et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

vendredi 29 septembre 2017

Un petit tour dans le Cantal

Ces derniers temps, je me balade pas mal, c'est vrai, mais je vais me calmer... :-)
Voici donc cette fois quelques photos de ma dernière escapade dans le CANTAL, une magnifique région à découvrir si vous ne connaissez pas...



La suite, c'est ici ->Le CANTAL.

dimanche 17 septembre 2017

Escapade au Lac de Serre-Ponçon

La semaine dernière, petite escapade de quelques jours au Lac de Serre-Ponçon. J'ai évidemment fait plein de photos et j'ai envie de les partager avec vous. :-)


La suite, c'est ici -> ​ Le Lac de Serre-Ponçon
.

vendredi 15 septembre 2017

En attendant Bojangles

En attendant Bojangles - Olivier Bourdeaut
Un roman déjanté, drôle et très émouvant.
J'ai adoré !

« C'est une histoire d'amour fou, un premier roman qui veut « botter le cul à la raison », porté par la voix de Nina Simone. Devant leur fils en extase, Louise et Georges forment un couple fantasque. Ils dansent jour et nuit dans leur immense appartement tout en buvant des cocktails colorés. S'ils oublient d'ouvrir le courrier, c'est pour mieux ignorer le temps qui passe et la banalité des contraintes sociales. Dans ce tourbillon, une grue de Numidie, nommée Mademoiselle Superfétatoire, a trouvé sa place. Elle ondule son long cou noir et crie très fort en glissant sur le parquet. Chaque jour est une fête, et Louise, la mère, magicienne, change de prénom comme de robe de bal. Parfois, elle décide de quitter la ville pour un château en Espagne dont le balcon donne sur la mer. Les lendemains n'existent pas...
Dans cette fable pétillante comme une flûte de champagne, la mort est un mensonge et devient prétexte à poésie. On rit comme on pleure au rythme de la valse. Quand le fils admiratif prend la parole, on croirait une chanson de Boris Vian, à la fois allègre et humoristique. Mais lorsque le père écrit son journal, un autre ton, légèrement suranné et plus inquiet, vient se glisser comme une image fitzgéraldienne. Ce court roman file sur la piste de danse, robes en corolle et chaussures cirées. En quelques bulles, il est déjà terminé, donnant envie de réécouter encore une fois la voix chaude de Nina Simone dans Mr Bojangles, un conte parfumé à la nostalgie. » (​ Christine Ferniot - Télérama)

Pour vous donner le ton, cet extrait :
« Un jour par an seulement, ma mère possédait un prénom fixe. Le 15 février, elle s'appelait Georgette. Ce n'était pas son vrai prénom, mais la Sainte-Georgette avait lieu le lendemain de la Saint-Valentin. Mes parents trouvaient tellement peu romantique de s'attabler dans un restaurant entourés d'amours forcés, en service commandé. Alors chaque année, ils fêtaient la Sainte-Georgette en profitant d'un restaurant désert et d'un service à leur seule disposition. De toute manière, Papa considérait qu'une fête romantique ne pouvait porter qu'un prénom féminin.
- Veuillez nous réserver la meilleure table, au nom de Georgette et Georges s'il vous plaît. Rassurez-moi, il ne vous reste plus de vos affreux gâteaux en forme de coeur ? Non ! Dieu merci ! disait-il en réservant la table d'un grand restaurant.
Pour eux, la Sainte-Georgette n'était surtout pas la fête des amourettes. »

A écouter en lisant le livre ! ou juste pour le plaisir...
Très très belle chanson ♥♥♥

vendredi 8 septembre 2017

Un p'tit tour avec moi...

lors de ma dernière escapade dans ce petit coin de paradis que j'aime tant !


Les autres photos sont ici ►  ​ ​ Au pays de la maison bleue
.

lundi 4 septembre 2017

LA TERRE QUI PENCHE

LA TERRE QUI PENCHE, roman de Carole Martinez.
Coup de coeur ! pour ce roman que je viens de finir de lire.

Résumé
« Blanche est morte en 1361 à l’âge de douze ans, mais elle a tant vieilli par-delà la mort ! La vieille âme qu’elle est devenue aurait tout oublié de sa courte existence si la petite fille qu’elle a été ne la hantait pas. Vieille âme et petite fille partagent la même tombe et leurs récits alternent.
L’enfance se raconte au présent et la vieillesse s’émerveille, s’étonne, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend.
Veut-on l’offrir au diable filou pour que les temps de misère cessent, que les récoltes ne pourrissent plus et que le mal noir qui a emporté sa mère en même temps que la moitié du monde ne revienne jamais ?
Par la force d’une écriture cruelle, sensuelle et poétique à la fois, Carole Martinez laisse Blanche tisser les orties de son enfance et recoudre son destin. Nous retrouvons son univers si singulier, où la magie et le songe côtoient la violence et la truculence charnelles, toujours à l’orée du rêve mais deux siècles plus tard, dans ce domaine des Murmures qui était le cadre de son précédent roman. » 
- Carole Martinez est née en 1966. Son premier roman, Le coeur cousu a reçu de nombreux prix littéraires. Du domaine des murmures* a obtenu le Goncourt des lycéens 2011.

Extraits
- « L'élan d'une aube est une force vive qui est à la fois un début et une fin. Un instant bref et fort comme un coup de tonnerre qui s'effrange en lumière, une étincelle qui nous fait renaître à nous-même. »
- « Heureux ceux qui désirent jusqu'au bout, et même au-delà, ceux qui meurent curieux, heureux, les oublieux qui redécouvrent chaque jour le monde, heureux les emphatiques, les simples et les croyants ! Heureux les imbéciles ! »
- « Les secrets de famille sont des fantômes, on les enterre, mais ils nous hantent. Si je doutais de mon existence, je dirais même que ce sont les seuls vrais fantômes. Mais peut-être ne suis-je qu'une simple histoire de famille qui se cherche désespérément un sens. »

*J'ai lu Du domaine des murmures, un très bon livre également. Si vous aimez les ambiances moyenâgeuses, vous aimerez ces deux romans.