et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

jeudi 6 décembre 2012

Meubler le temps, passer le temps...

Salvadore Dali
« Meubler le temps », « passer le temps », quelles drôles d'expressions ! Le temps n'existe-t-il donc que pour être meublé, que pour être passé ? Pour moi, le temps est précieux, je me rends compte à quelle allure il défile, et je ne voudrais surtout pas le gaspiller à juste le « meubler ». D'ailleurs, je ne comprends pas non plus comment font certaines personnes pour s'ennuyer alors qu'il y a tant de choses si intéressantes et si belles à faire et à découvrir. Lorsque je ne travaillerai plus, bon ce n'est pas tout à fait pour tout de suite, il me semble que je ne pourrai pas rester ainsi à ne rien faire, je ne pourrai pas me satisfaire d'un "ronron" quotidien, il me semble que j'en profiterai au contraire pour faire tout -ou du moins une partie- ce que je n'ai pas eu le temps de faire avant, j'en profiterai pour découvrir, apprendre, rencontrer, afin de m'émerveiller encore et encore. Mais vivre juste pour meubler le temps, ou passer le temps, ah non alors !... :-)
.
.
Rajout de ce samedi soir :
Juste une petite précision à mon billet ci-dessus : prendre le temps de s'asseoir, de se poser, de méditer, de contempler, de sourire à ce qui s'offre à nous, de ne rien faire, n'est pas du temps perdu. Je le fais très souvent. Je ne suis pas une femme à ne pas savoir m'arrêter, oh non ! loin de là ! au contraire même. Ce que je ne comprends pas, c'est le fait de "meubler son temps" avec des choses qui ne nous passionnent pas vraiment, pour lesquelles nous n'avons pas vraiment d'intérêt, que nous faisons juste pour passer le temps, alors qu'il y a tant de belles choses à découvrir.
Voilà, je tenais à préciser ceci, car il m'a semblé que mes mots n'avaient pas été tout à fait compris dans le sens que j'avais voulu leur donner. :-)
.
.

12 commentaires:

  1. pour moi, c'est pareil, je ne m'ennuie jamais: toujours plein de choses à faire, à découvrir, à lire
    Bonne soirée, Françoise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela ne m'étonne pas, Coumarine :-)
      Belle journée à toi. Et grosses bises.

      Supprimer
  2. "Je ne sais pas quoi faire, je m'ennuie" signifie surtout "j'ai besoin des autres, occupe-toi de moi !" non ?
    Je me rappelle de longues après-midi où je rêvassais enfant sans jamais m'ennuyer et lorsqu'un adulte arrivait, je lui disais "je m'ennuie !" pour lui donner un peu d'importance, un petit rôle dans mon existence ;-)
    Bonne soirée Françoise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce joli commentaire, Philippe, qui ne m'étonne pas de toi, non plus :-)
      Belle journée à toi. Bises.

      Supprimer
  3. Meubler le temps, ça n'a vraiment aucun intérêt....il ya tant à faire, à ressentir, à découvrir...Meubler le temps, c'est comme vivre à moitié mort...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Gazou, nous sommes d'accord :-)
      Bonne fin de dimanche à toi.

      Supprimer
  4. Le temps est précieux... mais prendre le temps de ne rien faire, de s'ennuyer un peu même... est important !!!
    Prendre le temps de sentir le temps qui passe, ne pas être actif à tout prix.
    Même sans rien faire je suis bien parfois... je rêve, je m'évade... pour moi c'est très important.
    Prendre le temps... de vivre tout simplement.
    Bizzz Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Laure, c'est pourquoi j'ai mis un ajout à mon billet :-)
      Bonne soirée à toi, et gros bisous.

      Supprimer
  5. Je reprends ce que dit Laure. Cela me parle bien. J'ai passé toute ma vie active à travailler le nez sur le guidon, à tout faire vite et à fond, à assumer ma vie de professionnelle "perfectionniste", de maman, d'épouse,tout cela dans une hyper- activité car je voulais tout faire parfaitement. La super woman, la winner comme on dit maintenant. La retraite venue, je prends mon temps, je savoure le temps qui passe, je le hume, j'enrichis mon être intérieur, je prends soin de moi, j'écoute mes désirs profonds que je laisse enfin émerger. Et tout cela demande de ne plus être dans l'action mais dans la réflexion, dans l'intériorité. Il y a un temps pour tout. Et ce temps de ma soixantaine, je l'aime même si ce fut dur de trouver un nouveau rythme, de renoncer à mes automatismes anciens qui me rattrapent souvent. Tiens, cela me donne l'idée de faire un billet là-dessus un jour ou l'autre. Merci Françoise d'aborder des thèmes si importants. Je t'envoie une myriade de bises azurées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait de ton avis, Malou, c'est ce que je fais. Car le fait de prendre son temps, de savourer le temps qui passe, est tout à fait différent que le fait de "meubler son temps" :-)
      C'est moi qui te remercie pour l'intérêt que tu portes à mes billets, Malou.
      Quant à moi, je t'envoie plein de bises de ma belle campagne auvergnate :-)

      Supprimer
  6. Bonjour,
    C'est plaisir de venir ici recueillir les songes du jour.
    Et c'est curieux, je retrouve chez vous comme chez vos passagers, un peu... Beaucoup de mes pensées.
    L'horloge a pour nos heures, plus d'un tour sur son cadran,
    elle sait si bien se jouer de nous qu'il est souvent difficile de savoir qui d'elle ou de soi, ruse avec le temps.
    Je pense qu'elle aime surtout que nous ayons le goût de lui prendre les aiguilles pour tricoter de son fil, l'instant comme bon nous semble.

    Hier, je n'avais que l'envie de ne rien faire,
    de laisser le moment venir pour mieux en faire le tour,
    aujourd'hui, j'ai des élans plein les doigts et une curiosité joyeuse pour tout ce qui peut m'être offert (comme venir ici cueillir quelques sourires et réflexions),
    Pour ma part, je sais que c'est lorsque que le désaccord s'installe entre le temps offert et moi que l'inhibante inertie ou l'autoritaire agitation viennent alors chahuter mon bel ordinaire.
    Prendre le temps par la main, le serrer bien au chaud que le pas soit petit ou bondissant, chez soi ou ailleurs, est, il me semble, la façon la plus douce de le rendre habité du meilleur de soi.

    Mazette... Je m'étonne en me relisant,
    Françoise, vous faites de mon premier p'tit café, un exercice d'école !
    Mais c'est l'humeur plus enthousiaste encore que je vais vous laisser, heureuse d'avoir pu partager avec vous et vos correspondants, un peu de ces cadrans croisés.
    Merci,
    cordialement,
    Lydaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lydaine.
      Merci pour ce commentaire si joliment écrit, vous avez une très belle écriture que j'apprécie de lire... (sourire)
      Belle fin de journée à vous !

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.