et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 3 mai 2011

Peut-on oublier les personnes que l'on a aimées ?

Les créatures qui ont joué un grand rôle dans notre vie, il est rare qu'elles en sortent tout d'un coup d'une façon définitive.
(Marcel Proust)


Les personnes avec lesquelles nous avons vécu quelque chose de fort, avec lesquelles nous avons été très proches, laissent en nous une empreinte indélébile, même si celle-ci s'atténue au fil des jours, des années. Ce peut être une empreinte chargée de douceur ou une empreinte chargée de tristesse, ou les deux mélangées. Cette empreinte restera gravée quelque part en nous, un peu comme si une partie de cette personne s'était intégrée en nous, comme si cette personne avait laissé quelque chose d'elle en nous. Certains jours, par une musique, par une lecture, par une pensée, elle resurgit alors que nous pensions l'avoir oubliée. Mais peut-on oublier les personnes que l'on a aimées ?... Je ne le pense pas.

29 commentaires:

  1. je ne le pense pas non plus, les personnes que j'ai aimées font partie totalement de ma vie, de ce que je suis devenue

    une travce indélibilie.. quand ils ont disparus, je deviens très nostaligique, je n'oublie jamais une personne aimée.. et si ,c'est arrivé, des amis que j'ai adoré et dont l'histoire d'amitié a mal fini, parfois sans comprendre pourquoi, je ne garde d'eux que les bons moments passés ensemble..
    non Françoise, pour moi il est impossible d'oublier les êtres aimés...et je suis même bien souvent en manque d'eux...
    je t'embrasse bien fort ma chère Françoise...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Françoise et Nanou (quand j'ai lu le titre de ce billet chez Coum, j'ai immédiatement pensé à Nanou ! et pourtant je ne sais quasiment rien de vous deux)

    Françoise, je suis frappée par la différence entre la phrase de Proust et la question que vous posez. Je pourrais signer votre billet à l'exception de la dernière phrase : je n'ai pas nécessairement, pas souvent, aimé les personnes avec lesquelles j'ai vécu des choses fortes.

    RépondreSupprimer
  3. Je pense qu'on n'oublie pas les personnes qui nous ont marquées, en positif et en négatif...
    Elles nous accompagne pour toujours dans le fond de notre être
    Bonne journée à toi, Françoise

    RépondreSupprimer
  4. Françoise

    Oui c'est vrai, l'odeur d'un parfum, la vue d'un tableau... cela nous ramène parfois au souvenir de gens que l'on a connu... et aussi aux gens que l'on a aimé...
    par exemple, en ce moment il y a travaux devant chez moi.
    Quand j'ai le nez à la fenêtre, je pense à Louis... Il était conducteur d'engins de chantier ;-)
    Bisous Françoise

    RépondreSupprimer
  5. Difficile d oublier un étre aimé, ou si on l oublie c est que l amour n était pas trés ardent.Quand on perd un étre aimé il faut absolument rapidement trouver quelqu un d autre, méme si celui qui le remplace n a pas les qualités de l ancien ou méme si l on eprouve pas vraiment d amour pour lui. Certains diront je ne peux pas, dans cette situation, il ne faut pas oublier que l on est malade et qu il faut se soigner, et la seul façon c est de ne pas s enterrer dans sa solitude.
    Bonne soirée Françoise
    Latil

    RépondreSupprimer
  6. - Tu as entièrement raison, Nanou, ne garder que les bons moments, les bons souvenirs, et faire abstraction, oublier le reste. Car les bons moments ont bien eu lieu, ont bien été là, et c'est cela dont il faut se rappeler.
    Moi aussi, je t'embrasse bien fort, Nanou :-)

    - Vous avez pensé à nous deux, Nicole ? C'est vrai que Nanou et moi avons beaucoup de points communs et de réactions communes :-)
    La phrase de Proust et la question que je me pose ? C'est vrai, mais ce doit être un cheminement d'idées qui m'a amenée jusqu'à cette question, en fait.
    Merci de votre visite, belle soirée à vous, Nicole.

    - Oui, Coumarine, pour toujours dans le fond de notre être.
    Bonne soirée à toi, et douce nuit.
    Je t'embrasse.

    - Marie, oui, c'est un peu ça. Moi, je retrouve en moi des gestes, des mots de mon frère, et c'est un peu comme s'il était toujours un peu là, avec moi, en moi. Comme si j'avais intégré une partie de lui, comme s'il m'accompagnait là où je vais, là où je suis.
    Gros bisous à toi aussi, Tite Marie :-)

    - Bonsoir Latil,
    Oui, bien sûr, il faut que les sentiments aient été forts pour qu'on ne les oublie pas, les gens qui nous sont indifférents, nous les oublions rapidement. Quand on perd un être aimé, je pense que c'est différent pour chacun, et qu'il faut surtout s'écouter, et écouter ses ressentis. Si en effet, on ne peut vivre seul(e), il faut trouver quelqu'un d'autre, mais pour certains, le deuil se fait obligatoirement par une période de solitude. Il n'y a pas de bon ou mauvais remède, il y a le remède pour chacun selon chacun.
    Bonne soirée à toi aussi, Latil, et merci de ta visite.

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Françoise, les rencontres de la vie, les moments partagés, font la vie. Cela me fait penser à la façon dont j'ai appris à dessiner les arbres, j'en parle souvent, tracer chaque tige depuis la terre, un trait plus un trait qui devient branche, puis les traits de chaque branche ainsi constituée qui deviennent tronc, c'est un peu comme ça que l'on est ce que l'on est, que l'on "construit" sa vie. Donc, chaque rencontre "marquante" fait partie de nous, et c'est bien, je trouve. Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne peux que sourire en lisant ce billet... Et tu sais pourquoi... Un peu l'impression que billet m'est adressé en quelques sortes.....
    Dans mes histoires, deux hommes ont laissé une trace indélébile : L'un m'a aimé passionnément a sa manière.... En me vampirisant... Je dois mon salut a ma soudaine lucidité : tout stoper avant de sombrer. De lui je garde ce goût amer de la souffrance, de la trahison, d'une amitié profonde perdue. J'ai tout fait pour l'oublier. Pire, je crois que j'ai tout refoulé, une façon de me protéger, de me préserver... A un point tel que je doute de certaines choses, actes.... Faites ou rêvées.... Comme le cerveau est bien fait. Mais ce qui est sûre c'est que même si un jour il disparaît de ma mémoire, il restera cette cicatrice d'une belle histoire qui faillit me conduire a une folie plus que probable. Voire pire!
    2ème homme...... Comme j'aimerais pouvoir l'oublier, lui que j'ai aimé passionnément, comme un jeune fille de 17 ans, avec fougue et inconscience. Pas un jour ne passe sans que son souvenir me maltraite, me berce ou me fasse sourire. Douleur vive quand tout s'est arrêté mais cette douleur pourtant atténuée avec les années a un petit goût doux amer.... Ma tête et mon cœur n'étant pas en harmonie, je n'ai pas trouvé le moyen de l'oublier et ne peux de toutes façons pas m'y résoudre... Il suffirait pourtant de pas grand chose.... Avoir la clée mais ne pas se décider a mettre celle-ci dans la porte, celle qui fermerait une bonne fois pour toutes la porte d'une histoire si belle mais si douloureuse.
    Ta question?
    Non, on ne peut pas.. Tout simplement parce qu'au fond de nous, une part de nous ne le veut pas.....
    C'est un si long travail...
    L'importance pour moi, c'est en parler....

    Mille et un bisous

    Infini

    RépondreSupprimer
  9. - Oui, Kat, chaque rencontre "marquante" fait partie de nous. J'aime beaucoup la façon dont tu l'expliques en parlant de ta manière de dessiner les arbres, c'est très parlant.
    Belle journée à toi, ma douce.
    Je t'embrasse fort moi aussi.

    - Bonjour Infini, ravie de te retrouver ici :-)
    Oui, je connais ton histoire, et je comprends tout à fait ce que tu dis.
    A force d'en parler, peut-être finiras-tu par l'oublier un peu... C'est lorsqu'on refoule ses sentiments, ses ressentis, que ceux-ci nous hantent au contraire, alors...
    Mille bisous à toi aussi, reviens quand tu veux, tu sais que j'aime te lire.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour, Françoise.
    C'est même plus qu'une empreinte...
    C'est une partie de soi qui s'est transformée...
    Alors, impossible d'oublier.
    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  11. Non, on ne peut pas les oublier, ils sont à jamais dans notre coeur, j'ai d'ailleurs écrit un texte qui en parlait.

    Je t'embrasse ma douce, passe une agréable soirée.

    RépondreSupprimer
  12. - Bonsoir Herbert,
    Oui, tu le dis bien, impossible d'oublier.
    C'est moi qui te remercie.
    Je t'embrasse fort aussi.

    - Oui, Laudith, à jamais dans notre coeur, ils font partie de nous, ils sont en nous.
    Je t'embrasse moi aussi.
    Bonne fin de soirée à toi et douce nuit.

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Françoise.

    Pour ma part l'oubli de personnes aimées n'est même pas envisageable ! Je me demande même si des personnes peuvent "oublier" les moments forts vécus avec des personnes aimées.

    Je crois que non seulement les personnes aimpées nous "habitent", dans le sens qu'à leur contact nous avons évolué et nous sommes construits avec elles, mais aussi que les souvenirs s'invitent en nous rappelant cet autre qui n'est plus.

    Mais je perçois une autre dimension à ta question : peut on oublier l'amour que l'on a eu pour des personnes aimées ?

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Pierre,

    "Peut-on oublier l'amour que l'on a eu pour des personnes aimées ?" Nous avons, il est vrai, bien souvent, une certaine nostalgie par rapport à cet ancien amour, à ces moments parfois si doux passés avec cette personne, mais aime-t-on encore cette personne, je ne sais pas... C'est en effet une question à se poser...

    Merci de ta participation, et belle journée à toi, Pierre.

    RépondreSupprimer
  15. Il n'y a pas que les histoires d'amour… :)
    Car là je crois que l'on n'oublie pas.... Encore qu'il faudrait sans doute distinguer le simple souvenir, des relations vis-à-vis desquelles une charge affective demeure toujours en nous.

    J'en reviens à la citation : "les créatures qui ont joué un grand rôle dans notre vie…"
    L'expression m'interpelle, tout à coup elle me semble quelque peu « bizarre »…
    C'est quoi une personne qui a « joué un grand rôle » dans une vie ?…
    Quel rôle ? Quel jeu ?
    C'est différent de dire : « qui ont été importante pour nous »…
    Il faudra que je regarde cela de plus près.
    Rôle ? Conditionnement ? Manipulation ? Influence ? Etc.…

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir Françoise,

    Quel que soit le rôle malsain ou remplis de générosité, on oublie pas ces personnes. Beaucoup de réflexions ont affluées à mon esprit en lisant cette citation. Mais je manque de courage ce soir pour développer.

    Bonne nuit, je t'embrasse, Michelle

    RépondreSupprimer
  17. - Non, bien sûr Alain, il n'y a pas que les histoires d'amour. D'ailleurs, j'ai écrit mon billet en pensant à toutes les personnes que l'on a aimées, qu'elles soient des amant(e)s, des ami(e)s, des proches, je ne le précise pas, mon billet les englobe toutes.
    Comme tu le dis, le mot "important" serait sans doute aussi mieux approprié que "qui a joué un grand rôle". C'est d'ailleurs ce sens-là que je voulais donner à mon billet. Merci de l'avoir relevé.
    Et merci de ta visite et de ton commentaire.
    Belle fin de semaine à toi, Alain :-)

    - Bonsoir Michelle,
    Merci de ta visite, et de ton petit mot.
    Oui, tu aurais certainement d'autres choses à dire. Un autre jour, peut-être, si tu en as l'envie.
    Bonne nuit à toi aussi. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  18. Je crois qu'il faut oublier pour vivre heureux !

    RépondreSupprimer
  19. Coucou Françoise

    Oublier serait se renier !!
    Oublier serait s'oublier !!

    Avec le temps, je garde bien au chaud les moments heureux vécus en harmonie et les autres je les oublie !!

    Je suis fidèle et reconnaissante...

    Bon week-end
    Grosses bises

    Claude

    RépondreSupprimer
  20. - sourire, Miss K. Peut-être... ;-)

    - Coucou Claude :-)
    Se souvenir des belles choses et oublier ce qui nous a déçu(e)s :-)
    Bon week-end à toi aussi.
    Je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
  21. Je n'ai rien oublié et aucune envie d'oublier...

    Bisous Françoise merci

    RépondreSupprimer
  22. Je comprends tout à fait, Noëlle, et je pense tout comme toi...
    Bisous à toi aussi :-)

    RépondreSupprimer
  23. Le plus dur est d'oublier le mal qu'ont pu nous faire les personnes que l'on a aimées...

    RépondreSupprimer
  24. bonsoir Françoise... on ne peut oublier une personne que l'on a aimée... Nous avons perdu notre fils dans un accident il y a une dizaine d'années, et il vit en nous, dans chaque instant de notre vie..
    Bises mon amie

    RépondreSupprimer
  25. - Oui, Célestine, c'est vrai... Merci de ta visite.

    - Oui, Loula, les personnes que l'on a aimées et qui nous ont quittés si brusquement, toi ton fils, moi mon frère, sont toujours là, quelque part, en nous. Bises à toi aussi, ma soeur gémelle.

    RépondreSupprimer
  26. On ne peut jamais oublier un être que l'on a aimer...Jamais!

    RépondreSupprimer
  27. Tu as raison, Anonyme, on ne peut jamais oublier, jamais...

    RépondreSupprimer
  28. http://vieillegarde.hautetfort.com/archive/2011/05/01/alzheimer-parler-dire.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre visite, Maudub, et du lien que vous y avez laissé.
      Non, n'est-ce pas, on ne peut pas oublier les personnes que l'on a aimées...

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.