et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 7 février 2012

Poème et pensée pour un ami

Quelqu'un meurt,
Et c'est comme des pas
Qui s'arrêtent.
Mais si c'était un départ
Pour un nouveau voyage...

Quelqu'un meurt,
Et c'est comme une porte
Qui claque.
Mais si c'était un passage
S'ouvrant sur d'autres paysages...

Quelqu'un meurt,
Et c'est comme un arbre
Qui tombe,
Mais si c'était une graine
Germant dans une terre nouvelle...

Quelqu'un meurt,
Et c'est comme un silence
Qui hurle.
Mais s'il nous aidait à entendre
La fragile musique de la vie...

Benoît Marchon

8 commentaires:

  1. Bonjour, Françoise.

    Mais aurais-tu autour de toi un ami qui est entrain de mourir ?

    Réfléchissons...

    Bonne journée.

    Je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Herbert,
      J'aurais dû mieux en dire, en effet, je vais donc le faire dans ce commentaire. Oui, un ami, que nous ne voyions pas très souvent, mais qui restait un ami, est parti jeudi dernier. Et cet après-midi, nous allons lui rendre un dernier hommage...
      Bonne journée à toi. Je t'embrasse fort, moi aussi.

      Supprimer
  2. C'est un poème magnifique.
    Toutes mes pensées pour vous.
    C'est toujours difficile de voir partir ceux qu'on aime. ça nous renvoi à notre condition d'humain qui marche vers sa propre mort.

    RépondreSupprimer
  3. Françoise

    Joli poème consacré à ton ami.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  4. Ce poème est magnifique. Pensées douces pour ceux qui l'aiment.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis debout au bord de la plage
    Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan
    Il est la beauté et la vie.Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse de l'horizon..
    Quelqu'un a mon côté dit : il est parti...
    Parti vers où ? parti de mon regard c'est tout..
    Son mât est toujours aussi haut, sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine
    Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui..
    Et au moment ou quelqu'un près de moi dit : il est parti...
    Il y en a d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux
    s'exclament avec joie : le voilà !

    C'est cela la mort !
    Il n'y a pas de morts
    Il y a des vivants sur les deux rives

    WILLIAM BLAKE

    je t'embrasse ma douce Françoise...

    RépondreSupprimer
  6. Compte tenu de ce que je vis de mon côté, je crois que je te comprends bien…

    Avec affection.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour vos mots Herbert, Pakita, Marie, Pastelle, Nanou et Alain.
    Nanou, oui, je connaissais ce poème aussi, et il est également très beau.
    Bonne soirée à vous, je vous embrasse.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.