et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 11 mai 2010

La lettre

Il y a des lettres que l'on écrit sous le coup de la colère ou d'une vive contrariété, mais que l'on ne devrait jamais envoyer. Le fait de les écrire nous a fait beaucoup de bien. Et cela devrait suffire.

Oui, parfois il vaut mieux ne pas l'envoyer, cette lettre, car au moment où nous l'écrivons, nous sommes dans un certain état d'esprit, qui ne sera peut-être plus le même lorsque la personne la recevra, et alors, tout sera faussé. Nous l'avons écrite sous le coup de la colère, avec peut-être des mots excessifs, des mots blessants. Et cela risque de créer une tension, un malaise, même une cause de fâcherie avec cette personne, alors que la lettre décrivait juste un ressenti à un moment bien précis, un ressenti qui se serait peut-être expliqué et adouci, par la suite, en discutant de vive voix avec cette personne.

Il faut bien réfléchir aux conséquences que la lettre peut engendrer, car les mots écrits ne s'effacent pas, et il est dur, ensuite, de les faire oublier...

6 commentaires:

  1. Un psychologue ( dont j'ai oublié le nom ) à raconté un jour çà ce propos qu'il fallait écrire et poster notre courrier sans y indiquer d'adresse.
    Le faite d'avoir franchi ces deux étapes (selon lui) serait suffisant pour apaiser en grande partie la colère.
    Pff mais parfois ce que l'on a sur le coeur est tellement énorme ....
    Certes on devrait relativiser

    bonne soirée et bisous FRANCOISE

    RépondreSupprimer
  2. Je pense aussi que s'il est vrai que nous avons des efforts à faire par rapport à nos émotions et la manière de les gerer... La personne en face peut aussi faire l' effort de comprendre qu'il s'agit d'un état passager, écrit sous l'effet d'une colère ou d'une émotion... Dans un conflit, il y a deux personnes, et chacune à une partie d'elle à remettre en question.
    Pour ma part, une " chamaillerie" avec mon frère ne dure que très peu de temps, car aucun de nous estime avoir entièrement raison, donc après la tempête, on remet le sujet sur la table, on s'embrasse et tout est oublié.
    Une "chamaillerie " avec ma soeur dure des années. Il faut revenir, à genous, a plat-ventre et surtout ne pas aborder le sujet à l'origine de notre conflit. La dernière fois ça a duré 3 ans, car je suis revenue. Cette fois cela fait déjà 6 mois et ça durera jusqu'à ce que je fasse le premier pas...Elle sait que je finirai par ceder. Pff c'est pas facile

    merci encore une fois FRANCOISE pour ce nouveau sujet.

    RépondreSupprimer
  3. Une lettre, il faut bien y réfléchir, il faut l'écrire quand on a pris du recul, la personne peut la relire et ça peut faire avancer. Avec une lettre on peut oser davantage. Ca peut être risqué, mais la vie c'est risquer sans cesse.
    Une lettre peut aussi être caresse. A bientôt,Michelle

    RépondreSupprimer
  4. @Marie
    - Je pense que ce psychologue a raison. Déjà le fait de mettre les mots sur un papier, de permettre à notre colère de s'exprimer, calme et fait du bien. Mais de nos jours, comme nous envoyons surtout des mails, nous avons tendance à les envoyer trop vite. Juste une touche : "envoyer", et hop, il est trop tard, impossible de revenir en arrière.
    - Je suis entièrement d'accord avec toi lorsque tu dis qu'il y a deux personnes en cause, et que si l'autre nous a mis en colère, c'est qu'il y a une raison, et qu'elle devrait elle aussi se remettre en question. Les torts sont bien souvent partagés. C'est totalement vrai.
    Mais comme tu dis aussi, cela dépend de la personne que l'on a en face. Ce n'est pas toujours évident.
    Merci pour ces commentaires très intéressants, Marie. Merci beaucoup. Gros bisous.

    @Michelle
    C'est vrai que sur le coup de l'émotion, on peut dire des choses blessantes, et qu'il faudrait attendre avant de l'envoyer, prendre du recul, comme tu le dis.
    La vie, c'est risquer sans cesse : Oui, qui ne risque rien, n'a rien, dit-on ;-)
    Bien sûr qu'une lettre peut aussi être caresse, j'aime beaucoup cette expression.
    Merci à toi, Michelle. Bonne fin de soirée.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis d'accord avec vous tous, l'écrire c'est déjà exorciser la colère, j'ai vécu cette expérience il y a quelques semaines. Mon frère m'avait mis hors de moi, j'explose rarement, mais je suis une sanguine et là c'était trop : j'ai posté un mail :
    "stop, marre vous abusez !!!"
    Puis j'ai pris ma plume et là j'ai noircie trois pages. Je ne disais que la vérité pourtant je suis heureuse aujourd'hui de ne pas l'avoir postée, le mail très court a suffit, et d'avoir écrit la lettre m'a permis de lui parler calmement et affectueusement au tel (nous vivons à 10000km), en lui disant posément ce que je pensais. Ne jamais réagir sous la colère soit orale ou écrite c'est le secret ... D'ailleurs chaque fois que l'on cède à la colère, après on éprouve un malaise très désagréable, car les mots dépassent presque toujours la pensée.

    RépondreSupprimer
  6. Et tu as eu raison de ne pas l'envoyer, Doowmée, c'est certain. Car certains mots, une fois écrits et envoyés, ne s'effacent pas aussi facilement que cela.
    L'écrire, oui, pour "exorciser la colère", comme tu le dis, mais ne pas l'envoyer.
    Merci à toi de ta visite et de ton commentaire.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.