et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 10 janvier 2017

« Quelques-uns des cent regrets »

Je viens de finir de lire : « Quelques-uns des cent regrets » de Philippe Claudel.
Ci-dessous, un extrait que j'ai particulièrement aimé :

« (...) Dans les histoires de l'oncle, il y en avait une qui revenait souvent, une vieille légende, comme une parabole d'église, mais sans les fanfreluches et l'eau bénite... Tu sais Jos, qu'il me disait, les coquillages, quand ils se blessent dans la mer, pour calmer leur blessure et la guérir, ils font de belles perles tout autour, des perles toutes moirées, de vrais trésors qui possèdent le souvenir, la mémoire de la blessure... Eh bien nous autres les hommes, quand on se blesse, ou qu'on blesse quelqu'un, nos perles à nous, ce sont les regrets, on se fabrique de beaux regrets, et dans une vie, qu'on soit prince, cordonnier ou sénateur, nos regrets sont écrits sur un grand livre, un superbe livre avec beaucoup d'or et d'enluminures, Le livre de dettes qu'il s'appelle, ils sont écrits et comptés, et à chaque fois qu'un regret est écrit, on pleure, on souffre en pensant à lui, mais ça nous donne la force d'aller vers le suivant, et ainsi se passe la vie, mon petit Jos, de regret en regret, comme un saute-mouton, la vie dans laquelle nous avons cent regrets, pas un de plus, pas un de moins, on peut faire des pieds et des mains, me disait l'oncle, on n'aura jamais droit à plus de cent regrets, mais ça les hommes ne le savent pas, sauf moi, moi je le sais car je connais la légende, et il me disait ça en me regardant dans les yeux avec son regard un peu fou, et moi j'avais la frousse et en même temps je l'écoutais parce que je trouvais ça beau, cent regrets répétait l'oncle, et quand le centième est écrit sur le grand livre, Le livre de dettes, quand il est bien écrit avec la belle écriture calme et déliée, alors, on meurt ! le lendemain même, on meurt... il n'y a pas à tortiller ou à geindre, c'est comme ça, on meurt, et tu sais de quoi on meurt... ? On meurt de ne plus avoir à regretter... (...) C'est beau comme légende, vous ne trouvez pas ? moi, j'ai toujours trouvé ça très beau... oui, vraiment très beau... »
.

6 commentaires:

  1. C'est une belle légende oui. Sauf que je serais morte depuis longtemps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que cent regrets, cela fait beaucoup, hein ? :-)
      Belle journée à toi, Pastelle.

      Supprimer
  2. j'aime bcp cette photo Françoise et bonne soirée

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.