et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

dimanche 22 avril 2018

Sérénité de l'instant

Bord de Loire, hier après-midi.

21 commentaires:

  1. Bonsoir ma douce Françoise,
    Ce lieu est vraiment magnifique, il est calme et serein que demander de plus :)
    Gros bisous ma douce Françoise, et à bientôt ! Je me remets en pause !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Floralie
      Oui, en effet, que demander de plus ? :-)
      J'espère que tu vas enfin trouver le remède à tes maux, et trouver toi aussi la sérénité. Je te le souhaite très fort.
      Gros bisous à toi aussi.

      Supprimer
  2. Des arbres, de l'eau, de la verdure...
    Le cocktail gagnant pour méditer.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est tout à fait cela, Célestine. :-)
      Bisous.

      Supprimer
  3. "on ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve". Héraclite.
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? Pourquoi ? Parce qu'on a pollué l'eau ? Ou parce que ça porterait malheur aux poissons ?

      Supprimer
    2. - Et pourtant, le bourdon, ce fleuve ne change guère, et je m'y rends très souvent, je suis sûre qu'il sera là, au même endroit, calme, ou légèrement agité, mais toujours le même. :-)
      Bises, et un bon week-end.

      - Délia : sourire. :-)

      Supprimer
  4. Un magnifique lieu d'où émane une grande sérénité.
    Merci Françoise.
    Douce semaine à toi.
    Bisou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une grande sérénité, oui, Den.
      Bon week-end à toi.
      Bisous.

      Supprimer
  5. "Belle Loire, muse des poètes rêveurs,
    De ta longue chevelure vert amandine,
    S’écoule en songe argenté, ta langueur divine
    Qui va loin vers l’océan et ses profondeurs."

    signé ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle Loire, muse des poètes rêveurs,
      De ta longue chevelure vert amandine,
      S’écoule en songe argenté, ta langueur divine
      Qui va loin vers l’océan et ses profondeurs.

      Tes méandres cachent des tourbillons rageurs,
      Et tes bancs de sable doré, d’humeur taquine,
      Sont tant de pièges en ta lande serpentine,
      Qui défient les curieux d’un sort naufrageur.

      L’été, tu flânes au soleil, rafraîchissante,
      Souriant aux pêcheurs de ta manne bienfaisante ;
      Tu ris de leurs grandes barques aventureuses.

      Mais l’hiver, tu te gonfles d’un très grand courroux !
      Est-ce pour te venger de ces hommes trop fous ?
      Est-ce pour les punir de tes eaux tumultueuses ?


      Françoise Seylac

      Merci pour ce très joli poème, Alain. :-)
      J'aime beaucoup.

      Supprimer
  6. Signé Alainx, t'en est capable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce poème déposé par Alain est de Françoise Seylac, Délia. ;-)

      Supprimer
  7. J'aime beaucoup la Loire elle nous offre tant de paysages diversifiés, de ses gorges profondes à ses méandres alanguis en passant par ses rives tranquilles et ses crues inattendues, ses coteaux, ses vallons , ses vignobles et ses châteaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la Loire est belle, Délia, et traverse de si beaux paysages. Elle prend sa source au Mont Gerbier-de-Jonc, pas très loin de chez moi, à une heure environ. Peut-être y es-tu allée ?
      Bisous.

      Supprimer
  8. Bonsoir Françoise, et comme tu as raison. Il est tellement précieux de savourer l'instant, chaque seconde qui passe et ainsi vivre plus merveilleusement son existence sur cette terre si belle et qu'il faut préserver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut la préserver, Jerry.
      Beau week-end à toi;

      Supprimer
  9. Un très bel endroit, avec ce vert tendre si typique du printemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un très bel endroit, où il fait bon se poser, Pastelle. :-)

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.