et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

vendredi 23 décembre 2016

Joyeuses Fêtes !


Je vous souhaite de très belles Fêtes de fin d'année
ainsi qu'une très Bonne Année 2017. Que celle-ci soit douce et pleine d'Amour.
Je vous embrasse. A bientôt !
.

mercredi 21 décembre 2016

Adieu belle Michèle...

Michèle Morgan  nous a quittés hier à l'âge de 96 ans.



« Le Quai des brumes » de Marcel Carné 1938

« T'as d'beaux yeux, tu sais... », la célèbre réplique de Jean Gabin à Michèle Morgan.
Oui, elle avait de beaux yeux, et un immense talent.
Adieu belle Michèle...

lundi 19 décembre 2016

La balade des crèches

Chaque année, depuis neuf ans, sont exposées environ 350 crèches artisanales dans les rues du petit village de Viverols (petit village du Puy-de-Dôme), ainsi que des crèches du monde entier à la salle des fêtes. Je m'y suis rendue jeudi dernier avec le groupe de marche, et j'ai fait quelques photos, il y en a pour tous les goûts. Cliquez sur le lien ci-après et allez découvrir : La balade des crèches

jeudi 15 décembre 2016

« A Vélo pour l'Eternité »

Après avoir lu ses deux précédents ouvrages, je viens de finir de lire « A Vélo pour l'Eternité », le troisième livre écrit par Alain Rohand. J'avais beaucoup aimé les deux premiers. Et celui-ci, très différent du deuxième, qui était lui-même très différent du premier, n'a pas déçu mes attentes, j'ai adoré. Cette fois, Alain (​AlainX pour les plus intimes) s'est essayé aux nouvelles. Pas n'importe quelles nouvelles, puisqu'elles mettent en scène des personnages hors du commun, des personnages attachants mais qui peuvent être également terrifiants (attention à ne pas lire certaines nouvelles avant de s'endormir (sourire)). J'ai dit personnages hors du commun, mais qui sont pourtant si proches de nous, quelque part, c'est sans doute pour cela qu'ils nous touchent tant, ou bien qu'ils nous font tant peur aussi, allez savoir...

Résumé (quatrième de couverture)
- A VELO POUR L'ETERNITE
« Des aventures singulières et parfois étranges vous mèneront jusqu’à l’Île de l’Éternité...
Vous voyagerez en avion, en train, en bateau, à vélo, dans le présent et le futur.
Découvrez des personnes hors du commun, et cependant aux apparences si ordinaires. Certaines vous donneront froid dans le dos...
Neuf Nouvelles qui vont vous surprendre.
Ce recueil de nouvelles explore la part obscure du psychisme de personnages imaginaires et néanmoins largement plausibles. Peut-être en avez-vous croisé certains sans le savoir. Le réel n’est pas toujours où on l’attend. Des histoires aux apparences anodines, vous embarqueront pour des voyages déroutants et surprenants. »
A VELO POUR L'ETERNITE de​ Alain Rohand.


Du même auteur :

- LE PASSAGE SE CREE
« Les accidents de la vie surgissent sans crier gare.
En un instant, ils font passer d'un état à un autre.
L'être humain commence par subir,
puis il s'adapte,
puis il resurgit.
C'est ainsi que peu à peu « le passage se crée » passage vers une nouvelle existence, de nouvelles modalités de vie.
Le vécu personnel de ce temps de passage reste souvent secret.
Puis un jour, l'heure vient. Il est temps de dire.
Il est temps d'écrire. »
-> LE PASSAGE SE CREE de​ Alain Rohand.

- 120 PENSEES PLONGEANTES
« 120 textes sélectionnés parmi bien d'autres, écrits par Alain Rohand ces 10 dernières années (2005 - 2015).
120 pensées venues des profondeurs intérieures où surgissent les réalités de l'être en quête de vivre et de donner.
120 parcelles de vie issues de l'âme et du coeur.
A déguster lentement... »
-> 120 PENSEES PLONGEANTES de​ Alain Rohand.

mardi 13 décembre 2016

Le paysage que j'ai la chance de voir tous les mardis matin

Comme je l'ai sans doute déjà dit, ou écrit devrais-je, tous les mardis matin, je me rends à des cours de Qi gong. Ceux-ci ont lieu à une trentaine de kilomètres de chez moi. Je pars à dix heures. A mi chemin, j'aime voir au loin le village de Merle Leignec. Ce matin, je suis partie un peu plus tôt, et je me suis arrêtée sur le bord de la route pour photographier ce joli petit village. J'avais pris soin de mettre mon appareil photos dans la voiture.


Vers midi dix, en sortant du cours, je reprends la route pour rentrer chez moi. Et à chaque fois, je suis émerveillée par le paysage qui s'offre à moi... Et aujourd'hui, je m'arrête pour faire des photos également de cette vue si belle. Enfin, moi, je la trouve belle... Il est vrai que je ne peux vous offrir que des photos qui ne sont qu'un tout petit aperçu de ce que je vois, mais j'avais tout de même envie de partager avec vous le paysage que j'ai la chance de voir tous les mardis matin...

Le Ballon d'Alsace

Je ne suis jamais allée au Ballon d'Alsace, il faudra que j'y songe d'ailleurs. Mais une cousine à moi et son mari n'habitent pas très loin, et sont allés s'y balader. Elle m'a fait parvenir cette photo, photo que je trouve très belle, et que j'ai envie de partager avec vous. Merci Dany.

vendredi 9 décembre 2016

Les amis essentiels

« Puisses-tu garder au vent de ta branche tes amis essentiels. » (René Char)
.

jeudi 8 décembre 2016

Des mots, une photo...

« Je veux garder les yeux ouverts sur les souffrances, le malheur, la cruauté du monde ; mais aussi sur la lumière, sur la beauté, sur tout ce qui nous aide à nous dépasser, à mieux vivre, à parier sur l'avenir. » (Andrée Chedid)

Le petit rouge-gorge est là...

mardi 6 décembre 2016

Le brouillard dans la vallée, c'est beau, mais...

Ce matin, en redescendant de mon cours de qi gong, je dis en redescendant car les cours ont lieu à une trentaine de kilomètres de chez moi, dans un bourg qui se situe à 900 m d'altitude, le lieu où je vis n'est qu'à 450 m. Je disais donc, ce matin, en redescendant de mon cours de qi gong, je n'ai pas pu faire autrement que de m'arrêter en plusieurs fois sur le bord de la route pour faire des photos (avec mon téléphone, donc elles sont de qualité très moyenne). Le paysage était tellement beau, le brouillard dans la vallée, les montagnes autour, c'était magnifique. Mais ce qui était moins drôle, c'est que je savais que j'y allais tout droit dans le brouillard... et pas manqué. J'ai retrouvé le brouillard que j'avais laissé le matin en partant. Et les degrés en moins. 11° là-haut, 2° en bas... Mais bon, vers 13h30 environ, le soleil est arrivé à chasser le vilain brouillard, et à réchauffer le fond de l'air.

Cliquez sur les photos, vous les verrez mieux. :-)



dimanche 4 décembre 2016

Capucine

Capucine, la petite minette d'Agnès
« J'aime les chats parce que j'aime ma maison. Et qu'ils en deviennent peu à peu l'âme visible. »
(Jean Cocteau)

jeudi 1 décembre 2016

« L'Amour et l'Amitié »

Une chanson que j'avais apprise et chantée alors que je faisais partie d'une chorale il y a déjà plusieurs années, une chanson que j'aimais beaucoup, une chanson qu'un ami blogueur a déposée chez lui et que j'ai eue beaucoup de plaisir à réentendre, une chanson que j'ai envie de partager avec vous : "L'Amour et l'Amitié", interprétée par Henri Tachan.

 Les paroles -> ​ « L'Amour et l'Amitié ».

lundi 28 novembre 2016

Du baume au coeur

Le petit rouge-gorge est de retour, comme chaque année, à la même époque... :-)

Photo faite ce matin de la fenêtre de mon bureau.

samedi 26 novembre 2016

Interview de Michel Simon

En me baladant sur le net, je suis tombée sur cette vidéo, une interview de Michel Simon. Michel Simon, cet homme si attachant, cet artiste au talent inoubliable, et cette gueule reconnaissable entre toutes. Il m'a fait sourire, rire, et il m'a attendrie aussi, juste ce qu'il me fallait pour aujourd'hui...

Nous sommes des êtres complets...

« Nous sommes des êtres complets et la nature nous amène à le ressentir profondément, alors que la société crée en nous le manque. Elle sait nous faire croire et nous faire ressentir qu'il nous manque quelque chose pour être heureux. Elle nous interdit d'être satisfaits de ce que nous avons, de ce que nous sommes. Elle ne cesse de nous faire croire que nous sommes incomplets. »
-> Laurent Gounelle (Le jour où j'ai appris à vivre)

lundi 21 novembre 2016

Les Frères Jacques - Paul Tourenne s'en est allé...

Les Frères Jacques, c'est toute une époque, et c'est déjà si loin. Lorsque j'étais gamine, je les écoutais chanter sur les 45t que mon père passait sur son électrophone. Et puis lorsque nous avons eu la télévision, nous avons pu les voir. Quatre chanteurs, dotés de moustaches (vraies ou fausses), habillés de collants noirs et de hauts de couleurs. Un quatuor qui combinait le chant et le mime. Ils avaient une sacrée pêche les Frères Jacques. Et lorsque j'y repense, je me dis que si quatre chanteurs se présentaient actuellement sur scène tels qu'ils se présentaient eux à l'époque, ils passeraient pour des illuminés. Quoique... je pense à Philippe Katerine... il est bien un brin déjanté, et ça passe bien. Enfin, on aime ou on n'aime pas. Moi, j'aime bien.
En fait, je parle des Frères Jacques aujourd'hui, car Paul Tourenne est mort hier à l'âge de 93 ans. Il était le dernier des quatre, encore en vie. Cela mérite bien un billet pour lui, pour leur rendre hommage.

Allez, un petit lien pour ceux qui ne connaîtraient pas leur histoire -> ​ L'histoire des Frères Jacques.

Et deux chansons : "La confiture", et "Les Tics" ! :-)


jeudi 17 novembre 2016

Le pouvoir des couleurs

Très intéressante étude sur le pouvoir des couleurs dans la vie de tous les jours.

« Les couleurs, nous les voyons, mais nous rendons-nous vraiment compte de l’influence qu’elles ont sur nous ? Dans un monde moderne qui privilégie les tons neutres et dénaturés, Jean-Gabriel, auteur du livre "L'étonnant pouvoir des couleurs" éclaire notre regard sur la couleur. »


« Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires. » (Pierre Dac) 
.

mardi 15 novembre 2016

Paisibilité

Photo faite en fin de matinée en rentrant chez moi après le cours de qi gong.

lundi 14 novembre 2016

« Photos volées »

 « Observateur, contemplatif, Jean s'est remis à la photo depuis qu'il a perdu son travail, à 58 ans. Pas encore la retraite et trop vieux pour Pôle emploi, il vit seul mais conserve quelques amis. Certains logent entre Paris et Asnières, d'autres du côté de L'Oiseau bleu, un bistrot tenu par un jeune couple sympathique. Le temps n'en finit plus de s'étirer désormais, alors Jean plonge dans ses archives, ressort quelques portraits de son ex, de ruelles oubliées, de silhouettes sous la pluie. « Un jour, vraiment plus personne ne vous attend », murmure-t-il en remontant le col de son manteau, son Leica dans le creux de sa poche, quand les semaines ont la consistance d'un décor en carton.

Depuis « Moi aussi un jour, j'irai loin », en 1995, Dominique Fabre déambule entre passé et présent, amoureux des lisières, des poussifs de la Petite Ceinture, des cafés où défilent les solitaires en quête de chaleur et de conversation. Mais ces Photos volées décrivent aussi les moments d'espoir, les rencontres impromptues, la douceur de l'amitié. « J'ai passé une bonne soirée », dit Jean simplement, après un dîner chez Hicham qui lui fait oublier sa vie de courants d'air et ce temps qui reste à ne rien faire. Alors qu'il trie ses clichés noir et blanc, la nostalgie afflue par vagues. Mais ce beau livre n'est pas une oeuvre désenchantée. Il ressemble aux promenades où l'on marche au hasard. Soudain, une rue permet de remonter le cours du temps. On n'y croise pas, comme chez Modiano, des hommes au passé douteux ou de jolies bourgeoises au nom poétique. Plutôt des couples en Mobylette passant devant un mur recouvert de vieilles publicités ou une femme d'âge moyen, un peu trop apprêtée, assise très droite à une terrasse et le regard dans le vide. Bientôt un homme arrivera et ses yeux se mettront à briller. » — Christine Ferniot

-> source :​ Télérama.

Livre pris à la médiathèque. Un très bon roman. A la suite, et du même auteur, je lirai : « Il faudrait s'arracher le coeur. » Mais je vous en reparlerai.

vendredi 11 novembre 2016

Leonard Cohen nous a quittés lundi soir

Leonard Cohen nous a quittés lundi soir (7 novembre). J'aimais cet homme, cet artiste. Ses chansons m'ont suivie tout le long de ma vie. Sa disparition me touche et m'attriste. En hommage, deux chansons.

La première "You want it darker", tirée de son tout dernier album qui porte son nom.


Les paroles -> ​ You want it darker.

Et la deuxième "Hallelujah" que je ne me lasserai jamais d'écouter...

mercredi 9 novembre 2016

IDEES NOIRES

Cette chanson, non pas parce que j'ai des idées noires, mais parce que j'aime ce qu'elle dit, et aussi parce que j'aime ce duo, cette version : Bernard Lavilliers, et Catherine Ringer.

lundi 7 novembre 2016

Avant que les feuilles ne tombent...

Après une courte escapade en Bretagne, le temps de rendre les petits à leurs parents, je reviens poster quelques photos d'automne avant que les feuilles ne tombent et que le paysage ne se pare de son manteau blanc. J'espère que vous appréciez encore cette série, sans doute la dernière, car à toute bonne chose il faut une fin... (sourire)



lundi 31 octobre 2016

Juste une photo...

mais d'autres suivront...

Photo faite aujourd'hui en montant à la coulée de lave de Bourianne.
.

FORMIDABLE ! La Bronze

Très belle interprétation ! Merci à​ Pascal, j'ai découvert cette version chez lui.

mercredi 26 octobre 2016

Petite pause

Petite pause, je vais avoir du monde à la maison, des petits et des grands. (sourire)
A bientôt !

lundi 24 octobre 2016

L'observation des oiseaux...

L'observation des oiseaux, ici des Cormorans, c'est passionnant ! (sourire)




Oh ! lui, il a même attrapé un poisson ! :-)


 Et en prime, vu sur le chemin (sourire) :


La modération, un art de vivre

J'avais recopié ce texte de Pierre Rabhi il y a plusieurs mois. Je ne sais pas pourquoi je ne l'avais pas encore publié. C'est donc pour aujourd'hui.  Lisez-le, lentement, calmement. Il dit des trucs vraiment bien cet homme. :-)

« Il est dommage que le temps passé à essayer de savoir s'il existe une vie après la mort ne soit pas consacré à comprendre ce qu'est la vie, et, en comprenant son immense valeur, à agir pour en faire un chef-d'oeuvre inspiré par un humanisme vivant et actif, au sein duquel la modération serait un art de vivre. Il serait dommage, après avoir été repu de souffrance et de non-sens, de se demander au terme de sa propre vie non pas s'il existe une vie après la mort, mais s'il en existe vraiment une avant la mort, et ce qu'elle représente dans le mystère de la vie. Une existence accomplie se mesure-t-elle à la réussite économique, politique, ou autre ? Tout est élément éphémère dans ce fleuve peu tranquille que nous appelons l'histoire. Même ceux que nous nommons les "grands hommes" y disparaissent, ne laissant au creux de notre mémoire qu'une empreinte évanescente dans l'immensité infinie du silence. Toutes les disciplines scientifiques réunies ne peuvent nous éclairer, parce qu'elles ne nous donnent à comprendre que les fragments d'un phénomène qui échappe à la compréhension globale. Elles ont cependant le mérite, pour les âmes humbles, de mettre en évidence l'impossibilité pour la pensée, de nature limitée, de nous permettre l'accès à une réalité de nature illimitée. Cependant, lorsque la pensée prend conscience de ses limites, silencieuse, elle nous conduit jusqu'aux rivages de l'inconnu. Elle s'apaise alors, découvre la sobriété, et nous introduit à une contemplation dénuée de tout questionnement sans objet, de toute attente ou ambition, qui ouvre notre être profond à ce qui n'est réductible à aucun langage. Il est probable que le silence auquel se heurte notre désir de savoir l'essentiel de l'essentiel soit la cause de nos plus grands tourments, et transforme la vie en un enfermement, alors que l'univers tout entier nous invite à la liberté la plus absolue. Nos connaissances ont pu nous expliquer comment une humble graine germe et perpétue la vie, mais n'ont jamais élucidé le pourquoi de la vie. »
-> Pierre Rabhi (Vers la sobriété heureuse, p. 90-91)

samedi 22 octobre 2016

J'ai cherché et j'ai trouvé... un peu...

J'ai cherché et j'ai trouvé juste quelques feuilles couleur d'automne (deuxième photo), mais le paysage s'obstine à rester vert, les arbres, les prés. C'est assez impressionnant. Cela donne l'impression d'un arrêt dans le temps...


vendredi 21 octobre 2016

Une balade altiligérienne

Faites juste un petit clic sur le lien et venez découvrir cette ->​ balade altiligérienne


« Faire route à pied par un beau temps, dans un beau pays, sans être pressé, et avoir pour terme de ma course un objet agréable : voilà de toutes les manières de vivre celle qui est le plus à mon goût. » (Jean-Jacques Rousseau) 
.

mardi 18 octobre 2016

Une perdrix rouge

C'est la première fois que je vois un tel oiseau près de chez moi. Je viens de rechercher, il s'agit d'une perdrix rouge. Allez lire cet article si vous voulez en savoir plus sur ce bel oiseau : ​ la perdrix rouge (il faut descendre un peu plus bas que la moitié de la page pour la trouver).
Comme chaque fois que je découvre un nouvel oiseau, et qu'en plus il vient se poser juste à côté de chez moi, je suis heureuse ! :-)


vendredi 14 octobre 2016

DISPERSES PAR LE VENT

Ma dernière lecture : « Dispersés par le vent », de Richard Flanagan. Un récit sombre et magnifique.

Quatrième de couverture :
« Connaissez-vous la Tasmanie, cette île du bout du monde, distante de la France de quelque dix-sept mille kilomètres ? Une terre montagneuse et sauvage, abritée au nord par le continent australien. Les hivers y sont rudes, et la tempête faisait rage en cette nuit de 1954 où Maria Buloh s'est enfoncée dans la forêt, abandonnant son mari et sa fille de trois ans. Mystère inaugural qui hante chaque page de ce récit, tout comme il hante les rêves de Sonja Buloh, cette fillette qui a vu sa mère s'éloigner sous la neige. Trente-cinq ans plus tard, Sonja, enceinte, revient sur les lieux de son enfance et tente de rassembler les morceaux épars de son histoire familiale. »
« Conte de l'exil, (re) conquête d'une identité perdue, voici un roman bouleversant, où les souvenirs reviennent comme ces vents qui balaient la terre et les êtres. » (Alexis Lorca)

- J'ai aimé doublement ce livre, car il avait été choisi et offert à ma soeur en décembre 2004 par mon frère. 

mardi 11 octobre 2016

Si chacun de nous était conscient...

« Si chacun de nous était conscient de l'immense valeur qui est la sienne, c'est toute la face du monde qui serait changée. Mais on vit dans une société où l'on dit rarement aux gens le bien que l'on pense d'eux. On a beaucoup de pudeur à l'exprimer et, finalement, beaucoup de retenue : chacun garde secrètement en soi ses opinions positives comme des graines qu'on laisserait se dessécher au fond de sa poche au lieu de les semer ou de les confier au souffle du vent, à la terre et à la pluie. C'est peut être la raison pour laquelle les gens ne sont pas habitués à recevoir de tels messages, et c'est difficile de faire un compliment sincère à quelqu'un sans que ce soit mal interprété ou que l'on vous prête des intentions sournoises. Et si par chance inouïe votre sincérité n'est pas remise en cause, alors cette personne va souvent tenter de minimiser par tous les moyens la qualité que vous lui prêtez, dans un élan de modestie qui cache l'embarras à recevoir un cadeau aussi inhabituel. » (Laurent Gounelle)

lundi 10 octobre 2016

Problème Blogger

Ma liste de liens me conduisant chez vous a disparu, il y a un grand espace vide à la place ! Il ne s'agit pas de la liste des membres, hein ! mais de la liste des liens me permettant d'accéder à vos blogs. Ce n'est pas moi qui l'ai supprimée. J'espère que Blogger va bien vite me la restituer, car je serais contrariée. Vous qui passez sur "Des mots des pensées", pas de soucis, vos liens sont là-bas, ouf ! mais j'avais dans cette liste certains blogs, en pause ou fermés, ou sur lesquels j'aimais aller me promener, que je risque bien de perdre si Blogger ne me rend pas les liens. Bon, je reste optimiste, je croise les doigts, et je me dis que demain, ils seront de retour... peut-être...

Avez-vous déjà eu ce genre de problèmes avec Blogger ?

samedi 8 octobre 2016

vendredi 7 octobre 2016

A l'envers ou à l'endroit, cela change tout, non ?


Une photo positionnée à l'envers ou à l'endroit, cela change tout, non ?
Une paisible photo d'un rocher en bord de Loire avec les arbres se reflétant dans l'eau peut se transformer en une photo angoissante et inquiétante ! Vous ne trouvez pas ?