et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

lundi 11 octobre 2010

La nanette et ses nonos

Je vais vous raconter une petite histoire. Une petite histoire rigolote. Un souvenir.
C'est l'histoire de nanette et de ses nonos...
Lorsque j'étais gamine, j'avais eu envie d'avoir des oiseaux, des oiseaux en cage. Oui, je sais, c'est pas terrible des oiseaux en cage, mais bon... J'étais arrivée à convaincre ma mère, qui m'avait donc acheté un couple de cordons bleus. C'était moi qui m'en occupais : je leur donnais à manger, à boire, je nettoyais leur cage. Je les avais appelés : nono et nanette. J'aimais les regarder, je les trouvais beaux. Mais ils ne chantaient pas beaucoup (les pauvres, je les comprends...).


Au bout de deux ou trois semaines, nous remarquâmes que nono, le mâle (celui qui a des tâches rouges sur les joues) avait de moins en moins de duvet sur la tête. Il devenait chauve, si je peux dire.. ;-). Et un matin, en nous levant, nous avons trouvé le pauvre petit nono, mort. Nous avons eu de la peine, et nous avons décidé alors de le remplacer par un autre nono pour que la petite nanette ne déprime pas. Nous sommes donc allées acheter un autre petit nono que nous avons installé avec la petite nanette. Ils avaient l'air de s'entendre. Mais ils ne chantaient toujours pas plus.
Quelques jours après, nous remarquâmes à nouveau que le nouveau petit nono perdait son duvet sur la tête. Nous avons donc pris le temps, régulièrement, de les observer, de loin. Et nous vîmes alors la nanette donner des coups de bec sur la tête du pauvre nono. Que faire ? Lorsque nous la voyions faire, nous intervenions, mais nous n'étions pas toujours là. Et au bout de quelques semaines, ce qui devait arriver, arriva : le deuxième nono subit le même sort que le premier...
Nous avons donc décidé de ne pas le remplacer. Tant pis pour la nanette, elle avait eu ce qu'elle voulait, elle allait se retrouver seule. Eh bien, figurez-vous qu'au bout de quelques jours, elle se mit à chanter à tue-tête, elle que l'on n'entendait jamais chanter, ou si peu !... Elle nous faisait des roucoulades à n'en plus finir ! Et elle sautait, toute heureuse, de perchoir en perchoir ! Comme quoi, c'était une nanette très indépendante, qui ne voulait pas, tout simplement, qu'on l'encombre d'un nono !... (sourire)

Voilà. C'était l'histoire de nanette et de ses nonos...

15 commentaires:

  1. Sourire, Françoise, jolie histoire pleine de sens... Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  2. J'étais sûre que mon histoire te plairait, Kat (sourire).
    Douce nuit à toi.
    Je t'embrasse fort moi aussi.

    RépondreSupprimer
  3. c'est bizarre quand même...quelle indépendante!!!

    RépondreSupprimer
  4. Finalement, Coumarine, les animaux sont comme les gens, ils ont leur propre caractère, et il faut en tenir compte ! :-)

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour FRANCOISE

    ben dis donc, elle n'était pas commode cette nanette...
    c'est rare qu'ils se tuent entre eux... sauf si c'est 2 males ou 2 femelles...
    Elle voulait sa cage pour elle toute seule!

    Bonne journée et bisous FRANCOISE

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour, Françoise.

    Très drôle dans le tragique...
    Moralité : ne jamais penser à la place des autres...
    Merci beaucoup.
    Bonne journée.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  7. @Non, Marie, elle n'était pas commode. Et elle le démontrait fortement ;-)
    Belle journée à toi aussi, Marie.
    Gros bisous.

    @Non, Herbert, ne jamais penser à la place des autres. Ce pourrait être, en effet, la morale de cette histoire :-)
    Bonne journée à toi.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  8. Et voila !
    c'est bien ça les femmes !
    elles vous cassent la tête !
    Et après elle chantent à tue-tête !!
    ;o))

    RépondreSupprimer
  9. (rire)
    Eh oui, Alain ! C'est plus fort que nous ! ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Comme elle est drôle cette histoire, en même temps que surprenante ...
    Et les nonos ne se défendaient pas ? Je suis stupéfaite !
    A mon avis elle se savait soliste et ne voulait pas mêler ses trilles avec n'importe qui et se réservait tous les honneurs.
    Bonne nuit à toi
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Pricille,
    Non, les nonos ne se défendaient pas, en effet. C'est assez étrange, c'est comme s'ils étaient résignés.
    (rire) Oui, elle devait être soliste, tu as raison :-)
    Passe une belle journée, Pricille.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  12. C'est une histoire drôle malgré le côté agressif de la Nanette.
    Mais la pauvre, étant en cage, c'est la seule solution qu'elle avait trouvé pour vivre "libre".

    RépondreSupprimer
  13. Oui, sa façon à elle d'être "libre", tu as raison, Suzame :-)

    RépondreSupprimer
  14. Nous avons donc décidé de ne pas le remplacer
    Mais c'est elle que j'aurais remplacée, moi!
    Non mais :-)
    Bises

    RépondreSupprimer
  15. (rire)
    C'est vrai, je n'y avais pas pensé !... :-)))

    Bisous, Rom.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.