mercredi 30 septembre 2015

Je ne regrette pas ma soirée devant le petit écran

HUMAN. Je ne regrette pas ma soirée devant le petit écran. Des témoignages très forts d'adultes et d'enfants. Certains portraits nous amusent, d'autres nous interpellent, d'autres nous effraient, d'autres nous bouleversent. On ne peut éprouver que de l'empathie pour tous ces gens car nous pourrions être eux, car nous sommes eux. Et sans compter les paysages d'une beauté à vous couper le souffle !

Petit bémol toutefois, j'aurais aimé voir le film en VO sous-titré, car ces voix recouvrant les voix originales m'ont un peu dérangée. Je le regarderai à nouveau mais cette fois en VO et sous-titré.
.

mardi 29 septembre 2015

« HUMAN », ce soir, à la télé !


Pour celles et ceux que cela intéresse, le film « HUMAN » dont je vous ai parlé mercredi dernier, passe ce soir à la télé sur France 2 vers 20h50.

Moi, je serai devant mon écran ! :-)


lundi 28 septembre 2015

Avez-vous vu l'éclipse de la lune ?

Le mois dernier, j'avais photographié la lune, une lune énorme et magnifique. Hier soir, je pensais faire une autre photo, tout aussi réussie que la précédente, et j'étais impatiente que la nuit tombe. Evidemment, et j'aurais dû y penser, la configuration n'était pas la même. A la nuit tombée, la lune était encore bien petite et bien haute dans le ciel. Et de plus, il y avait des nuages. Tant pis. Je me suis dit que je me lèverai dans la nuit pour observer l'éclipse. Je n'ai pas mis de réveil, je m'étais mentalement préparée à me réveiller et à me lever. C'est ce qui s'est produit. Je me suis réveillée, j'ai regardé l'heure, il était 3h50. Ne te rendors pas, me suis-je dit, car j'ai un très bon sommeil et il aurait suffi que je referme les yeux pour me rendormir illico. Je me suis donc levée sans bruit, je suis allée chercher mon appareil photos, j'ai ouvert le volet de la porte donnant sur la terrasse, et je suis sortie. Je fus un peu déçue, car il y avait du brouillard, mais j'ai tout de même pu apercevoir la lune, enfin un petit morceau de lune car elle était bien cachée à ce moment-là par l'ombre de la terre. Je l'ai photographiée. La photo n'est pas très nette, mais c'est tout ce que j'ai pu faire. Je suis restée un moment à la regarder, mais le froid me tombant sur les épaules, je suis retournée me coucher. Je me suis réveillée ensuite à 6h. Vite, me dis-je, je vais peut-être mieux la voir cette fois. Je me suis donc relevée. Mais la lune n'était déjà plus visible, j'ai juste aperçu la lumière qu'elle diffusait au loin. Tant pis. J'étais de toute façon heureuse d'avoir pu répondre présente à ce spectacle grandiose, spectacle parmi tant d'autres mais dont on ne mesure pas toujours le côté extraordinaire.

Voici donc la seule photo que j'ai pu faire cette nuit à 3h52 :

vendredi 25 septembre 2015

100 mots par jour

J'ai créé un nouveau blog ! Ah bon ? Eh oui ! Mais celui-ci sera réservé à un exercice d'écriture bien précis, exercice auquel vous pouvez d'ailleurs participer vous aussi, si vous en avez envie. C'est en me baladant chez des amies blogueuses que j'en ai pris connaissance et l'idée m'a plu. Il s'agit d'écrire tous les jours sur le vif 100 mots (pas plus), de transcrire des éléments réels de votre journée et de suivre la consigne thématique de la date correspondant.
Mon nouveau blog -> 100 mots par jour.
Et si vous voulez plus d'explications, c'est ici -> Explicatif.

Belle fin de semaine à vous et bon week-end !
.

mercredi 23 septembre 2015

HUMAN de Yann Arthus-Bertrand

Sans doute avez-vous entendu parler de ce film : HUMAN ? Peut-être certains d'entre vous ont-ils déjà eu la chance d'aller le voir ? Moi, j'ai hâte qu'il passe dans ma région, car la bande annonce est prometteuse et tout ce qu'il peut représenter. Déjà, rien que le titre... HUMAN...


Vous pouvez cliquer sur ce lien si vous voulez en savoir plus -> HUMAN.

Un passage de ce film, l'interview de Francine. Bouleversant...

.

lundi 21 septembre 2015

L'a-mante dévorante...

Cet après-midi, deux mantes religieuses se sont retrouvées devant chez moi, l'une s'est posée sur la porte vitrée de la verrière (photo ci-contre), l'autre sur le banc se trouvant juste à côté de la porte vitrée. Il me semble bien qu'il s'agissait de deux femelles. Mais j'ai peut-être mal vu. J'ai en tous cas photographié l'une d'elles avant qu'elle ne s'envole. Elle paraissait très pressée... L'autre s'est envolée presque en même temps. Après tout, peut-être qu'il s'agissait d'un mâle et d'une femelle et qu'ils s'étaient donnés rendez-vous devant chez moi...

« Prenez le temps d'observer une mante : ce minifauve offre un spectacle permanent. Souvent verte, quelquefois brune ou jaunâtre, une mante immobile est difficile à repérer. On ne la rencontre pas seulement dans les régions méridionales, elle est aussi présente aux environs de Paris. A l'affût, pattes avant pliées, la mante religieuse semble avoir l'attitude de la prière qui lui a donné son nom. Mais si un insecte vient à passer, elle détend ses bras en un vingtième de seconde. C'est une machine de guerre, et ses bras armés d'épines empêchent ses victimes de s'échapper. Suivent alors un repas spectaculaire et un nouvel affût. La mante religieuse ne semble jamais rassasiée. Ses capacités à détruire des insectes ravageurs en font un animal utile dans un jardin.
La femelle ne dévore pas systématiquement le mâle, mais cela arrive assez souvent pour avoir fait sa réputation. Elle peut même décapiter son courageux partenaire en plein accouplement! Miracle de la nature, celui-ci continue sa fonction sans tête, car les nerfs nécessaires à sa tâche amoureuse sont à l'intérieur de son corps. Ce cannibalisme s'expliquerait par le besoin en protéines de la femelle fécondée: une sorte de pension alimentaire obligatoire... » 
-> « Le Kama-sutra des demoiselles. La vie extraordinaire des animaux qui nous entourent. » - Marc Giraud.

Cela me donne à réfléchir...

Tout en lisant des romans, je continue bien sûr à lire d'autres ouvrages. Ces jours, je suis dans la lecture de : « Ces glucides qui menacent votre cerveau. Pourquoi et comment limiter gluten, céréales, sucres et glucides raffinés. »
Un livre très intéressant qui interroge.
Voici un extrait du quatrième de couverture, cela vous donnera une idée :
« On le sait, notre santé commence dans notre assiette. Ce qu'on ne savait pas encore, c'est que c'est le cas aussi pour notre cerveau.
En s'appuyant sur des données longtemps tues par la communauté scientifique, le neurologue David Perlmutter fait une révélation qui donne froid dans le dos. Certains glucides, et notamment le gluten et les sucres, sont liés à de nombreuses pathologies: Alzheimer, trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité, (TDAH), épilepsie, anxiété, maux de tête chroniques, dépression, insomnie, pour ne citer qu'eux. »

Moi qui suis une grande consommatrice de glucides, cela me donne à réfléchir... Cette lecture va peut-être m'aider dans mon désir de ralentir cette consommation (parfois excessive) de sucres.
.

dimanche 20 septembre 2015

Mais si, mais si, je t'aime...

Connaissez-vous le chanteur Jacques Debronckart ? A une époque déjà ancienne, j'aimais l'écouter. Il n'est plus de ce monde, il est mort en 1983 à 49 ans. Mais grâce à internet, j'ai pu retrouver certaines de ses chansons. L'une d'elles, "Mais si, mais si, je t'aime" m'avait particulièrement émue. C'est donc cette dernière que j'ai choisie de partager avec vous. Un grand merci à Robdan, c'est grâce à lui si je peux déposer cette vidéo sur mon blog.

video

samedi 19 septembre 2015

Je ne suis pas une aventurière... Elle, si !...

Je ne suis pas une aventurière, ni une fonceuse, je suis pleine de peurs et d'appréhension, et pourtant je me soigne ! (sourire) mais on ne peut guère changer son caractère, je crois qu'il faut s'en accommoder et s'accepter tel que l'on est. Mais j'envie tout de même les personnes intrépides qui surmontent les obstacles avec légèreté et confiance. En fait, cette réflexion ce matin car je viens de chez Lison, une amie blogueuse, qui est tout le contraire de moi, et je l'admire et l'envie. Elle est vraiment étonnante. Allez faire un petit tour chez elle, vous verrez qu'elle n'a peur de rien, qu'elle se lance constamment des défis et que cela lui permet de découvrir des lieux sublimes et de communier d'une manière extrême avec la nature. Bon, elle est très sportive, ce que je ne suis pas non plus. Et en plus de tout cela, elle s'occupe de sa vigne ! Tu es vraiment étonnante, Lison ! Bravo ! (sourire)

-> Blog de Lison.

Et vous, comment êtes-vous ? prudents, très prudents, trop prudents ? ou bien confiants en vous-mêmes et prêts à vous lancer des défis et à surmonter les obstacles avec confiance ? ce qui vous donne l'occasion de vivre des moments inoubliables, comme le fait Lison ?
.

jeudi 17 septembre 2015

Trois romans...

Depuis deux ou trois ans, je lisais essentiellement des livres de psychologie, de développement personnel, de nutrition, etc, mais je délaissais complètement les romans, je trouvais que cela ne m'apportait plus rien de les lire. Et puis, au début de l'été, je me suis réinscrite à la médiathèque, et j'ai eu envie d'en reprendre. Je ne les achèterais pas, car il n'y a pas grand intérêt à relire un roman, enfin à mon avis. Alors qu'on peut revenir sur certains paragraphes, certains sujets d'un livre de psychologie par exemple d'où l'intérêt de les avoir à soi. Donc, j'ai réinséré dans mes lectures, des romans. Il est vrai que parfois, dans ceux-ci, on peut y lire de belles leçons de vie, et aussi des histoires dans lesquelles on se reconnaît un peu, ou même beaucoup. J'ai donc envie de vous parler ce soir de trois romans que j'ai lus cet été et que j'ai aimés.

Tout d'abord, deux petits bijoux : "Le mec de la tombe d'à côté" et "Le caveau de famille" (qui est la suite du premier). Ces livres ont été écrits par Katarina Mazetti.
« Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que le tape-à-l'œil de la stèle qu'il fleurit assidûment.
Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s'en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d'autodérision. Chaque fois qu'il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie.
Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis... C'est le début d'une passion dévorante.
C'est avec un romantisme ébouriffant et un humour décapant que ce roman d'amour tendre et débridé pose la très sérieuse question du choc des cultures. »

« Elle c'est Désirée, la bibliothécaire, et lui c'est Benny, le paysan. Elle dévore avec autant d'ardeur livres et produits bio, lui élève des vaches et n'imagine pas qu'on puisse lire "de son plein gré." Pourtant, ils se sont promis trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c'est terminé pour toujours. Et si ça marche... Comme le disait un critique littéraire suédois: "Le quotidien tue l'amour, la vie de famille l'enterre." C'est gai. Bienvenue dans le caveau de famille ! Pétillant et jubilatoire. »

Et ensuite un roman très différent, plus grave, "L'objet de son désir" de Anita Shreve.
"Dans la Nougelle-Angleterre du début du XXe siècle, l'histoire d'une passion amoureuse ravagée par la jalousie. Un roman intense et violent sur le désir, le mensonge et la trahison, porté par l'écriture élégante et subtile d'Anité Shreve.
Lors du voyage en train qui l'emmène en Virginie, Nicholas Van Tassel, austère professeur d'université, retrace l'histoire de son mariage avec Etna Bliss et son amour pour elle, insensé et absolu.
Trente ans plus tôt, Nicholas aperçoit Etna pour la première fois. A cet instant, il n'a plus qu'une obsession: conquérir cette femme mystérieuse et singulière, l'épouser pour ne jamais la perdre.
Des années durant, la passion brûlante de Nicholas se heurte à la froideur implacable de son épouse. Retranchée derrière un mur de silence et de secrets, incapable de lui rendre son amour, Etna poussera son mari au désespoir, jusqu'au drame..."

Je vous les conseille. Les deux premiers, légers et drôles. Le troisième beaucoup plus sombre.
.

mercredi 16 septembre 2015

L'eau vive, Guy Béart

Parce qu'il nous a quittés aujourd'hui, parce que mon père possédait ce 45t dont je me rappelle bien la pochette, parce que cette chanson me rappelle de lointains et doux souvenirs d'enfance...



mardi 8 septembre 2015

Une semaine au Portugal

Vous voyez ce petit point rouge sur la photo ? C'est moi ! Je surplombe la côte vicentine. Vous vous rappelez la côte vicentine ? Mon coup de coeur de l'été. Si vous cliquez sur ce lien -> Portugal, vous pourrez admirer et découvrir, à travers mes photos, cette si belle côte, ce si beau pays accueillant et chaleureux, de par le paysage et ses habitants.
Dédicace à Marie-Claude, Eliseu, Manuela et Sequeira. Merci à eux.


mardi 1 septembre 2015

Une semaine en Andalousie

Nous voici début septembre, la rentrée est là, je reviens sur la toile. Mais avant de republier des mots, car j'ai créé avant tout ce blog pour partager des mots (même si j'ai parfois l'impression qu'il devient un blog photos (sourire)), j'ai envie de partager avec vous quelques photos faites la dernière semaine de juin en Andalousie, l'Andalousie, magnifique région d'Espagne, où j'avais envie d'aller depuis des années. J'ai enfin réalisé mon rêve. Je n'ai pas été déçue, ces quelques jours passés là-bas ont été à la hauteur de mes attentes.
Je partagerai ensuite avec vous des photos faites au Portugal la première semaine de juillet.
Mais commençons par l'Andalousie. Une photo de RONDA, très belle ville andalouse, où nous avions loué un appartement à proximité de la vieille ville.
"Le Pont Neuf (Puente Nuevo) est une des attractions de la ville, avec son précipice impressionnant qui sépare la vieille ville de la partie plus récente. Le pont est une œuvre de 98 mètres de hauteur, construite en pierres et composée de trois arches." (Source : Wikipédia)


Si vous cliquez sur le lien ci-dessous (Andalousie), vous pourrez voir TARIFA, ville située à la pointe Sud de l'Andalousie, où se rejoignent la mer Méditerranée et l'Océan atlantique, d'où l'on a un point de vue sur les côtes africaines, étrangement près. Vous pourrez voir SETENIL, village impressionnant, avec ces énormes rochers qui surplombent les ruelles ou qui servent de toits à certaines maisons. Et d'autres vues encore : -> Andalousie. Allez-y, je vous y invite (sourire).