et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 1 novembre 2011

Et maintenant, on fait quoi ?

L'important n'est pas de se demander pourquoi tel événement nous arrive et de perdre ainsi du temps et de l'énergie à essayer de comprendre. L'important est de se poser la question : Et maintenant, on fait quoi ?

8 commentaires:

  1. Françoise

    cela s'appelle prendre le taureau par les cornes... ( expression qui, dans quelques années ne voudra plus rien dire, vu que les taureaux n'ont de cornes... de nos jours )
    Bisous Françoise, je te souhaite une belle journée.

    RépondreSupprimer
  2. Françoise, c'est une bonne question et elle rassure...
    Car le chemin de vie continue.

    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
  3. - sourire, Marie... C'est vrai ce que tu dis, en fait. :-)
    Bisous à toi aussi. Passe une belle journée.

    - Oui, Herbert, le chemin de vie continue, comme tu le dis si bien.
    Je t'embrasse fort, moi aussi.

    RépondreSupprimer
  4. hier, après avoir raccompagné mon fils à son internat médicalisé, j'étais abattue.. Réveil difficile, de ceux où on a envie de prolonger sous la couette pour oublier : puis, incapable de baisser les bras, j'ai foncé et attrapé ma journée à bras le corps ! Parce que si l'on fait le choix de la vie (donc de la maladie, de la mort etc..) on fait le choix du "pas le choix" !.. Et autant le faire avec une rage positive.. Bizz

    RépondreSupprimer
  5. Oui, Ella, c'est ainsi, et le chemin nous attend, alors avançons. Cela n'avance à rien de "broger", sinon se faire encore plus de mal.
    Douce nuit. Bises à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  6. Tu vas te dire une revenante... Oh pas tant que ca! Je suis passée de temps en temps prendre des nouvelles de Noé, partagé de loin tes espoirs, ses progrès... J'ai vu une Françoise qui changeait comme tu le dis, qui petit a petit se débarrassait du superflu pour se recentrer sur l'essentiel. La vie nous joue parfois de sales tours, avec la maladie, les moments difficiles commes ceux de Noé... Mais .... Ds tout mal il y a sans doute un bénéfice et c'est sans doute la cas pour toi... Apprendre a relativiser.
    Si je suis la ce matin c'est qu'aujourd'hui moi aussi je cherche a relativiser, je prends ce que je peux pour me convaincre que ce que je traverse actuellement n'est pas grand chose en comparaison des vrais soucis!
    Ca fait 4 ans que je traine ma carcasse ds cette vie parallèle qui au lieux de m'apporter du bonheur, m'a apporté frustratio
    , doute, tristesse, peur, adrénaline pour si peu de plaisir. 4 ans d'espoir, d'envie d'être aimée, avec cette impression parfois qu'on y était et parfois ce sentiment atroce de l'abandon. Je crois que le bout de tout Ca a été atteint et que hier j'ai lu les mots que je redoutais tellement. Je n'ai pas été capable de prendre moi cette sage décision, elle ne vient pas de moi. Je n'aurais pas pu assumer cette décision et pourtant intérieurement je sais que j'aurais du, moi qui ai si peur de l'abandon. Quand on quitte, on n'est pas abandonné... La je le suis....
    Une pente a remonter, raide, longue et difficile...mais combien l'on gravit avant moi? Je devrais être capable....
    Cette question que tu poses : et apres on fait quoi?
    Quand l'objet de nos pensées n'a plus de raison d'être?
    De quoi vont être fait mes rêves, mes rêvasseries, mes moments de solitude....?
    Le plus difficile c'est rester droite et souriante, donner le change quand au fond de moi c'est l'apocalypse des sentiments.
    L'impression d'être revenue 4 ans en arrière... Tourner la page une fous de plus...
    Je t'embrasse
    J'avais besoin de te l'écrire toi qui "sait", qui me connait depuis 4 ans....
    A tres bientôt
    Infini

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement.
    J'ai vécu ça pas plus tard que mardi. Quelque chose de pas grave... Plustôt que de chercher qui avait fait la bêtise de mal fermer la porte du congélo, je me suis attelée à le vider, le dégivrer, le nettoyer... et à dire à mon fils de vérifier que la porte est bien fermée :-))

    ____

    "Maintenant on fait quoi" peut répondre à des problèmes plus graves. J'ai lu le commentaire d'Infini. J'ai envie de lui dire. Se poser. Souffler. Etre. Etre sans faire... Se reposer. Espérer. Surtout continuer à espérer. Ne pas renoncer. Puis se lancer de nouveau dans le tourbillon de la Vie.
    Depuis bientôt 10 mois je fais semblant de vivre... Ce n'est pas ça la Vie. Je ne suis pas un bon exemple... mais je sais que l'étincelle est toujours au fond de moi et qu'elle est prête à s'enflammer. Même quand je suis dans mes périodes sombres, l'étincelle est là... et j'ai confiance en elle. Je sais qu'un jour le feu va se rallumer et flamboyer longtemps pour ma nouvelle vie qui commence.

    RépondreSupprimer
  8. - Bonjour Infini, je suis heureuse d'avoir de tes nouvelles, j'ai souvent pensé à toi, tu sais. Mais je savais bien que tu devais passer par là, et que tu reviendrais déposer quelques mots.
    Ton histoire est donc terminée... Je comprends ta souffrance, Infini, je la comprends bien. Tu sais, il n'y a pas de degrés en souffrance, et on ne peut pas la comparer, la souffrance est là, c'est tout. Tu as le droit de souffrir, et tu n'as pas à culpabiliser, et à te dire qu'il y a des choses plus graves. Pour toi, c'est une chose grave, c'est une souffrance.
    L'abandon... tu sais, je crois que nous sommes nombreux à le ressentir ce sentiment d'abandon lorsqu'on sent qu'une personne aimée nous délaisse, nous oublie, nous tourne le dos. Oui, j'ai changé, et je me dis que la vie est trop courte pour perdre du temps à se poser des questions. Tu te sens abandonnée, soit, alors maintenant, passe à autre chose, c'est le moment. Ne perds plus ton temps à attendre. Je suis sûre que cette situation qui dure déjà depuis 4 ans, c'est toi qui le dis, t'a immobilisée et empêché d'avancer, d'évoluer vers autre chose. Avance, Infini, n'attends plus, et tu verras, le temps efface bien des peines. Ne te morfonds pas dans cette tristesse, car c'est à toi que tu vas faire du mal.
    Si tu veux m'écrire en privé, je suis toujours là pour toi, tu le sais bien. Je t'embrasse très fort. Merci de ta visite.

    - Oui, Suzame, ce que tu dis est juste, le feu va se rallumer un jour, il se rallume toujours, il faut juste lui laisser la possibilité de se rallumer, et alors la vie est là, qui nous attend, la vie si présente autour de nous. Ce serait trop bête de la gâcher cette vie, il y a tellement de belles choses, de belles personnes à rencontrer...
    Merci pour ton commentaire, Suzame, et belle fin de journée à toi.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.