et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

lundi 31 mars 2014

Apprendre la patience, apprendre la confiance

« Nous nous apercevons, à force de vivre, que la plupart de nos malheurs viennent de ce que nous voulons sans cesse hâter, changer, forcer les événements. Il semble qu'il y ait des enchaînements secrets, des causes, des effets, qui nous conduiraient naturellement au but de nos désirs, si l'inquiétude de nos esprits ne nous faisait faire sans cesse ce qui peut nous en éloigner. »
-> Constance de Théis

13 commentaires:

  1. Bonsoir

    J'ai découvert votre blog il y a peu.
    Cette citation sur la confiance est très pertinente et interpelle puisque d'après elle nous faisons malgré nous le chemin dans le sens inverse de celui vers lequel nous voulons aller.
    Comment y remédier selon vous? Comment atténuer ce que vous appelez" l'inquiétude de nos esprits"?
    Merci pour celle belle citation qui fait réfléchir de façon constructive.
    Une nouvelle lectrice
    L............

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir nouvelle lectrice, et merci de l'intérêt que vous portez à mon blog. :-)

      Comment y remédier ? Tout est dans le titre ;
      - apprendre la patience : certains événements nous obligent à l'apprendre. Je pense notamment à certains accidentés de la vie qui mettront beaucoup de temps avant de redevenir autonomes et qui sont bien obligés d'apprendre la patience, ainsi que ceux qui les entourent et qui voudraient aussi que cela aille plus vite.
      Comment atténuer "l'inquiétude de nos esprits" ?
      - apprendre la confiance (en soi et en les autres), c'est très important aussi, ne pas douter, cela éviterait que l'on passe à côté de choses qui se présentent mais que nous ne sommes pas capables de voir, trop absorbés par nos peurs et inquiétudes. Se faire confiance et être attentifs à ce qui se présentent à nous.

      Voilà. Je précise, car je crois qu'il y a confusion, que la citation n'est pas de moi (sourire).
      Bonne soirée à vous, et merci de votre visite. :-)

      Supprimer
    2. Bonsoir et merci pour votre longue, très intéressante et sympathique réponse.

      L'apprentissage de la confiance est de longue haleine, en parallèle, les peurs doivent s'évacuer et il faut arriver à se "déconditionner" de ces peurs et inquiétudes. Avez-vous une "recette" pour se "déconditionner"?

      Vous avez bien raison, patience, confiance, être attentifs sont les clés pour ne pas "passer à côté" comme vous dites. Mais il peut y avoir des moments de découragements quand l'attente est trop longue. Ou bien on ne trouve pas toujours de suite ces "clés" ou bien on les égare un moment et on les "cherche". La persévérance est une "clé" supplémentaire, "cousine " de la patience.

      Par ailleurs, j'avais vu que la citation n'est pas de vous mais le choix de cette citation déposée sur votre blog est de vous!
      Les choix pertinents sont appréciés et appréciables! c'est tout un art de savoir bien "choisir"! merci donc!

      Bonne soirée
      Une lectrice
      L..........

      Supprimer
    3. Bonsoir L...
      Une recette pour se "déconditionner" ? Ma foi, dans la mesure du possible, affronter ses peurs, oser, et arrêter de penser au regard des autres, au jugement des autres. Je n'ai pas de recette miracle, je ne me base que sur mon expérience personnelle, mais lorsqu'il m'est arrivé des coups durs, la perte d'êtres chers, je me dis que l'on a qu'une vie, et qu'il est bien dommage de ne pas vivre ce qu'elle nous propose. La mort de mon frère m'a fait beaucoup réfléchir à ce sujet, l'accident de mon petit-fils également. Nous ne sommes pas à l'abri d'un accident, notre vie peut être chamboulée du jour au lendemain, et y penser, nous aide à affronter ou à avancer tout simplement... C'est mon avis personnel.
      J'aime beaucoup le mot "persévérance" moi aussi. En fait, il faut de la confiance pour oser, pour affronter, pour ne pas douter de nos capacités à réussir, ou à plaire aussi ; il faut de la patience car changer ne se fait pas du jour au lendemain, cela demande parfois du temps, beaucoup de temps ; et il faut de la persévérance car jamais rien ne se fait juste en claquant des doigts. Si l'on n'insiste pas un peu parfois, si l'on se décourage trop vite, là aussi, on risque de passer à côté de belles choses, ou de belles rencontres.
      Je ne sais pas si j'ai répondu à vos questions, j'ai essayé en tous cas.
      Merci pour vos passages et commentaires très riches, eux aussi.
      Bonne soirée à vous L..., et à bientôt.

      Supprimer
  2. Bonjour, Je reste persuadée que la confiance est en nous et qu'elle ne demande qu'à croître et se fortifier si nous avons appris à l'écouter. D'où l'importance d'apprendre aux enfants à la cultiver dès leur plus jeune âge. Croire en eux est une façon très simple de le faire.
    Pour ceux qui n'ont pas eu cette chance avec leur entourage ils doivent en trouver les clefs sans se laisser dominer par cette peur de ne pas être comme tout le monde !
    Comprendre que l'on n'est pas dans la "normalité" car l'on ne suit pas aveuglément les autres est déjà un bon début du chemin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Angedra et merci de votre visite.
      Lorsque nous n'avons pas eu la chance d'avoir des parents qui nous ont donné confiance en nous, parfois, la rencontre avec un professeur, ou toute autre personne, peut nous donner cette précieuse confiance qui nous manque. Ou alors une situation où l'on se révèle et qui nous fait comprendre que nous sommes "capables". Etre capable, ne jamais en douter.
      C'est une qualité de ne pas suivre aveuglément les autres, c'est ainsi que l'on se crée sa propre personnalité. Mais bien souvent, on a peur de se différencier des autres, et on reste alors dans le rang, c'est dommage...
      Bonne soirée, Angedra.

      Supprimer
  3. Un texte bouleversant de Philippe Pozzo di Borgo:
    http://www.ifa.gr/index.php/fr/culture-et-image/lifa-vous-conseille-aussi/1410-3-decembre-journee-internationale-des-personnes-handicapees

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais le lire, j'ai déjà commencé d'ailleurs, mais je vais le lire en prenant mon temps, car il est très intéressant, oui.
      Merci pour ce lien, Isabelle P.

      Supprimer
    2. De rien. Ce texte, je le trouve simplement unique!
      Bien à vous,
      Isabelle

      Supprimer
  4. Voilà un texte que je devrais avoir la patience de méditer chaque jour,même si , avec l'âge, j'ai fait des progrès.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Ariaga, un texte à méditer chaque jour, à méditer et à relire autant de fois qu'il est nécessaire de le faire.
      Bonne soirée, et merci de ta visite.

      Supprimer
  5. Françoise bonjour superbe tes photos car chez moi le citron est loin de me regarder rire
    je ne sais pas pourquoi mais pas de citron encore
    tu en as de la chance car j'adore ces arbres elles sont très belles tes photos
    alors vite un petit jus
    bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou France.
      Je pense que ton commentaire est adressé au billet concernant l'oeil du citron... (sourire). Oui, les citrons de ce petit citronnier sont exquis, ils ont beaucoup de goût. Mais chez toi, dans ta belle région, un petit citronnier se porterait à merveille, j'en suis sûre. :-)
      Bonne soirée à toi, France. Gros bisous.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.