et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 28 février 2012

La soirée des "pourquoi" ?

Certains jours -comme aujourd'hui-, je me demande pourquoi je livre parfois des choses aussi personnelles sur mon blog, quelle en est la raison ? Et qui cela peut-il vraiment intéresser et pourquoi ? Pourquoi ce besoin de raconter ainsi certains événements de ma vie, de livrer certaines émotions et ressentis ? Pour le partager, certes, mais n'y aurait-il pas une autre raison ?...

Sur un autre de mes blogs ("Des mots pour le dire"), je raconte entre autres des périodes de ma vie, de mon enfance, de mon adolescence, sous forme de petits textes ou poèmes. J'ai remarqué que je suis arrivée à faire la paix avec certaines personnes en écrivant sur elles, en m'adressant à elles. Le fait d'écrire ce que j'avais ressenti m'a permis de les comprendre et de comprendre tout court pourquoi j'avais souffert de telle situation.
On m'a dit: "mais pourquoi ne l'écris-tu pas juste pour toi, sur un cahier secret ?" J'avais essayé de le faire, mais cela n'avait pas eu le même effet. Pourquoi ? Je n'en sais rien. Pourquoi faut-il un public qui me lise pour arriver à ce résultat ?

Vous qui écrivez sur vous, sur votre vie, comment expliquez-vous ce besoin : écrire et livrer nos mots à la toile, à nos ami(e)s, certes, mais aussi à des inconnu(e)s qui passent?...


23 commentaires:

  1. Parce qu'un regard extérieur nous aide à avancer plus vite !:) j'en ai un peu parlé dans ma dernière note, comme quoi !:)) bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un regard extérieur et aussi, et surtout, un regard bienveillant :-)
      Oui, Ella, je suis allée te lire.
      Bon week-end à toi. Bisous.

      Supprimer
  2. En fait ce que nous avons de plus personnel,de plus intime,est ce qu'il y a tres souvent de plus universel...Alors,en lisant sur la vie des autres,nous lisons en somme sur notre propre vie....C'est pourquoi il y a des livres qui ont tant de succes,quand le narrateur parle de lui et les lecteurs se retrouvent dans ses mots
    Aussi c'est tres bien de parler de soi,de ses problemes,car cette ecriture qui vous libere,libere en meme temps le lecteur qui peut aussi se dire par exemple"je ne suis pas tout seul avec mes problemes,y'en a plein d'autres qui ont les meme problemes"
    Alors!ecrivez,ecrivez quand vous avez envie....Ne vous retenez surtout pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, Claude. Nous aimons trouver dans les livres des mots qui nous ressemblent, parce que cela nous rassure et nous conforte dans certaines de nos pensées.
      Je continuerai alors à écrire, mais il faut avant tout qu'il y ait l'inspiration :-)
      Bonne fin de soirée, et bon week-end.

      Supprimer
  3. Je pense, en plus de ce que disent si bien Ella et Claude que le fait d'écrire à d'autre nous oblige à plus d'exigence quant à nos souvenirs et la manière dont nous devons les mettre en mots.
    Quand on écrit pour soi, on glisse sur la netteté, sur la précision. On se marmonne quelques idées vagues quitte à laisser de côté, pour plus tard éventuellement les raisons qui ont fait que... qui sont finalement à la source de...
    Lorsqu'on écrit pour les autres, il faut installer la "scène" et pour cela écrire quelques "détails".
    J'ai remarqué, à force d'écrire chez moi et de lire chez les autres, que ces détails, très souvent n'en sont pas, et qu'ils en disent autant, voire parfois plus que le texte lui-même.
    Je parle pour moi bien sûr, mais lorsque j'écris sur un sujet personnel, des souvenirs d'enfance, des douleurs passées, je m'oblige à la plus grande sincérité. Des fois Loup me dis que je ne suis peut-être pas obligé de dire ceci ou cela. Et invariablement je lui répond que si c'est pour ne pas tout dire alors je préfère ne rien dire. Car occulter ne serait-ce qu'une partie de l'histoire, c'est déjà mentir un peu, c'est déjà la faire ressembler à ce qu'on aimerait qu'il se soit passé et non pas ce qu'il s'est passé réellement. C'est se camoufler derrière une vérité tronquée.
    Et puis bien sûr, comme l'ont dit Ella et Claude, les retours qu'on a sont capitaux et nous ouvrent des portes, éclairent des lumières, créent des possibles qu'on n'avais encore jamais envisagé.
    Ce partage là compte pour moi énormément et je vois bien que dans la plupart des blog que je visite, il compte tout autant.
    Ils sont rares (mais il y en a) ceux qui tiennent un blog et qui se foutent des commentaires.
    Moi j'aime bien venir chez toi justement parce que tu te dessines à petites touches. Tu évoques quelques points touchants d'humanité, pas forcément capitaux ! Mais finalement si importants lorsqu'ils composent une vie. C'est ce que j'aime dans les blogs.
    Alors comme te dit Claude, écris, écris... laisse couler ces beaux moments de vie pour les partager et puis ensuite, reçois :-)
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pakita, pour ce long et riche commentaire.
      C'est vrai que lorsque l'on écrit juste pour soi, l'écriture n'est pas la même. Alors que si l'on sait que l'on va être lu, notre démarche est tout à fait différente.
      Les commentaires sont très importants, autrement je ne vois pas l'intérêt, autant écrire pour soi. Ce qui est si enrichissant, c'est ce partage d'idées, de pensées, c'est ce qui nous permet d'avancer et de comprendre, partager avec les autres, c'est important, oui.
      sourire, je continuerai donc, Pakita, et je prendrai également :-)
      Bonne fin de soirée à toi, et douce nuit.
      Je t'embrasse moi aussi.

      Supprimer
  4. le blog,c'est ne pas se livrer tout à fait en plein jour et ce n'est pas le cahier secret de notre enfance et adolescence. C'est l'exact milieu. On écrit mais, à demi-caché(e) quand même. Cela permet sans doute la sincérité,l'effort de bien écrire,et de ne pas craindre le jugement d'autrui. On se sent libéré(e).
    Alors continuons,écrivons pour notre bien et ...celui des autres !
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas craindre le jugement d'autrui, tu touches le point sensible, Sable du temps. Lorsqu'on écrit "à découvert", comme je le fais, oui, il ne faut pas craindre le jugement non seulement de ses lecteurs, mais aussi de la famille et des amis "réels", mais je crois que j'ai dépassé ce cap :-)
      Oui, continuons ! :-)
      Amitiés à toi aussi, Sable du temps. Et bon week-end.

      Supprimer
  5. Bonsoir, Françoise.

    moi, je n'écris pas sur ma vie, parce que je ne réponds que par des parce que...

    Je t'emmbrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sourire... Ah, évidemment, dans ce cas, Herbert... :-)
      Je t'embrasse fort moi aussi.
      Passe un bon week-end.

      Supprimer
  6. Grande question!!!! Ecrire pour se libérer, pour comprendre, se comprendre...Ecrire sur un blog plutôt qu'un cahier pour l'empathie qu'on y trouve, l'écoute, les mots...En tous cas continue j'aime te lire...Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil, Manou (sourire).
      Amitiés à toi aussi, et belle fin de semaine.

      Supprimer
  7. je dois aussi ajouter,qu'ecrire a decouvert,comme sur un blog,ne veut pas forcement dire que nous devons tout devoiler.Une femme disait qu'elle detestait ces mecs qui vous debalent tout sur la table;je la comprends.C'est parfois une forme d'indecence qui met aussi tres mal a l'aise la personne qui ecoute .J'en ai aussi paye les frais,a me croire malin a tout raconter...celle qui m'ecoutait a mis fin sur le champ a notre relation;et elle n'avait pas tort...Quel con j'etais ce jour-la
    Comme le dit Sable du temps,il faut faire dans l'exact milieu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Claude, il ne faut pas tout dévoiler, je suis tout à fait d'accord avec toi. Car, en effet, on peut en payer le prix...
      Bonne soirée, et merci pour tes commentaires.

      Supprimer
  8. Un grand merci à vous toutes et tous ! Je vous répondrai personnellement dès que le temps me le permettra, j'ai beaucoup de travail cette fin de semaine.
    Bonne fin de soirée et bonne nuit à vous !

    RépondreSupprimer
  9. Françoise

    Je trouve que c'est très bien de développer certains sujets comme tu le fais, cela me permet de me poser des questions que je ne me serai pas posées ou de trouver des réponses, ou des avis qui me plaisent bien. Bisous et bon courage pour le boulot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sourire... Je sais que tu aimes bien ce blog, Marie... Comment tu l'appelais au début déjà ?... Ah oui ! remue-méninges ?... :-)
      Bonne soirée à toi, bonne nuit et surtout bon courage pour ton week-end de boulot.
      Plein de gros bisous.

      Supprimer
  10. Je lis tes textes mais je dois t'avouer que j'ai parfois des difficultés à commenter tes poèmes très intimes. Ils sont écrits avec pudeur et sensibilité et je me sens comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.
    J'arrive à commenter ceux où tu nous laisses une petite place. Tes poèmes récents me semblent si personnels que je me contente de les lire. Cela dit, cela ne doit pas t’empêcher de les montrer, ne te censure surtout pas!
    Bonne journée Françoise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu parles des poèmes que je dépose sur "Des mots pour le dire", Philippe ?
      Oui, je pense que certains ne sont pas évidents à commenter, car très personnels. Mais les commentaires ne sont pas toujours indispensables, si le texte ou les poèmes sont lus par des yeux bienveillants, c'est ce qui compte avant tout.
      Merci pour tes mots. Oui, je continuerai donc ainsi.
      Bonne soirée à toi, Philippe. :-)

      Supprimer
  11. S'adresser à une entité surnaturelle mais en même temps réelle qui peut être nommée virtuelle et qui , lorsqu'on lui parle , semble pouvoir écouter et tout entendre , alors on éspére qu'elle pourra nous comprendre . Bien sûr ce n'est qu'une illusion , un fantasme d'un "autre" idéal tout à la fois Papa-Mamman-partenaire-psy-confesseur et sage omniprésent . Bien sûr ce n'est qu'une illusion trés ancienne sans doute , mais le progrés a permis que cette illusion semble devenir si vraie et si utilisable que finalement on s'en sert , oui mais de qui de quoi prend-elle la place ? .... Peut-être prend-elle la place du mystére de l'intimité , la place du secret nécessaire à la construction de toute individualité , ou alors la place d'une concéption enfantine d'un Dieu que l'on voudrait à toute force omniprésent omniscient omnipotent ... Quelque chose de magique en somme mais qui est là , si facilement accéssible et celà sans trop finalement avoir à se demander qui on aime vraiment pour de VRAI ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute, Stéphanie. Tout ce que tu dis est fort intéressant et donne à réfléchir, en effet.
      Merci pour ton intervention qui fait poser questions.
      Bonne soirée à toi, et bon week-end.

      Supprimer
  12. Coucou Ma Françoise

    Je suis toujours très heureuse de venir lire tes blogs ♥

    Tu aimes te questionner pour comprendre et avancer dans la vie.... Et il n'y a pas mieux que l'échange...... Tu aimes les gens.... Tu es généreuse et moi j'aime cette générosité ♥

    Et ce n'est pas parce que tu parles de toi que tu nous livres tout de ta vie.....

    "Pourquoi faut-il un public qui me lise pour arriver à ce résultat ?"
    Je pense que nous avons tous un besoin de comprendre et c'est dans l'autre que nous nous reflétons ou pas, que nous avançons ou pas...

    Je te dis merci pour tes blogs..... J'aime ta générosité du cœur et cette fois-ci , c'est moi qui m'y retrouve !!

    Bon Dimanche Ma Françoise
    Je t’embrasse très fort
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Claude :-)
      Un GROS merci pour ce commentaire si généreux et si enthousiaste, qui est à ton image (sourire).
      Oui, je continuerai, bien sûr. Mais il est vrai que je rentre dans une période très chargée en travail, et le temps me manque. Vois, j'ai travaillé ce soir très tard, et je vais enfin aller me reposer.
      Mais je suis toujours là ! :-)
      Belle semaine à toi, ma chère Claude.
      Je t'embrasse très fort, moi aussi.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.