et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

jeudi 28 octobre 2010

Dédicace à mes ami(e)s

Il y a des jours où l'on est fatigué(e), où l'on est surchargé(e) de travail, où l'on n'a pas le moral, des jours où rien ne va. Il y a des jours où l'on se sent seul(e), triste, découragé(e), des jours où l'absence de certains nous fait cruellement mal, des jours où l'on a envie de pleurer.

Et puis, il y a des personnes qui sont là, visibles ou parfois dans l'ombre, des personnes qui ne font pas de bruit, mais qui sont pourtant bien présentes, des personnes qui vous aident (sans forcément toujours s'en rendre compte), des personnes qui vous aiment, qui sont attentives, et qui vous offrent des sourires, des attentions, des mots doux, et tout cela, par pure gentillesse, générosité, bonté, par amitié aussi, et qui n'attendent rien en retour. Ces personnes-là, je voudrais leur dire combien leur bienveillance m'est douce et combien je les aime...

Il y a ainsi des gens qui vous délivrent de vous-même - aussi naturellement que peut le faire la vue d'un cerisier en fleur ou d'un chaton jouant à attraper sa queue. Ces gens, leur vrai travail, c'est leur présence.
(Christian Bobin)

14 commentaires:

  1. Chère Françoise
    Evidemment je ne suis qu'un Coumarine virtuelle...et pourtant je voudrais te dire que tu es un peu comme une soeur en qui j'ai confiance... et tu le sais
    Alors si tu es dans le découragement, je peux juste te dire... je sais pas bien quoi qui pourrait te relever le coeur, les mots sont parfois si vides...
    Alors je peux peut-être te serrer dans les bras un moment...?

    RépondreSupprimer
  2. (sourire) une Coumarine virtuelle... mais tellement réelle aussi :-)
    Oui, Coumarine, je sais tout cela, et je t'en remercie.
    Juste un petit coup de blues ce soir, un peu de fatigue aussi (un gros rhube... ;-)). Envie de me faire dorloter aussi un petit peu, sans doute... aussi, j'accepte volontiers tes bras.
    Bonne soirée à toi, Coumarine.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, Françoise.

    Oui, sur cette toile d'expression et d'émotion, chacun donne et chacun reçoit ...
    Mais personne ne cherche à en mesurer l'écho.
    Là est le vrai miracle des mots.
    Merci beaucoup pour les tiens.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. COUCOU FRANÇOISE,

    je te fais un clin d'œil au travers d'une photo qui te feras sourire ( sur mon blog)
    Nous sommes comme le temps... Par moment nous sommes ensoleillés et à d'autres instants... nous sommes maussades
    Pleins de gros bisous à toi ma FRANÇOISE

    RépondreSupprimer
  5. Une dédicace?
    Ce serait-ti qut'es d'venue une vraie écrivaine, la Françoise?
    Et tu disais rien? Saperlipopette!
    "qui n'attendent rien en retour"
    Ben si, hein! moi j'attends! et c'est long, c'est long... Et mes fins de mois sont difficiles... :-)
    Kissou

    RépondreSupprimer
  6. @Oui, Herbert, personne ne cherche à en mesurer l'écho, et pourtant, l'écho est bien là, bien présent, sur cette toile. Les mots ne sont pas indifférence, mais écoute et attention. Le monde virtuel n'est pas un monde froid, mais un monde, au contraire, où l'on peut se réchauffer le coeur.
    Bel après-midi à toi, Herbert.
    Je t'embrasse aussi.

    @Petite Marie... :-) Oui, j'ai aimé ton clin d'oeil, il m'a fait sourire.
    Nous sommes comme le temps, oui, et celui-ci, d'ailleurs, contribue bien, d'une certaine façon, à notre humeur. Soleil : sourire, Pluie : larmes. Lorsque j'habitais à Lyon, et que j'y travaillais, j'avais une collègue de boulot dont l'humeur variait avec le temps. S'il faisait beau, elle parlait, riait, chantait. S'il pleuvait, elle ne disait pas un mot de la journée, et était renfermée sur elle-même. C'était surprenant.
    Plein de gros bisous à toi aussi, Marie.

    @Rom... Décidément, chaque fois (ou presque) que tu postes, tu me fais rire!... Ben oui, qu'est-ce que tu crois, je suis une écrivaine, une grande écrivaine (quand je mets des talons hauts... ;-)).
    Tu attends?... Mais le miracle arrivera bien un jour, et tes fins de mois difficiles ne seront plus qu'un lointain souvenir! ;-)
    Bisous à toi aussi, Rom, et belle fin de semaine.
    Et merci pour ces sourires et ces rires! :-)

    RépondreSupprimer
  7. j'avais une collègue de boulot dont l'humeur variait avec le temps. S'il faisait beau, elle parlait, riait, chantait. S'il pleuvait, elle ne disait pas un mot de la journée, et était renfermée sur elle-même. C'était surprenant.


    Elle a eu sa mutation dans le Sud? :-)

    RépondreSupprimer
  8. (rire)
    Non, elle est toujours dans la région de Lyon. Mais elle a trouvé un prince charmant qui a su la faire rire malgré le mauvais temps :-)
    Enfin, c'était il y a plus de 30 ans... maintenant, je ne sais pas... ;-)

    RépondreSupprimer
  9. C'est bêta, Lyon est la porte du Sud, elle n'est pas du bon coté? :-)
    Il y a 30 ans le temps était quand même plus stable.
    Aujourd'hui elle passerait plusieurs fois du rire aux larmes dans la même journée :-)

    RépondreSupprimer
  10. En tous cas, toi, dans la même journée, tu m'auras fait rire plus d'une fois! :-))

    RépondreSupprimer
  11. Une présence, une chaleur, une écoute, un partage. Même au-delà de la toile.
    J'aime à te savoir là, j'aime à te lire, j'aime à te sentir si semblable à moi ...
    Dans les mêmes temps que toi j'ai aussi écrit mon blues ...
    Toute ma tendresse pour Toi

    RépondreSupprimer
  12. Oui, Pricille, si semblables toutes les deux...
    Je peux te dire les mêmes mots, ma belle :-)
    Bonne fin de soirée à toi, et douce nuit.
    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  13. ce sont ces gens dans l'ombre qui font de notre journée, hiver ou printemps. C'est un peu triste, mais c'est souvent comme ça.. Par contre savoir que dans l'ombre le printemps est toujours là, ça réchauffe le coeur..
    d'où le plaisir de toujours trouver un petit mot sur nos blogs, comme une chaîne d'amitié, un parapluie pour lemauvais temps. une épaule, une main.. aussi virtuelle soit elle, elle est tellement bonne!
    Je t'embrasse, de retour de mon WE à la montagne.
    J'ai pensé à toi (promis), à ta petite maison bleu, cet endroit nature où tout est calme et paisible, ou chacun y fait ce qu'i veut...
    Je te promets pour demain et les jours suivants des photos qui devraient te plaire..; je suis prête à parier.
    Je t'embrasse bien bien fort et te remercie pour tes passages réguliers tes paroles toujours gentilles.

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir Barbara,
    Tu rentres, et moi, je m'en vais. Je pars demain matin jusqu'à lundi soir à Besançon chez mon fils et sa petite famille. Je viendrai voir tes nouvelles photos dès mon retour, promis! (sourire)
    Passe une belle fin de semaine, et un beau week-end.
    Je t'embrasse bien bien fort, moi aussi, ma belle.
    Merci aussi à toi pour ta présence et pour tes mots.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.