et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mercredi 13 février 2013

Un meuble qui parle...

Un nouvel exercice d'écriture, proposé cette fois-ci par Sable du temps. La consigne: « Un meuble qui parle... ». Allons-y !...

« On m’avait installé dans un coin de la pièce qui faisait office de salle à manger et de salon. La journée, j’étais replié sur moi-même, dans un joli meuble en bois clair, et je ne tenais que très peu de place. C’était le but, il ne fallait pas que je m'étale trop. J’appartenais, si l’on peut dire, à une petite fille. Enfin, disons plutôt que je lui étais destiné, ce serait plus juste. On lui avait dit : «Tu verras, il ne sera rien qu'à toi !» On lui avait dit aussi qu’elle était autorisée à poser sur moi quelques petits objets personnels, pas trop, juste un petit peu. La petite blondinette était toute contente. Surtout la journée, je ne lui faisais pas peur... Elle disposait ses petites figurines d’une façon, puis les déplaçait, les changeait de place. Elle me regardait, ravie. J’étais là pour elle !
Par contre, le soir, c’était une autre histoire. En effet, à la nuit tombée, on m’ouvrait, on me déroulait, et là, je voyais bien que la petite fille avait des lueurs d’inquiétude dans les yeux. Tous les soirs, c’était pareil. Elle vérifiait plusieurs fois derrière ma tête pour voir s’il n’y avait personne, derrière, là où il y avait un espace vide et noir. Elle n’aimait pas cet espace, il lui faisait peur. Elle s’imaginait je ne sais quoi, peut-être qu’un monstre s’était caché, là, et qu’il allait lui sauter dessus dès qu’elle se serait enfilée sous les draps et les couvertures. Et moi, son petit lit pliant, replié et caché la journée, j'étais triste d'effrayer ainsi ses nuits… »

Vous pouvez aller lire le texte de Kath qui a participé elle aussi !
.

8 commentaires:

  1. C'était juste son petit bonheur du jour, en guise de tiroirs secrets il se dépliait la nuit venue ,et laissait place à ses frayeurs de petite fille.
    Mais en grandissant elle laissa toute la place à ses rêves.

    Belle journée
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joliment dit, Elisanne, merci à toi.
      Vu l'heure, je te souhaite une belle et douce nuit.
      Et je t'embrasse fort.

      Supprimer
  2. je me suis prise au jeu d'essayer de deviner sans aller trop vite dans la lecture, tu tiens le lecteur, on ne devine pas, il faut donc poursuivre, jusqu'au soir, jusqu'à la transformation de son petit endroit "juste pour elle"; qui cache un trou noir inquiétant. Ces peurs d'enfance, comme nous en avons tous eu, cela me rappelle les miennes, les rideaux légers qui n'étaient jamais tout à fait immobiles, la nuit. Un bien joli texte qui nous entraîne dans le temps quand nous étions petits, une bonne soirée Françoise, merci pour tes commentaires et passages, j'apprécie, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sourire... Oui, les rideaux légers qui bougent légèrement, ou tout simplement, qui nous cachent ce qu'il y a derrière, et qui est peut-être très dangereux... la peur de l'inconnu... Lorsque j'étais gamine, en haut d'un escalier qui montait aux combles, se trouvait un immense rideau qui coulissait sur un rail. Il cachait un coin de débarras. Quelle peur j'avais de monter à cet étage, m'imaginant qu'il se cachait quelque chose de terrible derrière ce rideau, j'en faisais des cauchemars...
      C'est moi qui te remercie, Kath. Et pareillement, j'apprécie beaucoup tes commentaires et tes passages, et je dois dire que grâce à toi, voilà deux exercices d'écriture que je viens de faire avec beaucoup de plaisir ! :-)
      Douce nuit à toi. A demain ! :-)

      Supprimer
  3. Très joli texte Françoise !!
    Bizzz Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Laure ! :-)
      Bisous à toi aussi, et belle journée.

      Supprimer
  4. Ah! j'aime ce texte,il est douillet prévenant tendre ce lit pliant,s'il savait quoi faire pour éviter les frayeurs de la petite fille, il n'hésiterait pas une seconde. Bravo !
    En fait, je ne suis pas à l'origine de l'exercice d'écriture, c'est au départ une consigne des " défis du samedi ", consigne que j'ai suivie ... à la lettre !!!
    Bonne journée, ma douce Françoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Sable, c'est gentil. :-)
      Peu importe si ce n'est pas toi qui es à l'origine de cette consigne d'écriture, tu y as largement contribué, ainsi que Kath ! Merci à vous deux ! :-)
      Bonne journée à toi aussi, et gros bisous.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.