et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mercredi 9 novembre 2011

Quand la nature se défend...

L'histoire du noyer

Cécile* habite un petit village perdu dans la montagne. Dans ce petit village vivent également, six mois dans l'année, dans leur résidence secondaire, Maurice* et Denise*.
Un matin, en se levant, Cécile entend un bruit de tronçonneuse. Etonnée, elle sort pour voir qui peut donc couper du bois si tôt. Elle voit alors Maurice en train de commencer à couper une branche à un superbe noyer. Il a appuyé son échelle sur le tronc de l'arbre. Elle va alors le voir et lui demande pourquoi il s'en prend à ce si bel arbre qui regorge de si belles noix, et de plus, qui ne lui appartient pas! "Il me cache la vue! Je vais le couper!" "Mais il faudrait peut-être demander avant au propriétaire?" Il ne lui répond pas et continue de scier. Cécile s'en va, très contrariée.
Ayant prévu d'aller faire des courses en ville et d'aller voir une amie, elle part pour la journée. Le soir, tracassée par cette histoire de noyer, elle retourne sur le lieu du "crime". Et elle voit, avec bonheur, que le noyer est toujours là. Par contre, une branche a été... arrachée, elle gît par terre. Bon, elle se renseignera le lendemain matin. Mais elle n'a pas à attendre, car Denise, la femme de Maurice, la voyant passer, court vers elle, et lui dit que son mari, en voulant couper la première branche de l'arbre, est tombé de l'échelle. La branche s'est cassée d'elle-même, et l'a entraîné dans sa chute. Il s'est cassé une côte, et a au moins cinq points de suture sur la tête... Il s'en tire bien, il aurait pu se faire bien plus mal... Ce n'était peut-être pas une bonne chose de vouloir couper un arbre en si bonne santé, un arbre qui ne lui appartenait pas? En tous cas, Maurice et sa femme sont repartis chez eux pour les mois d'hiver, et le noyer peut être tranquille, je ne pense pas qu'il soit à nouveau en danger...

La morale : Si un beau noyer, en pleine santé, regorgeant de beaux fruits, vous cache la vue ! surtout, laissez-le en paix!... :-)

Voilà. Cette histoire, véridique, m'a amusée, j'ai eu envie de vous la raconter (sourire).

* Prénoms d'emprunt

8 commentaires:

  1. Françoise

    dans cette histoire s'il y en a un qui s'est noyé, c'est pas le noyer !!!
    belle histoire qui se termeine bien pour tout les protagonistes.
    Bisous Françoise

    RépondreSupprimer
  2. de quoi faire réfléchir le Maurice...
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Françoise

    Le noyer a donné une belle leçon à Maurice !!

    Il a eu une réaction plutôt positive, vu sa force, notre Maurice a eu bien de la chance !

    Ne pas négliger la force positive des végétaux ♥
    Les arbres sont nos amis ♥

    Gros bisous
    Claude

    RépondreSupprimer
  4. Tous ne sont pas aussi chanceux.
    Je pense aux chutes mortelles, lors de coupes ou d'élagages, mais également à la forêt amazonienne (et tropicale) dépouillée chaque année d'un nombre d'arbres supérieur à celui de la population humaine.
    Merci pour cette histoire, Françoise
    Bises.

    RépondreSupprimer
  5. - Oui, histoire qui se termine bien, et tant mieux ! :-)
    Gros bisous, Marie.

    - sourire... Oui, Coumarine.
    Je t'embrasse moi aussi.

    - Voilà, Herbert, c'est bien fait ! :-)
    Bonne soirée à toi. Je t'embrasse.

    - Les arbres sont nos amis, oui, Claude. Respectons-les, et ils nous respecteront...
    Gros bisous et bonne fin de soirée.

    - Non, Rom, j'en connais qui n'ont pas eu cette chance, en effet.
    Quant aux forêts amazonienne et tropicale, quel gâchis...
    Merci et bon week-end à toi, Rom. Bises.

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir Françoise,
    Comme tu dis, ce superbe noyer s'est défendu.
    Rien n'est un hasard. Ce monsieur réfléchira maintenant avant de toucher la nature.
    Bonne soirée et gros bisous ma douce

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Chantal,
    Non, rien n'est un hasard.
    Bonne soirée à toi aussi, et douce nuit.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.