et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 10 juin 2014

Peur du changement, peur de l'immobilisme...

« Je suis aujourd'hui une femme partagée entre la terreur que tout change et la terreur que tout reste pareil jusqu'à la fin de mes jours. »
-> Paulo Coelho

Je suis sûre que beaucoup d'entre vous se reconnaîtront, moi la première. Je n'emploierais toutefois pas le mot "terreur" mais le mot "peur" ce qui n'est déjà pas rien...
.

18 commentaires:

  1. perso, je n'ai plus peur, car c'et un sentiment négatif qui nous tire vers le bas. Se Faire confiance, faire ce que l'on a à faire, dans la patience, la persévérance, l'adaptabilité, la conscience, la pleine conscience, tout en gardant son entité propre et fantasque ! en bref, la vie est courte, merde ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (sourire) Tu es arrivée à te débarrasser de cette peur, Avalon, et j'en suis heureuse pour toi ! :-)
      Gros bisous, et une belle fin de semaine.

      Supprimer
  2. Si tout restait pareil… je trouverai déjà cela pas mal… mais je sais bien que c'est impossible car rien n'est permanent… même pas cette "peur" qui nous assaille parfois.
    Le mieux est donc de rester "ouvert" au changement et d'accueillir les surprises que la vie nous réserve avec humilité.
    Bisous, Lolo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très joliment dit, Laure. J'aime ton commentaire. Merci. :-)
      Bisous, et une bonne soirée.

      Supprimer
  3. Quelle monotonie qu'une existence sans changement...il en est que tu ne peux "contrôler", mais la plupart du temps, c'est toi qui reste maître (esse) de ces changements et découvertes heureusement suggérés ou recherchés...
    Bises à toi Françoise!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, Hubert, l'un de mes traits de caractère est l'indécision, un pas en avant, un pas en arrière... mais après tout, parfois, même en reculant, on avance... :-)
      Bises à toi aussi, et merci de ta visite.

      Supprimer
  4. Le changement est stimulant et réconfortant. Ce qui l'est moins, c'est sa vitesse grandissante et la prise de plus faible que nous avons sur lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, Jackss, tout est impermanence. Mais parfois, cela va trop vite, en effet.
      Merci de ta visite, et belle journée (il fait encore jour chez toi, je crois ?... :-))

      Supprimer
  5. le changement exige toujours de lâcher quelque chose, quand on fait les armoires et qu'on range des vêtements qu'on ne porte plus dans une autre armoire on n'a rien changé du tout sauf de place, J''aime le changement et je m'adapte facilement (non ce n'est pas une annonce pour être adoptée) enfin à présent et au fil de mon analyse, je ne sais plus dans quel état j'erre, mais je fais une grosse bise à Françoise, mon aminaute préférée.Merci pour ce blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (sourire) J'aime ton humour glissé dans ton commentaire. :-)
      C'est moi qui te remercie, ma fidèle lectrice ! Gros bisous.

      Supprimer
  6. Moi je suis dans la terreur de voir la tête de Hollande pendant encore trois ans
    « le changement (de président) c'est maintenant »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (rire) C'est vrai que... Enfin, bref !... :-)
      Bonne soirée, Alain.

      Supprimer
  7. Je te comprends très bien...Françoise...
    je crois que, dans les périodes de changement, il faut parfois "ne pas trop penser"...et suivre son intuition le plus naturellement possible...
    Comme ça, on ne se penche pas trop sur ce "qu'on laisse derrière"...on se concentre sur le nouveau...
    Bises amicales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut suivre son intuition, oui, car celle-ci ne ment jamais. Se poser trop de questions embrouille, en effet.
      Merci pour ton commentaire, La Licorne. Une belle soirée à toi. Bises.

      Supprimer
  8. Bonjour,
    Le mouvement est "vie", l'immobilisme est "mort"...
    Chacun d'entre nous a une inclinaison d'existence.
    Mais avoir peur des deux ?
    Etrange...
    Un peu comme l'échec (qui est enseignant) et la réussite (qui est inhibitrice) ; deux faces de la même pièce.
    Je suis d'accord avec toi, le mot "terreur" est inapproprié...
    Cet auteur Coelho, met le doigt sur un paradoxe de l'humain ; paradoxe ou dégénérescence...
    En ce qui me concerne, l'immobilisme ne diminue ; le mouvement me grandit.
    Je préfère tout perdre et "vivre" que conserver et "mourir".
    Bonne journée ensoleillée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Le rônin
      Je suis tout à fait d'accord avec ton commentaire, mais si, on peut avoir peur des deux, c'est possible. Etre partagé, être indécis, ne pas arriver à choisir... Rester sur place ou bien avancer. Ce n'est pas toujours évident, à moins de vivre seul, sans attaches. Je ne sais pas...
      Merci pour ta visite, et une belle soirée à toi.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.