur le net, mais pourtant j'aurais pu la faire, car courant juillet, alors que j'étais au volant de ma voiture et que je prenais l'allée menant à mon garage, j'ai vu ce bel oiseau, posé à gauche de l'allée, qui me regardait arriver. Il a fallu que je m'arrête pour ne pas l'écraser car il ne s'envolait pas. J'ai cru alors qu'il était blessé. J'ai ouvert la portière de ma voiture, mais celle-ci m'a échappé, et le bruit qu'elle a fait en se refermant, l'a fait s'envoler. Quel magnifique oiseau ! c'était la première fois que j'en voyais un de si près, et j'ai vraiment pu le détailler. Mon frère aurait été là, il aurait pu me dire tout de suite de quel oiseau il s'agissait, lui le passionné des oiseaux, qui connaissait le nom et le chant de chacun. Là, j'ai recherché sur google, et j'ai trouvé son nom. Ravie de t'avoir croisée sur mon allée, belle huppe fasciée !...

Voilà. Juste envie de partager avec vous ce joli moment :-)

lundi 12 septembre 2011

Le petit bonhomme continue à avancer... / 11

Le petit bonhomme continue à avancer puisque, hier, il a fait 15 petits pas tout seul !... Il n'est pas toujours bien sûr de lui, mais peu importe, il avance, et il est drôlement fier d'avancer, ainsi, tout seul !... fier et heureux aussi car il voit plein de joie et de lumière dans les yeux de papa et maman chaque fois qu'il fait des progrès, et alors il rit ! Noé rit beaucoup, il est heureux. Et à chaque rire, c'est une leçon de vie qu'il nous donne.
Et puis aussi il est très joyeux car, vendredi soir, il est rentré à la maison avec sa valise ! Il ne dormira plus au Centre de rééducation, il rentrera dorénavant tous les soirs chez lui, passera la fin de journée avec ses parents et son petit frère, et dormira dans son petit lit à lui ! C'est énorme !!! énorme !!! Noé, de retour chez lui !...
Il continuera à aller dans la journée au Centre, pour continuer ses séances de rééducation: parfaire sa marche bien sûr, l'aider à reprendre entièrement confiance en sa petite jambe. Et puis ensuite, stimuler son petit bras et main gauches pour que ceux-ci, aussi, reviennent à la vie. Et je suis sûre que ce sera le cas !...
Voilà. Ce petit bonhomme, sans qu'il s'en rende compte, nous fait remettre à leur juste place bien des petites choses qui nous empêchaient d'avancer, et qui nous paraissent maintenant bien futiles...

Bonne semaine à vous. Je vous embrasse.

lundi 5 septembre 2011

Connaissez-vous le Reiki ?

Ce week-end dernier, je suis allée suivre une initiation au Reiki (1er degré). Juste avant de vous expliquer de quoi il s'agit - mais peut-être certains d'entre vous connaissent-ils déjà ? -, je vais vous raconter pourquoi le Reiki m'est revenu en mémoire il y a quelques mois, et pourquoi j'ai eu envie de m'initier au Reiki.
Lorsque mon petit-fils, le petit bonhomme courageux, était à l'hôpital, et qu'il était encore dans le coma, je lui prenais sa petite main dans la mienne, et je lui envoyais mentalement et par l'intermédiaire de ma main, tout plein de bonnes ondes, des ondes d'Amour. Je lui adressais tout ce que j'avais de meilleur en moi, tout mon Amour pour lui. Et tandis que j'étais près de lui, j'ai repensé alors à un ancien événement qui s'était passé il y a environ une vingtaine d'années. Alors que j'étais allée à un cours de découverte de la sophrologie, et que j'avais un très fort mal de tête, la professeur de sophro, Isabelle, qui s'initiait au Reiki, m'avait alors imposé ses mains sur le front pendant quelques instants. J'avais senti une immense chaleur, et lorsque je quittais le cours, mon mal de tête avait disparu. J'avais été impressionnée. Les années ont passé, et j'avais un peu oublié le Reiki. Et puis, il y a quelques mois donc, alors que j'étais près de Noé, cela m'est revenu, comme si Noé me le soufflait, lui, à travers sa petite main. J'ai donc recherché cette Isabelle, et je l'ai retrouvée Maître de Reiki, vivant à 70 kms de chez moi environ. Je l'ai contactée, je lui ai raconté cette petite histoire et je me suis inscrite à un week-end d'initiation. Sans rentrer dans les détails, je peux vous dire que j'ai passé deux journées extrêmement fortes et intenses. J'ai donc appris à poser mes mains, j'ai ressenti l'énergie passer à travers elles, l'énergie circuler, c'est assez impressionnant.
Je vous mets deux liens sur le Reiki qui vous permettront de comprendre exactement en quoi cela consiste : http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=reiki_th  ou http://www.essencereiki.com/
Mais si le Reiki vous intéresse vraiment, je vous conseille de lire le livre de Patrice Gros : "L'art et la pratique spirituelle du Reiki", un livre que j'ai lu cet été, et que je relirai certainement encore, car il est très riche en enseignement, et très simple à lire en même temps.
Le Reiki, comme le dit d'ailleurs Patrice Gros, c'est aussi, et je dirais même avant tout, donner de l'Amour, donner de l'attention, donner de l'écoute. Car s'il suffisait de poser ses mains sur le corps de l'autre, et d'attendre que le temps passe, en sifflotant, le Reiki n'agirait pas. Il faut être présent dans ce que l'on fait, et à l'écoute de l'autre. Le Reiki, ce n'est pas juste une pratique, c'est aussi une intention. Et puis, le Reiki, c'est aussi un échange, un partage, ce n'est pas à sens unique. Il n'y a pas celui qui donne et celui qui reçoit, mais il y a un réel échange entre les deux personnes. Je donne mais je reçois aussi. C'est pour cela que le Reiki est aussi riche et bienfaisant.
A l'heure actuelle, beaucoup de personnel soignant, d'infirmières, suivent des initiations au Reiki, car c'est un plus dans les soins pour le bien-être des malades et pour leur guérison future. Mon petit-fils va évidemment en bénéficier, car je vais déjà lui prodiguer ce que j'ai appris, et ceci toujours avec un immense Amour.

Et vous, connaissez-vous le Reiki ? Qu'en pensez-vous ? Racontez-moi, car cela m'intéresserait vraiment de le savoir.
Merci à vous. Je vous souhaite une belle semaine et je vous embrasse.

mardi 30 août 2011

un, deux, trois, quatre..., six petits pas !... / 10

Un, deux, trois, quatre..., six petits pas ! six petits pas tout seul, en lâchant la main de papa et maman ! Voilà les dernières nouvelles de Noé en cette fin du mois d'août ! Le petit bonhomme reprend confiance en lui, et il continue à progresser. Il faut dire que ses parents sont très présents pour le stimuler, et sa petite semaine de vacances a été très bénéfique. Le retour au centre s'est bien passée, le petit bonhomme est toujours content et heureux de vivre. Il ne se pose pas de questions, il est là, n'est-ce pas le principal ? même s'il ne réalise pas tout cela. D'ici une dizaine de jours, si tout va bien, car cela demande une toute autre organisation, tant pour les parents que pour les intervenants du centre, donc si tout va bien, il sera en hôpital de jour, et n'ira au centre que de 9h à 17h. Il pourra ainsi passer la soirée et dormir chez lui, avec ses parents et son petit frère. Donc, que des bonnes nouvelles ! C'est un battant, je l'ai toujours dit, il a tellement envie de vivre, il a tellement de vie en lui !... Et puis, il a tellement à nous apprendre, ce petit bonhomme, parce que là, c'est lui qui nous apprend la vie !...

Autrement, je reprends doucement le travail, puisqu'aujourd'hui est sensé être le jour de la reprise, et... je n'ai pas de travail. Donc, reprise en douceur.
J'ai passé une semaine merveilleuse dans le Finistère. Que j'aime cette région et son côté sauvage, que j'aime l'océan, ses plages, ses falaises. Nous avions loué un petit meublé, attenant à un terrain de camping, deux petites pièces, mais pour une semaine de vacances, c'est bien suffisant. Nous pouvions voir la plage et l'océan de nos fenêtres, et aussi entendre le bruit des vagues. Que demander de plus ? De retour à la maison, ce bercement sonore me manque presque... J'ai fait évidemment beaucoup de photos. Si vous avez envie de les voir, vous n'aurez qu'à aller les soir sur mon blog Photos, je les mettrai prochainement.

Ma dernière semaine de vacances m'a réservé aussi deux très belles surprises : deux belles rencontres. J'ai pu rencontrer dans la réalité deux amies virtuelles, deux âmes aussi belles l'une que l'autre. C'était comme si nous nous connaissions déjà de longue date, et nous avions tant de choses à nous dire. Je les embrasse très fort toutes deux, elles se reconnaîtront.

J'espère que vous avez passé un bel été, quant à vous, et que vous êtes en forme pour la rentrée. Je vais reprendre mes blogs doucement, et reprendre mes visites chez vous.
Merci pour tous vos messages concernant le petit Noé. Ce n'est pas étonnant qu'il se remette si vite et si bien, vous lui avez envoyé tellement de pensées positives, tellement d'amour... Merci beaucoup.

mardi 16 août 2011

Comme promis... / 9

Comme promis, et comme je suis chez moi pendant quelques jours, j'en profite pour vous donner des nouvelles du petit bonhomme.
Le dimanche avant son accident (fin mai), Noé s'était beaucoup amusé et avait beaucoup ri en faisant de la petite balançoire que son papou avait installée à la branche d'un arbre. Après l'accident, son papou avait dit : "Je laisse la balançoire accrochée, je ne l'enlèverai pas, Noé reviendra en faire !...". Dernièrement, Noé est venu passer quelques jours à la maison avec ses parents et son petit frère. Eh bien, hier, devinez ce qu'a fait le petit bonhomme ?... Il a fait de la balançoire ! et on a à nouveau entendu ses éclats de rire et vu ses yeux briller de joie ! Un moment émouvant et très fort... Il a également pu revoir son petit cousin (qui a six mois de plus que lui et qui était lui aussi, avec ses parents et son petit frère, à la maison). Ils ont partagé la même chambre, et sincèrement, je pense qu'ils étaient contents de se retrouver et de pouvoir jouer ensemble.
Le petit bonhomme continue à faire des progrès. En le tenant par les mains, et même parfois juste une main, il marche, il déplace sa petite jambe gauche, qui est toujours munie d'une attelle, et il fait ses pas, de mieux en mieux. Doucement, oui, mais il marche. Il arrive à tenir tout seul debout quelques secondes sans appui. Je trouve qu'il prend de l'assurance et qu'il reprend tout doucement confiance en lui. Et cela ne fait que deux mois et demi que cela lui est arrivé ! Moi, je trouve qu'il récupère drôlement vite ! Il a tellement l'envie de vivre en lui, il est tellement plein de vie ce petit bonhomme ! De toute façon, depuis le début, il a surmonté tellement d'obstacles qu'il ne peut en être autrement, il va remarcher, il va retrouver l'usage de son bras gauche, de sa petite main gauche, j'en suis sûre !... Ce sera peut-être long, certes, mais il y arrivera !...
Voilà. Je vais bientôt repartir pour quelques jours en Bretagne. Les vacances ne sont pas terminées !... Alors je vous dis à nouveau à très bientôt !
Bonne continuation à vous toutes et tous, et rendez-vous à la fin du mois. Je vous embrasse. Prenez soin de vous.

jeudi 28 juillet 2011

Je suis en vacances !

Je suis en vacances ! Ça y est ! Tout arrive ! Et de longues vacances, puisque cette année, je prends quatre semaines d'affilée, ce qui ne m'était pas arrivé depuis très longtemps. Et je vous dirai que j'en ai bien besoin, et que je compte bien en profiter au maximum.
Je vais me balader en plusieurs endroits : un peu en ville (Lyon, Besançon), un peu à la campagne (ma petite maison bleue), un peu à l'Océan (la Bretagne), et un peu chez moi aussi, en famille, car mes enfants et petits-enfants, dont Noé, doivent venir passer quelques jours à la maison, et dans la maison retentiront alors les joyeux cris des charmants bambins ! :-)
Je suis en train de lire "Le pouvoir du moment présent" de E. Tolle (très bien ce livre, soit dit en passant). Eh bien, pendant mes vacances, je compte bien profiter de chaque moment présent, être entièrement présente à chaque moment présent, car on peut être présent, mais être ailleurs... vous me suivez ?... Donc, je veux profiter pleinement de chaque instant, de chaque personne, de chaque endroit et savourer, tout simplement... Ce qui est arrivé à Noé n'est pas étranger à cet état d'esprit. A propos de Noé, je n'attendrai pas fin août pour vous donner de ses nouvelles, je trouverai peut-être bien un ordinateur, sur mon chemin, pour vous en donner. Pour l'instant, c'est Noé, lui, le petit bonhomme courageux, qui poursuit son petit bonhomme de chemin, doucement, mais sûrement, et c'est le principal.
Voilà. Je vous laisse donc pendant quelques temps, le temps de me reposer, de me ressourcer, de profiter de mon temps libre et de savourer chaque seconde de mes vacances.
A bientôt toutes et tous, passez vous aussi un très beau mois d'août, et prenez soin de vous, et des gens que vous aimez. Je vous embrasse très fort.

Bretagne (avril 2010)

Au loin, au-dessus des blés, le petit village où se trouve ma petite maison bleue (juin 2011)

dimanche 24 juillet 2011

Le petit bonhomme courageux / 8

La semaine dernière, les parents de Noé ont eu un entretien avec le médecin du Centre de rééducation. Le médecin est plutôt confiant, il trouve que Noé progresse vite et s'est bien habitué au Centre et au service. Par contre, il est encore trop tôt pour l'hôpital de jour. Ce serait dommage, dit-il, de l'interrompre dans cette énergie qu'il déploie pour progresser. Il devrait rester en hôpital de nuit encore plusieurs semaines, à moins qu'il ne déprime vraiment et ne réclame trop ses parents. Par contre, et imaginez la joie de ses parents, il pourra partir une semaine en vacances avec eux ! une semaine au mois d'août. Il est d'ailleurs question qu'il vienne voir ses grands-parents dans la Haute-Loire... (sourire).
Noé est donc bien motivé dans ses exercices de rééducation. On lui met une attelle à la jambe gauche pour qu'il puisse la poser bien à plat, et réapprendre à faire des pas. Il a une petite attelle également à la main gauche, une attelle qu'on lui met pendant sa sieste, pour éviter que ses petits doigts ne se recroquevillent et ne prennent une mauvaise position. Il arrivera sûrement à remarcher, car il a la volonté, l'énergie, l'envie. Par contre, sa petite main est encore loin de fonctionner, il faudra beaucoup de temps pour la rééducation de celle-ci. Mais nous sommes confiants.
Aujourd'hui, nous sommes allés le voir. En quinze jours, il a encore fait de gros progrès. Mon fils me les avait énumérés, j'en ai parlé dans le billet 7, et nous avons donc pu les constater. Il est plus sûr de lui. Il a repris des muscles. Il arrive à se tenir debout, en s'appuyant contre quelque chose. Contrairement au début où il disait souvent "a peur", maintenant, il nous dit : "a pas peur". Bien sûr, il n'a pas encore retrouvé son autonomie, bien sûr il faut être près de lui, pour l'aider, car il ne se rend pas toujours compte de ce qu'il peut faire ou ne pas faire. Nous sommes parfois obligés d'intervenir pour éviter une chute. Mais il a vraiment la "gnac" et c'est vraiment ce qui le sauve, et qui le fait progresser de jour en jour. Il en veut le petit bonhomme courageux... Je souris, attendrie, en écrivant "courageux", car, tout à l'heure, alors que j'étais assise à côté de lui, dans l'herbe, et que je lui disais qu'il était un petit bonhomme courageux, il m'a répété : "oui, courageux !"... Oui, mon bonhomme, tu l'es, et même plus que cela !... Tu deviendras un adulte doté d'un caractère fort, un adulte mature, qui saura évoluer dans la vie avec une assurance que beaucoup pourront t'envier ! C'est ainsi que je le vois et que je le ressens.
Au point de vue intellectuel, Noé a vraiment tout récupéré. Sa maman disait aujourd'hui qu'elle avait retrouvé complètement son petit garçon, avec son caractère bien à lui, ses petites manies, ses façons de faire, ses habitudes. Il ne reste donc plus que la partie motricité. D'ailleurs, je vous le dis, mais le jour où Noé remarchera, on le fera sauter le bouchon de champagne !!!... :-)

Passez une belle semaine, et encore merci pour votre présence fidèle. Bises à vous toutes et tous.

jeudi 21 juillet 2011

Le monde vu par les yeux d'un enfant...

Je vous parle beaucoup de Noé ces derniers temps, c'est normal, nous avons tellement eu peur de le perdre, nous avons tellement été sous le choc. Mais je n'oublie pas mes autres petits enfants que j'aime tant, eux aussi.
Il y a quelques semaines, mon petit fils Timothé était à la maison avec son petit frère et ses parents. J'en ai profité pour faire des photos de ces deux joyeux bambins. Timothé a demandé, alors, lui aussi, à faire des photos. Timothé a trois ans et il est très soigneux. Je lui ai donc prêté mon appareil en toute confiance. Il nous a d'abord pris en photo avec son petit frère. Ensuite il a fait une photo de son chien, portrait très réussi d'ailleurs, sachant qu'il est le seul à obtenir de son chien qu'il ne bouge pas et qu'il pose pour lui. Et puis, il en a fait quelques autres. Je dépose trois de ces photos sur mon blog. Je n'ai pas retouché le cadrage, je vous les livre telles quelles. Je les trouve très jolies. J'avoue que je n'aurais pas eu l'idée de les faire, et pourtant...le monde vu par les yeux d'un enfant de trois ans, c'est chouette, non ?... :-)



dimanche 17 juillet 2011

Le petit bonhomme courageux / 7

Ce week-end, nous ne sommes pas allés chez notre fils et notre belle-fille, nous sommes allés passer quatre jours dans la petite maison bleue, et nous n'avons donc pas vu Noé. Bien que ces quatre jours passés là-haut nous aient fait beaucoup de bien, je dois avouer que de ne pas voir Noé cette fin de semaine m'a manqué... mais il faut bien recharger ses batteries, pour avoir plein de bonnes ondes et d'énergie à redistribuer au petit bonhomme et à sa famille. Et puis, nous pensons qu'il est bon aussi que la petite famille, les parents et leurs deux bouts de chou, se retrouvent un peu ensemble, rien que tous les quatre... Enfin, c'est ce que nous pensons.
Je vais donc vous donner les nouvelles que mon fils m'a données tout au long de la semaine et du week-end, plus des réflexions personnelles.

Noé continue de prendre de l'assurance, il se tient maintenant debout en s'appuyant sur son père. Lorsqu'il est assis par terre, il parvient à se déplacer, il retrouve donc un peu d'autonomie. Avant son "accident", il aimait beaucoup se mettre à plat ventre pour jouer. Il peut à nouveau s'y mettre. Noé continue toujours à parler beaucoup, à appeler aussi beaucoup ses parents (besoin d'être rassuré, sûrement). Il a toujours autant d'appétit. Il aime toujours rire, et jouer. Bref, c'est un petit garçon qui aime la vie, et qui malgré un peu d'angoisse, mais qui n'en aurait pas après tout ce qu'il a traversé, prend ce qu'il peut prendre, fait ce qu'il peut faire, vit dans le moment présent, ne se pose pas de questions. C'est ce qui est fantastique chez un enfant, cette capacité à s'adapter et à vivre le moment présent, sans se projeter.
Par contre, lorsqu'ils vont en famille faire des courses ou se promener, les gens se retournent, curieux, sur Noé (les cicatrices de Noé se voient encore), et ces regards insistants et curieux ne sont pas très agréables, et cela se comprend. Ce peut être de la curiosité, en effet, mais je pense qu'il doit y avoir aussi beaucoup de compassion envers ce si petit garçon déjà si malmené par la vie. Je ne pense pas qu'il ne faille y voir que de la curiosité mal saine. Enfin, c'est mon avis personnel.

Le moment le plus dur est la fin du week-end, lorsqu'il faut retourner au Centre, et que papa et maman, après l'avoir déposé et fait manger, doivent repartir. Le petit bonhomme ne pleure pas toujours, mais il baisse la tête, tout plein de chagrin. Et de voir leur petit bonhomme ainsi, papa et maman sont bien tristes aussi... mais chacun sait qu'il n'y a pas d'autre alternative pour Noé, pour qu'il récupère son autonomie le plus vite possible. Mais n'empêche, ce n'est pas évident, et Noé et ses parents ont bien besoin d'être soutenus encore. Nous espérons que Noé aura droit à quelques jours de vacances, et qu'ils pourront partir un peu de chez eux, question de changer un petit peu d'air et de venir, par exemple, respirer un peu l'air de la Haute-Loire, avec leurs deux petits bouts... Ils doivent voir le médecin mardi soir, alors... attendons...
En attendant, je les embrasse tous les quatre très très fort.

lundi 11 juillet 2011

Première semaine au centre de rééducation / 6

Je sais que vous êtes nombreux, amis et famille, à venir lire ici les nouvelles et les progrès de Noé. Aussi, je continuerai encore pendant quelques temps à vous les donner sur ce blog.

Lundi dernier, Noé est donc parti au centre de rééducation, où il va devoir séjourner plusieurs semaines afin de retrouver la mobilité et l'usage de son côté gauche.
Ses parents vont le voir tous les soirs, après leur journée de travail et après avoir récupéré le petit frère chez la nounou. Ils y vont en famille et ce sont eux qui lui donnent le repas du soir. Ils lui ont aménagé sa petite chambre le mieux possible. Noé peut aller passer tous les week-end et les jours fériés chez lui. Bien sûr, les dimanches soirs sont un peu tristes, lorsqu'arrive l'heure du départ, mais nous savons tous que c'est pour le bien de Noé, et ses parents lui expliquent bien à lui aussi. Un enfant est capable de tout comprendre, si l'on prend la peine de lui expliquer. C'est vrai que ce n'est pas évident pour un petit garçon de deux ans et demi de devoir dormir à l'extérieur, loin de ses parents, comme s'il était en pension en quelque sorte, mais bon, s'il veut pouvoir remarcher et se resservir de son bras et de sa main gauches, il le faut bien, et il le sait.
Cette semaine, il a encore bien progressé. Il se maintient maintenant assis sur le canapé tout seul. D'ailleurs, il oublie parfois l'immobilité de son côté gauche, il voudrait bien se déplacer tout seul, mais il est vite rappelé à l'ordre, la moitié de son corps ne lui obéit pas. La semaine dernière, il ne tournait pas du tout la tête du côté gauche, il ne regardait pas du côté gauche, tandis que maintenant, il tourne la tête à droite, à gauche. Il regarde bien dans les yeux aussi, son regard n'est plus dans le vague. Il commence à se frotter son oeil gauche, son oreille gauche, alors que jusqu'à présent, il ne s'y intéressait pas, faute de sensation. C'est donc bon signe, la sensibilité revient. Ce sont des petits détails, mais qui ont pourtant une grande importance. Il est plus sûr de lui aussi lorsqu'on le met debout sur ses deux pieds. On sent qu'il a repris des muscles, il se tient mieux. Et puis, il parle beaucoup, il rit beaucoup aussi, sa petite voix n'est plus fatiguée, elle est redevenue celle du petit garçon d'avant. Il a à nouveau son joli sourire coquin. C'est incroyable ces petits bouts de chou, tout de même. Ils nous donnent une sacrée leçon de vie. Il ne se plaint pas, ou si peu. Nos petits bobos, à côté, nos petites contrariétés, sont vraiment peu de choses à côté de ce qu'a vécu et ce que vit ce petit bonhomme... J'y pense très souvent, car il revient de loin, de très loin, il ne faut pas l'oublier, et c'est presque un miracle qu'il ait aussi bien récupéré, et aussi vite, alors qu'il y juste six semaines, nous avons bien cru le perdre... Quand je le regarde, je suis émerveillée de le voir si plein de vie, si joyeux, après tout ce qu'il a traversé.

Pour le 14 juillet, il pourra aller chez ses parents, en plus du week-end. Ils seront à nouveau réunis, tous les quatre. Le bonheur retrouvé... et qui va n'aller qu'en grandissant... parce qu'après un tel choc, tous les progrès que fait Noé, tous les sourires de Noé, tous les moments passés avec Noé, ce ne sont que des moments de bonheur...

lundi 4 juillet 2011

Les progrès du petit bonhomme courageux / 5

La semaine dernière, Noé a fait de très gros progrès ! En grande partie, grâce à la présence de ses parents, qui ont continué à passer le plus de temps possible avec lui, en sortant du travail, puis après le repas du soir, malgré leur fatigue, et ceci aussi grâce aux bonnes volontés qui sont venues garder le petit frère en journée ou en veillée, et qu'il ne faut pas oublier.

Lundi et Mardi
Son papa lui fait répéter tous les mots qui faisaient partie de son vocabulaire, et Noé se souvient de tous ! Ses parents sont même étonnés en s'apercevant que Noé en connaît même plein de nouveaux. Il n'a absolument rien perdu de tous les mots qu'il avait appris avant sa rupture d'anévrisme, au contaire. Et puis, son papa lui demande de lui faire voir avec son doigt où est sa bouche, son nez, ses yeux, ses cheveux, et Noé, docile, montre, sans se tromper.

Mercredi
Aujourd'hui, Noé est allé dans le parc de jeux de l'hôpital avec ses parents et son petit frère. Quand il a vu des enfants descendre du toboggan, il s'est mis à RIRE ! Premier jour qu'il se remet à rire ainsi ! Avant son "accident", Noé adorait faire du toboggan. Son père le prend alors dans ses bras, et ils le descendent tous les deux ! Noé est super heureux et il rit encore de bon coeur !!! J'aime imaginer ce petit bonhomme en train de rire dans les bras de son papa !!!... heureux et insouciant... l'espace d'un instant.

Jeudi
Noé parvient à mieux fixer son regard, mais il a encore du mal à le poser. En fait, il regarde bien à droite, mais néglige ce qui est à sa gauche. Son père le fait travailler, le stimule pour qu'il regarde à gauche.

Vendredi, quelle surprise !!!
Comme nous devions aller chez nos jeunes ce week-end, j'ai appelé mon fils pour que l'on se mette d'accord sur certains points. Il m'a dit : "Ce week-end, il y aura une personne de plus, tu ne devineras jamais qui !" Je réfléchis. Il rajoute : "une petite personne"... Soudain, je réagis, et je me mets à rire, tellement heureuse, les yeux se remplissant de larmes : "Noé, c'est Noé qui sera là !!!" "Oui, il a une permission pour le week-end, nous allons le chercher ce soir !"... Alors là, je ne vous dis pas la joie que j'ai ressentie !... IMMENSE !!!

Samedi et dimanche
Week-end passé chez mon fils et sa petite famille. Et retrouvailles de Noé chez lui ! Ce petit Noé, si fragile, et si fort en même temps ! J'ai trouvé qu'il régnait dans la maison un climat de sérénité retrouvée, les angoisses disparues, le bonheur, juste le bonheur du retour de Noé chez lui, après cinq semaines à l'hôpital. Un petit Noé bavard, vif, présent, avec les petites phrases qu'on craignait de ne plus jamais entendre : "L'est où papou ?", "Fait quoi, mamie ?". Nous avons dormi dans la chambre attenante à celle de Noé. Qu'il était doux de le savoir juste à côté de nous, alors qu'il nous avait fait si peur il y a cinq semaines et que nous avons bien cru le perdre. Bien sûr qu'il faut beaucoup s'en occuper, pratiquement comme un bébé, et ceci tant qu'il n'aura pas retrouvé son autonomie, mais maintenant, ce n'est plus qu'une question de jours, il a déjà tellement progressé cette dernière semaine, il a une telle envie de croquer la vie qu'il retrouvera vite toutes ses capacités, j'en suis sûre.

D'ailleurs, ce matin, lundi : départ au centre de rééducation. Je vous raconterai...

ENCORE UN GROS MERCI A VOUS TOUTES ET TOUS ! Toutes vos bonnes pensées continuent à aider le petit Noé, j'en suis persuadée.

***********

Je remercie beaucoup Herbert et Chantal qui ont écrit chacun un poème pour Noé.
Si vous voulez aller les lire, c'est ici (cliquez sur leurs prénoms)
Herbert et Chantal

lundi 27 juin 2011

Les progrès du petit bonhomme courageux / 4

Ajout de ce vendredi 1er juillet
Noé a une permission ! il passera ce week-end chez lui, dans sa maison, avec ses parents, son petit frère, il retrouvera sa chambre, ses jouets, toutes ses petites affaires ! Et nous en profiterons aussi, car nous y serons ! Quel bonheur !!! Quand mon fils me l'a dit au téléphone, j'en riais et j'en avais les larmes aux yeux !!! C'est tellement inattendu. Ces deux jours lui feront beaucoup de bien, avant son départ, pour plusieurs semaines, au centre de rééducation (il doit y partir lundi matin).
Heureuse je suis ! et je ne suis pas la seule !!!... :-)

********************

Ajout de ce mercredi 29 juin
Aujourd'hui, Noé a retrouvé le RIRE !
Avant son "accident", Noé adorait faire du toboggan. Dans le parc de l'hôpital se trouvent des jeux d'extérieur, dont un toboggan. Son père a pris Noé dans ses bras, et ils l'ont descendu tous les deux ! Noé était super HEUREUX !!! Quelle JOIE et quel BONHEUR d'imaginer ce petit bonhomme en train de rire dans les bras de son papa !!!...

********************

Lundi 27 juin
Cette dernière semaine, le petit Noé a beaucoup progressé. Il en veut, le bonhomme, il se bat, il est très en colère contre ce qui lui arrive, et il a une telle envie de vivre, c'est ce qui le motive, le pousse à avancer, à progresser !

Depuis lundi de la semaine dernière, il est donc dans une petite chambre attenante à la salle de soins des infirmières. Tous les matins, elles l'emmènent à la salle de jeux où diverses animations ont lieu : tantôt une conteuse, tantôt un musicien, etc. Ou si le temps le permet, elles vont lui faire faire un petit tour en poussette dans le parc de l'hôpital. En une semaine, il a réappris à faire plein de choses. Il a tout d'abord réappris à "tétouiller" sa sucette, ça n'a l'air de rien comme ça, mais il ne savait plus se servir de ses lèvres, de sa bouche. Le fait de reprendre sa sucette lui réapprend le mouvement de succion. Et il a tellement bien réappris qu'on a commencé à lui redonner des petits suisses, des yaourts, et depuis trois jours, il mange normalement, on lui a enlevé sa sonde gastrique, et il a repris un très bon appétit, le bonhomme, et toujours aussi gourmand... (sourire).
Tous les jours, il réserve des surprises à ses parents. Il sait maintenant très bien les appeler "maman", "papa", et son vocabulaire revient. Il sait à nouveau dire "non" si quelque chose ne lui convient pas, dire "oui" s'il est content, et aussi, dire "petit gâteau", ou "encore colat" (le petit gourmand !...). Hier, alors que je m'y trouvais, je l'ai entendu dire, de sa petite voix, un joli petit "non", et un joli petit "oui". Un instant très émouvant. Là aussi, ça n'a l'air de rien, mais quand depuis quatre semaines, vous vous demandez s'il va retrouver l'usage de la parole, s'il va reconnaître son monde, s'il n'a pas tout oublié, et quand vous voyez ce petit bonhomme qui remonte toutes les étapes, sans fautes ! c'est spectaculaire et incroyable ! et tellement BON !!! Hier toujours, alors que nous l'avions rejoint, lui et ses parents, dans le parc, avec son petit frère de 4 mois, il a regardé celui-ci, et lui a pris sa petite main dans la sienne, en souriant : moment touchant...
Tous les soirs, ses parents retournent le voir après le repas, pour lui lire une histoire, lui allumer sa petite lampe musicale (ils ont recréé l'ambiance de sa petite chambre), l'embrasser pour la nuit, et ainsi il peut s'endormir, rassuré et tranquille. Il voudrait bien que ses parents soient toujours avec lui, il les réclame souvent, il pleure, mais ça viendra, bonhomme, ne t'inquiètes pas, ça viendra !...
Il lui reste maintenant le problème de son côté gauche qui s'obstine à rester immobile. Mais on lui fait confiance, il en veut tellement qu'il arrivera à récupérer, et à retrouver l'usage de sa jambe et de son bras. Je sais qu'il va surmonter cet obstacle, et qu'il pourra à nouveau courir et jouer au ballon d'ici quelques semaines, ou quelques mois peu importe, l'important est le résultat, et je lui fais confiance. Son caractère vif, son envie de bouger, sa colère, son envie de vivre continueront à l'aider et le stimuleront. Il a déjà surmonté tellement d'obstacles, il a frôlé la mort en plusieurs fois de tellement près qu'il surmontera tout le reste, j'en suis absolument convaincue. Ce petit bonhomme nous donne, à chacun d'entre nous, une sacrée leçon de courage et de vie !

Je voudrais vous remercier encore une fois pour votre présence : ami(e)s du réel, du virtuel, ami(es) qui téléphonent, ami(e)s qui écrivent, qui laissent des petits mots, je n'oublie pas la famille non plus, qui est très présente elle aussi, vous ne vous imaginez pas combien vos mots, vos paroles sont réconfortants et aident à garder le moral, et à insuffler à Noé plein de bonnes ondes positives, c'est une véritable CHAINE D'AMOUR... MERCI !

lundi 20 juin 2011

Des nouvelles du petit bonhomme courageux / 3

Le petit Noé est sorti aujourd'hui des soins intensifs du service de neurologie. Il a subi une nouvelle intervention vendredi matin, la pose d'une valve dans le cerveau. Cette valve est une prothèse qui permettra de réguler la pression et/ou le débit du liquide intra-ventriculaire du cerveau, celle-ci n'arrivant pas à se réguler toute seule. Et coïncidence, vendredi, l'émission "Magazine de la santé" consacrait un reportage à ce sujet. Si vous voulez aller voir en quoi cela consiste, c'est ici : http://www.pluzz.fr/le-magazine-de-la-sante-2011-06-17-13h30.html (les deux premiers petits reportages, cela dure environ 10 mns).
Comment va le petit Noé ? Il récupère tout doucement. Il n'a maintenant plus que la sonde gastrique dans le nez pour l'alimenter. Il bouge bien le bras droit, la main droite, la jambe droite. Le côté gauche réagit nettement moins, il aura besoin de rééducation. Le regard est plus présent. L'attention aussi. C'est déjà beaucoup, même si l'on aimerait parfois que cela aille plus vite. Il est encore pour une dizaine de jours au service neurologie. Nous avons hâte qu'il puisse aller au centre de rééducation, c'est là qu'il fera de gros progrès, mais il faut attendre encore un peu, il a encore besoin d'être surveillé médicalement.
Dans le billet précédent, je vous avais raconté qu'il avait souri à sa maman. La semaine dernière, en deux ou trois fois, il est arrivé à dire, à murmurer ce serait plus juste, le mot "maman"... Avec la rééducation, il devrait donc aussi retrouver la parole, ce qui est rassurant. Il fait aussi de jolis sourires à son papa. Le petit bonhomme se bat toujours, mais il y a des jours où il est fatigué, où il se décourage, et alors, il pleure... Le fait qu'il montre davantage ses émotions est un plus, bien sûr, il s'exprime, mais il faut bien le dire, c'est dur de le voir pleurer... Il a tellement été manipulé, pour son bien évidemment, mais manipulé tout de même, que dès qu'on le change de position, qu'on le bouge un peu, il doit avoir peur, et il se met à pleurer. Alors, ses parents le rassurent, le calment, et il s'apaise. Ses parents... je vais vous dire un petit mot sur ses parents, car ils m'ont profondément émue hier après-midi. Alors que j'attendais derrière la porte vitrée de la chambre, j'ai vu un très beau tableau, très émouvant. J'ai vu ces deux jeunes parents, assis autour de leur petit garçon, l'entourant, lui prenant ses petites mains, le stimulant, lui parlant, et j'ai vu alors un couple fort et courageux, malgré la douleur et le chagrin, un couple aimant profondément son enfant, un couple aimant et uni. Cela m'a beaucoup émue. Cette image, je l'ai gravée dans ma tête, car elle était vraiment très belle. En tant que grand-mère de Noé, je suis profondément touchée par ce qui est arrivé à mon petit-fils, mais j'imagine et je me mets à la place de ses parents, c'est une épreuve très dure qui leur est arrivée, et je trouve qu'ils réagissent très bien, car, malgré certains jours de découragement, ils restent positifs et pleins d'espoir, c'est ce qui fait avancer Noé, et qui lui permettra de surmonter cette épreuve le mieux que possible.
Nous sommes donc allés, à tour de rôle, rendre visite au petit Noé. Tout comme la semaine précédente, j'ai pris dans chacune de mes mains, ses petites mains à lui, et j'ai essayé de lui faire passer plein d'énergie, de bonnes ondes, d'amour. Sa petite main droite ne voulait plus lâcher ma main, elle se cramponnait. Mais peut-être était-ce moi qui avais du mal à la lâcher, qui avais du mal à partir... C'est vrai que lorsque je suis près de lui, je ne vois pas le temps passer, et je n'ai plus envie de partir... J'aimerais lui donner tellement de force et d'énergie pour qu'il se remette vite et qu'il oublie tout cela.
Mais je sais qu'un nombre impressionnant de personnes pensent à lui, et continuent à lui envoyer de bonnes ondes, et je suis persuadée que toutes ces bonnes ondes, toutes ces bonnes pensées lui parviennent et l'aident, j'en suis persuadée et je vous remercie vraiment du fond du coeur, toutes et tous, de votre soutien et de votre présence.

mardi 14 juin 2011

Des nouvelles du petit bonhomme courageux / 2

Avec la permission de ses parents, je viens vous donner des nouvelles de mon petit-fils Noé.
Depuis vendredi, il n'a plus besoin de l'aide du respirateur artificiel, il arrive à respirer tout seul. Les médecins ont donc pu lui enlever une partie des tuyaux qui lui passaient par le nez, et il doit ô combien apprécier. Il est encore immobile sur son lit, mais sa jambe droite, son bras droit s'agitent. Le côté gauche qui a été touché est moins mobile, mais avec la rééducation, la mobilité devrait revenir. Il ne parle pas encore. Mais hier, il a fait un immense cadeau à sa maman, il lui a souri... Ce petit bonhomme a tout à réapprendre: à manger (il est encore alimenté par gavage), à marcher, à parler, comme un nouveau-né, c'est tout comme une renaissance. Mais comme je le disais dans mon billet précédent, c'est un petit bonhomme courageux et fort, il prendra le temps qu'il faudra mais il y arrivera.
Nous (ses grands-parents) avons pu aller lui rendre visite. Je ne peux vous dire l'émotion qui nous a étreints lorsque nous avons retrouvé ce petit bonhomme, un moment très fort et émouvant... Je lui ai pris sa petite main dans la mienne, et j'ai essayé de lui faire passer à travers elle tout mon amour, de lui faire passer plein de forces, d'énergie, de bonnes ondes, pour l'aider, l'encourager, le stimuler. Nous l'avons encouragé en lui disant de continuer à se battre, et que, bientôt, il pourrait revenir chez nous et jouer à "but" avec Papou.
J'ai lu récemment le livre d'Alain Rohand "Le passage se crée", et maintenant, je comprends tout à fait ce qu'il a voulu exprimer. En fait, lorsqu'un enfant, ou bien un adulte, est stoppé brutalement dans sa vie, sa croissance, par un accident, une maladie, on n'imagine pas la force et l'énergie qu'il faut à celui-ci pour arriver à surmonter cette épreuve. On pense à l'accident, et puis au retour après l'accident, mais on ne pense pas à ce long chemin qu'il lui faut pour arriver à ce retour. Chemin parsemé d'obstacles, de difficultés, de douleurs, de pleurs. L'histoire de mon petit-fils m'en a vraiment fait prendre conscience.
Mon petit-fils doit normalement sortir du service de réanimation cette semaine, pour aller dans le service de neurologie du médecin qui l'a opéré. Et puis, il ira ensuite plusieurs semaines dans un centre de rééducation. Je vous tiendrai au courant régulièrement de l'évolution de ses progrès.
Ce petit bonhomme, lorsqu'il aura récupéré de ce méchant accident, sera fort, très fort, et aura fait mûrir, grandir, toutes les personnes qui l'entourent. Un tel événement fait relativiser toute chose, et toute chose reprend alors sa juste place et sa juste valeur...

mardi 7 juin 2011

Message d'amour et d'espoir / 1

Aujourd'hui, c'est mon anniversaire. Je ne pensais pas avoir envie de le fêter. Mais depuis hier, j'ai retrouvé le sourire et surtout l'espoir, car depuis hier, un petit bonhomme qui m'est très cher, est en train de revenir à la vie. Ce petit bonhomme d'à peine 2 ans et demi a eu, la veille de la fête des mères, une rupture d'anévrisme. Je ne pensais pas qu'un si petit bonhomme pouvait avoir ce genre d'accident. Le soir même, les médecins lui laissaient peu d'espoir. Nous étions anéantis et sous le choc. Il a été transporté en urgence aux hôpitaux de Lyon. Le dimanche matin, un brillant chirurgien (merci à lui) l'a opéré, tentant le tout pour le tout. L'opération s'est bien passée. Mais ensuite, complications, car infection pulmonaire, hausse de tension, etc. Des hauts, puis des bas. Le petit bonhomme a surmonté tous les obstacles qui auraient pu lui être fatal. Il n'a jamais cessé de lutter, de se battre courageusement, il a reçu et continue de recevoir de ses parents et de tous les gens qui l'aiment, plein de messages de soutien, d'encouragement, d'ondes positives, plein d'Amour. Ce petit bonhomme est en train de revenir à la vie, de revenir parmi nous, ce petit bonhomme qui revient de très très loin. Il faudra encore du temps pour qu'il récupère complètement, mais peu importe, il est là, et c'est le principal. Mon cadeau d'anniversaire, c'est ce retour à la vie de ce petit bonhomme que j'aime tant, puisqu'il s'agit de l'un de mes petits-fils...

lundi 30 mai 2011

Blog en pause.

Juste ces quelques lignes pour vous dire que mon blog sera en pause pendant quelques temps.
Je vous dis donc à bientôt et vous embrasse.

jeudi 26 mai 2011

Rêve d'une nuit de mai

Voici quelques semaines, voire quelques mois, que je ne vous ai pas raconté l'un de mes rêves. Et bien, puisque je vous entends réclamer haut et fort (sourire), en voilà un, je l'ai fait il y a quelques jours déjà.

Je suis chez moi, dehors, sur le côté de la maison, avec deux amies. Le rêve est très court. Il y a dans le pré plein d'arbres à papillons (des buddleias) qui sont tous en fleurs, c'est très joli. Et soudain apparaît une nuée de papillons qui se mettent à voler autour des arbres et autour de nous. Il y en a des milliers. Nous sommes entourées de papillons de toutes les couleurs. C'est très beau. Il y en a de partout. Si bien même que, sans le vouloir, j'en écrase un dans mes mains. Je me dirige alors vers la porte d'entrée, en prenant soin de bien tenir la bouche fermée pour éviter d'en avaler...


Et je me réveille...
S'il en a une, quelle signification peut avoir ce rêve ?...
Vous avez une idée, vous ?... :-)

Photo prise sur le net.

mardi 24 mai 2011

Faire du vide

Faire du vide, parfois, qu'est-ce que ça fait du bien !
Je viens de bazarder tout un tas de vieux billets qui dataient de plusieurs mois, qui attendaient en réserve, mais qui aujourd'hui ne sont plus d'actualité, qui ne me parlent plus. Je viens de jeter des papiers qui s'étaient entassés et qui ne servaient plus à rien, sinon à encombrer mon bureau et mon placard. Je viens de me "débarrasser" de lieux, de jeter des liens, où j'avais l'habitude d'aller, mais dont je n'ai plus envie de prendre le chemin, plus d'intérêt. Pourtant, je suis habituellement assez conservatrice, mais ces jours, j'ai envie de renouveau. Alors, j'enlève, je trie, je fais du vide, pour permettre au "neuf" d'arriver et de pouvoir faire sa place...

Et vous, êtes-vous conservateur(trice) ou bien ne gardez-vous rien, jetez-vous facilement ?
Avez-vous une maison pleine de choses qui ne vous servent à rien, mais que vous gardez néanmoins, ou bien faites-vous le tri régulièrement, et ne gardez-vous que le strict minimum ? Dites moi...

mardi 17 mai 2011

J'ai pris du retard...

J'ai remarqué souvent que les gens qui sont en retard sont de bien meilleure humeur que ceux qui ont dû les attendre.
(André Roussin)


sourire...

Juste cette citation ce soir pour vous dire que j'ai pris énormément de retard dans mes visites chez vous, je passe à nouveau une période très chargée en travail, et lorsque j'ai terminé ma journée (c'est-à-dire environ 7 à 8 heures sur ordinateur), j'ai besoin d'aller prendre un peu l'air et le soleil !...
Mais je ne vous oublie pas !... Grosses bises à vous tous. :-)

lundi 9 mai 2011

Le Passage se crée - Alain Rohand

Vous savez que j'aime vous parler des livres que je lis, et bien évidemment, surtout de ceux qui m'ont plu et qui m'ont touchée. J'ai envie de vous parler, ce soir, du livre "Le Passage se crée" écrit par Alain Rohand, mieux connu sur la toile sous le nom de AlainX, et qui depuis plusieurs années déjà, tient le blog "J‘en rêve encore".
Son livre raconte son histoire, celle d'un jeune garçon dont la vie bascule à l'âge de 12 ans, en l'espace de quelques jours, quelques minutes et ceci irrémédiablement. Le virus de la polyomélite vient de s'infiltrer en lui et se propage insidieusement. Sous forme de lettres, il nous raconte, il se raconte. Il partage avec nous, avec beaucoup de pudeur, sa vie avant, sa vie pendant (ce temps de passage qui reste souvent secret), et sa vie après.
Je ne suis pas très bonne critique littéraire, ce n'est d'ailleurs pas mon métier, mais je peux vous dire que j'ai été très émue en lisant ce livre, émue, mais aussi admirative de tant de courage et de volonté de la part de ce jeune garçon, de ce jeune homme et de cet homme qu'il est devenu ensuite, arrivant à dépasser ce mauvais coup de la vie et en le transformant en force et en maturité. "J'apprends alors que nul ne vient à soi si on ne va vers lui. La prison solitaire, c'est moi, et moi seul, qui en détiens la clé. C'est la leçon que vous m'avez donnée. Je la retiendrai pour longtemps, pour toujours peut-être."
Coup de coeur pour ce livre qui est une vraie leçon de vie, de courage et d'espoir.
Merci à toi, Alain. :-)

Quatrième de couverture :
   Les accidents de la vie surgissent sans crier gare.
   En un instant, ils font passer d'un état à un autre.
   L'être humain commence par subir,
   puis il s'adapte,
   puis il resurgit.
   C'est ainsi que peu à peu "le passage se crée"
   passage vers une nouvelle existence,
   de nouvelles modalités de vie.
   Le vécu personnel de ce temps de passage
   reste souvent secret.
   Puis un jour, l'heure vient.
   Il est temps de dire.
   Il est temps d'écrire.

mardi 3 mai 2011

Peut-on oublier les personnes que l'on a aimées ?

Les créatures qui ont joué un grand rôle dans notre vie, il est rare qu'elles en sortent tout d'un coup d'une façon définitive.
(Marcel Proust)


Les personnes avec lesquelles nous avons vécu quelque chose de fort, avec lesquelles nous avons été très proches, laissent en nous une empreinte indélébile, même si celle-ci s'atténue au fil des jours, des années. Ce peut être une empreinte chargée de douceur ou une empreinte chargée de tristesse, ou les deux mélangées. Cette empreinte restera gravée quelque part en nous, un peu comme si une partie de cette personne s'était intégrée en nous, comme si cette personne avait laissé quelque chose d'elle en nous. Certains jours, par une musique, par une lecture, par une pensée, elle resurgit alors que nous pensions l'avoir oubliée. Mais peut-on oublier les personnes que l'on a aimées ?... Je ne le pense pas.

jeudi 21 avril 2011

La répétition

Ce qui n’est pas pleinement compris se répète.
(Jiddu Krishnamurti)


Inconsciemment, nous répétons des gestes, des comportements de nos parents, de nos grands-parents, et tant que nous n'en aurons pas compris le pourquoi, la raison, le sens, ils seront toujours présents, et se répéteront bien souvent aussi dans les générations à venir. D'où la nécessité, parfois, lorsqu'il s'agit de comportements gênants, de se poser et de prendre le temps de se questionner et d'y réfléchir. Et même d'aller voir quelqu'un qui pourrait nous aider. C'est vrai que nous avons parfois des comportements, des angoisses aussi, qui nous empoisonnent la vie, et tant que nous n'en connaîtrons pas l'origine, ils et elles ne cesseront pas, et se répéteront indéfiniment...
J'ai un livre à ce sujet, je vous en parlerai plus en détails lorsque je l'aurai lu.
A suivre, donc...

mercredi 20 avril 2011

Le respect

Il nous est parfois difficile de comprendre le comportement de certains de nos proches, de nos amis, et pourtant nous devons les accepter tels qu'ils sont, car ce n'est pas pour cette raison que nous ne pouvons pas nous entendre. Si c'est vraiment trop difficile, alors nous ne les fréquentons plus, mais nous n'avons pas le droit de les juger. Chacun a le droit de penser différemment, c'est ce qui fait la richesse des partages. A condition évidemment qu'il y ait envie de partage, et surtout qu'il y ait respect dans ce partage.
J'ai des relations avec des personnes qui ne vivent pas de la même façon que moi, qui n'ont pas les mêmes idées que moi, qui n'ont pas les mêmes valeurs, les mêmes priorités, et pourtant, je suis amie avec certaines depuis très longtemps. Je pense, et je le répète, que tout est une question de respect. Je trouve d'ailleurs que dans la vie en général, les gens ne sont pas assez respectueux les uns des autres, et c'est fort dommage... Si les gens pouvaient se persuader que "différence" ne veut pas forcément dire "incompatibilité", ils s'enrichiraient au contraire au contact de ces personnes qu'ils disent "différentes".
Respect et tolérance font partie de la liste de mes mots préférés. Respect et tolérance, deux valeurs que mes parents, tout imparfaits qu'ils étaient, m'ont inculquées et je les en remercie. Respect et tolérance... deux mots d'une importance extrême.

lundi 18 avril 2011

dimanche 10 avril 2011

Les petits tiroirs du secrétaire

Chez moi se trouve un secrétaire. Ce secrétaire, j'y tiens beaucoup. En fait, c'est mon père qui l'avait acheté pour ranger ses papiers. Il commence donc à avoir un certain nombre d'années (au moins 42 ans, puisque mon père est parti en 1969). Lorsqu'on ouvre la porte du secrétaire, celle-ci grince (porte qui, une fois ouverte, sert de tablette pour écrire). Elle grince depuis toujours, il me semble l'avoir toujours entendue. Et jamais personne n'a essayé de remédier à ce grincement... Je revois donc mon père installé sur cette tablette et écrire, ou ranger des papiers. Ensuite, lorsque nous avons déménagé, ma mère l'a installé dans sa chambre. Et quand elle est allée en maison de retraite, le secrétaire l'a suivie. Lorsque ma mère est partie à son tour, j'ai tenu à récupérer ce secrétaire. Il était hors de question de le jeter. Pourtant, il n'est pas très beau, il n'a rien d'extraordinaire, mais il est empreint de toute une histoire. Et (c'est pour cela que je voulais en parler en fait) lorsque j'ouvre les petits tiroirs qui sont à l'intérieur, petits tiroirs où j'ai laissé tels quels tous les petits objets qui s'y trouvaient, l'odeur de la maison de mon enfance, de mon adolescence, cette odeur resurgit soudain, et c'est toujours avec beaucoup d'émotion que je les ouvre. Une odeur, en l'espace de quelques secondes, peut nous ramener des années en arrière, peut nous remémorer des scènes, des séquences, des souvenirs de notre enfance. Et ces souvenirs-là, ce sont de bons et doux souvenirs...

vendredi 8 avril 2011

Je n'aime pas les énigmes

Il y a des personnes que l'on fréquente pendant quelques temps, avec lesquelles on partage, on discute, on rit, des personnes auxquelles on s'attache, des personnes que l'on croit connaître. Et puis un jour, subitement, elles disparaissent, sans laisser de traces, sans laisser un mot, sans une explication. On n'aura plus aucune nouvelle, on ne les reverra jamais. On se rend compte alors qu'on ne les connaissait pas tant que cela. Et peut-être même qu'on avait tout faux. Ces personnes-là resteront des énigmes... Je n'aime pas les énigmes... Et vous ?...

mardi 5 avril 2011

Pensée de ce mardi soir

Il y a des rêves dont on sait qu'ils ne se réaliseront jamais, et c'est peut-être mieux ainsi. Il vaut mieux laisser briller en nous cette petite lumière, plutôt que de risquer de l'éteindre en voulant l'atteindre...

dimanche 27 mars 2011

Les dessous de table - Nicole Versailles

Nicole Versailles est bien connue sur la toile sous le nom de Coumarine. Certain(e)s d'entre vous la connaissent bien, et pour ceux et celles qui ne la connaissent pas encore, je vous recommande d'aller faire un petit tour chez elle sur ses "Petites paroles de Coumarine, des petites paroles qui ne laissent jamais indifférent(e)s.
Coumarine a déjà écrit trois livres. Après avoir lu ses deux premiers "Tout d'un blog" et "L'enfant à l'endroit, l'enfant à l'envers" (magnifique ! à lire absolument !), je viens de terminer la lecture de son troisième livre qui s'intitule "Les dessous de table". Il s'agit d'un recueil de 18 petites nouvelles, toutes aussi savoureuses et croustillantes les unes que les autres. Si j'ai envie d'en parler ce soir, c'est que je me suis régalée en le lisant (en les lisant) et que j'ai beaucoup aimé ! Bravo Coumarine, j'attends avec impatience le prochain !... :-)

Ci-dessous, la couverture et le quatrième de couverture. Cliquez dessus pour agrandir.


jeudi 24 mars 2011

L'indécision

Je ne sais pas...
Tu crois ?
Ah bon ?
Oui, peut-être...
On verra...
Ah ! et puis non !...

Tiens ! c'est curieux, ces mots me parlent...
Ils me disent... que je suis la reine de l'indécision !
La preuve, le cirque que j'ai fait avec mes blogs !... pour finalement en revenir au point de départ...
Et vous, êtes-vous toujours sûr(e)s d'avoir fait le bon choix, ne revenez-nous jamais en arrière, ou bien, tout comme moi, avez des petits regrets, des petits remords, et finalement, revenez-vous sur votre décision ?...
Dites moi, question de me rassurer... :-)
Il est vrai que l'indécision peut être énervante, et pour soi, et pour les autres, mais tant qu'elle ne concerne pas un événement important, tant qu'elle ne cause de tort à personne, est-ce vraiment si... grave ?...
Je tiens à dire, tout de même, que lorsqu'il s'agit d'événements qui me tiennent vraiment à coeur et qui sont plus sérieux qu'une histoire de blogs, je suis capable de "foncer", de ne pas hésiter et surtout, de ne pas regretter... Ah mais !... :-)

Finalement...

Finalement, après toutes ces cogitations et ces questionnements à propos de mes blogs (trois billets tout de même rien que pour ça !... :-)), je les laisse ouverts tous les quatre !...
Comme je le dis sur mon blog Photos, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis... :-)
Cela vous aura permis de constater que je suis vraiment de nature indécise et que je ne sais vraiment pas ce que je veux, mais je l'assume !... (sourire)
Donc je posterai alternativement et selon mon humeur, sur l'un ou sur l'autre de mes quatre blogs. Voilà...
Belle journée à vous !... et merci pour tous vos conseils, et surtout de votre gentillesse !

mardi 22 mars 2011

Comment faire ?... Réponse...

Après avoir lu tous vos nombreux avis, je vais donc effectuer quelques transformations par rapport à mes blogs, mais je vais y aller doucement... je n'aime pas me précipiter... :-)
Je vais garder deux blogs actifs: "Un coeur qui bat" (c'est tout de même mon tout premier, et je n'ai pas envie de m'en séparer, et puis, j'ai beaucoup de monde qui y passe régulièrement), et je vais garder bien évidemment celui-ci. Je vais mettre en veille: "Des mots pour le dire" (je n'ai pas envie de le fermer définitivement, il m'a accompagnée lors de moments forts et parfois douloureux de ma vie et j'y suis attachée...) Et je vais fermer mon blog Photos. Je déposerai mes photos tantôt ici, tantôt sur "Un coeur qui bat".
En fait, cela me fera donc deux blogs actifs et un blog en veille. Cela devrait déjà aller mieux. Et si cela ne va pas, je trouverai une autre idée.
Maintenant, il me reste à trouver un nouveau nom pour celui-ci... Je vais y réfléchir.
En tous cas, merci à vous toutes et tous pour vos suggestions qui m'ont aidée à réfléchir !... :-)

vendredi 18 mars 2011

Comment faire ?...

Je pensais revenir plus vite "parler" sur mon blog, mais depuis déjà quelques semaines, j'ai une "tonne" de boulot.
Je vous explique : je travaille sur ordinateur environ 7 à 8 heures par jour, et le travail que j'effectue en ce moment requiert beaucoup d'attention, d'où grosse fatigue en fin de journée. Je n'ai donc guère l'énergie, le soir, de retourner devant l'écran du PC. Je vais donc être obligée de mettre mes blogs au ralenti, poster de façon moins régulière.
Ou peut-être, ce qui serait une autre alternative, et j'y pense depuis quelques jours déjà, ne conserver qu'un ou deux blogs, au lieu des quatre que j'ai actuellement... Quatre blogs, c'est trop. Mais lesquels vais-je fermer ? lesquels vais-je conserver ? C'est mon dilemne du moment. Petit dilemne, me direz-vous. Oui, bien sûr, mais la vie est pleine de petits dilemnes...
Peut-être déjà fermer mon blog Photos, et mettre mes photos sur "Un coeur qui bat". Et puis mes poèmes et textes que je mets sur "Des mots pour le dire", les mettre dorénavant sur celui-ci... Qu'en pensez-vous ? car vous êtes mes lecteurs et lectrices, donc j'aimerais que vous me donniez votre avis, que vous me donniez des idées, et j'en tiendrai compte pour prendre ma décision... :-)
Merci et bon week-end à vous toutes et tous !