et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

jeudi 1 décembre 2016

« L'Amour et l'Amitié »

Une chanson que j'avais apprise et chantée alors que je faisais partie d'une chorale il y a déjà plusieurs années, une chanson que j'aimais beaucoup, une chanson qu'un ami blogueur a déposée chez lui et que j'ai eue beaucoup de plaisir à réentendre, une chanson que j'ai envie de partager avec vous : "L'Amour et l'Amitié", interprétée par Henri Tachan.

 Les paroles -> ​ « L'Amour et l'Amitié ».

20 commentaires:

  1. Il n'y a pas que le plumard, la passion fait partie de cette différence. Certains tuent par amour, du moins le pensent-ils. Par amitié? Belle journée.
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si certains ont tué par amitié, le bourdon, je pense en effet que c'est plus rare, alors que les crimes passionnels existent bel et bien...
      Bonne soirée à toi, bises.

      Supprimer
  2. Moi aussi j'adorais cette chanson, et je la trouve toujours belle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle est toujours belle, Pastelle.
      Bonne fin de semaine à toi.

      Supprimer
  3. Le temps passe mais les mots et les airs demeurent...
    Merci Françoise de nous rappeler tout ceci.
    Bisou.
    Doux vendredi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots et les airs demeurent, et certains plus que d'autres.
      Merci à toi, Den.
      Belle fin de journée et bon week-end.
      Bisous.

      Supprimer
  4. Je crois avoir entendu cette chanson il y a très longtemps, sans y avoir vraiment porté attention. Aujourd'hui je suis beaucoup plus sensible à ses paroles.

    Merci Françoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que certaines chansons nous touchent plus à certains moments de notre vie, elles nous parlent davantage. C'est le cas pour toi avec celle-ci.
      C'est moi qui te remercie, Pierre. Beau week-end à toi.

      Supprimer
  5. Pas vraiment mon trip, ce genre de chansons (sauf volonté de suicide)
    Amours, amis, faisons le point (et non pas "ne le faisons point")
    Il y a l'ami Ricoré (je l'aime bien, lui, il arrive au bon moment -à 2 heures du mat', cela me gaverait- avec ses croissants), les produits laitiers (mes amis pour la vie, parait-il), l'ami Caouette et son compagnon l'ami Cao.
    Les copains, également. (vous les copains, je ne vous oublierai jamais... certes, mais ne t'ont-ils pas oubliée, eux ?)
    D'abord les copains d'abord( Hello Georges !) puis les copains d'avant (qui sont arrivés après)
    Mes amours ne sont que deux, mon pays (Mais lequel ? bon sang de bonsoir !) et Paris (Paris a beau être jolie, la Seine n'y a pas son lit, na !)
    Bon vendredi, Françoise, ma belle amie.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "sauf volonté de suicide" ? Tu y vas fort, là ! (sourire)
      Mais bon, il en faut pour tous les goûts. Et si j'ai bien compris, tu n'aimes pas Henri Tachan ? :-)
      Merci pour ton commentaire qui ne manque d'humour, Rom. :-)
      Belle fin de journée, et bon week-end.

      Supprimer
  6. Rien de personnel contre Henri Tachan.
    Ce sont les mélodies, leur rythme, qui me tuent et la voix me parait en désaccord complet avec les paroles.
    (feu) Bachelet me faisait le même effet (envies de pendaison).
    Daniel Guichard, lui, est(était) un violon désaccordé,insupportable.
    Dans ce cas je ne parlerai pas de suicide mais de torture.
    Ainsi que tu le rappelles, il en faut pour tous les goûts, je cède volontiers ces chanteurs-là aux autres :-)
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la chanson crée en moi une émotion, un frisson, une vibration, cela suffit pour me la faire aimer (sourire). Tant pis pour les défauts de mélodies, de rythme, etc. :-)
      Bisous à toi aussi, Rom.

      Supprimer
  7. Je ne connaissais pas.
    Si je poste un com, tu sais bien que j'ai adoré :)
    Je te lis souvent.
    J'essaie d'imaginer ta voix sur cette chanson. J'essaie..........
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je faisais partie de la chorale, je chantais en soprano. Et il paraît que j'ai une voix douce. Tu peux peut-être mieux imaginer ainsi, Pascal. :-)
      Merci à toi de me lire souvent.
      Bonne soirée aussi.

      Supprimer
  8. C'est très beau, je m'en suis régalé. j'ai l'impression d'entendre Ferrat, je ne sais si c'est la voix, la tonalité ou le rythme, mais j'ai adoré. "Entre l'amour et l'amitié ont la même gueule de l'innocence"...c'est très juste, la frontière est mince ! Mince alors! Bisous Françoise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que tu aimes, Bizak, et cela soit dit entre nous, cela ne m'étonne pas. :-)
      Bisous à toi aussi, et merci.

      Supprimer
  9. un bien belle chanson qui me rajeunit pas

    RépondreSupprimer
  10. Quelle belle chanson
    Un poète qui procure de l'émotion avec des mots simples

    Petit cadeau

    Tu es l'enfant que je n'ai pas voulu,
    Tu es la mère qu'un jour je n'aurai plus,
    Tu es l'ami que racontent les bardes,
    Ma femme,
    Tu es tout ceux que je n'ai pas aimés:
    Vingt ans de peur, y a pas d'feu sans fumée,
    Et ce feu-là, fragile, je te le garde,
    Ma femme,
    Et puis, conjugalement parlant,
    On ne ressemble pas à ces gens
    Qui s'épousaillent et qui se taisent,
    L'habitude a beau faire sa cour,
    Notre petit foyer sur cour
    Cherche la mer et ses falaises...

    Tu es l'enfant qui sanglote et s'endort,
    Cet oiseau blanc qui revient vers le Nord
    Tu es l'oiseau de tiédeur et de plumes
    Ma femme,
    Tu es la lionne qui veille des petits
    Qui sont aux autres, pas les siens - comme on dit -
    Tu es la lionne aimante et redoutable,
    Ma femme,
    Et puis, zoologiquement parlant,
    On ne ressemble pas à ces clans
    Qu'on apprivoise et qu'on apaise,
    L'habitude a beau faire sa cour,
    Notre petit Kenya sur cour
    Cherche sa jungle et son Zambèze...

    Tu es l'enfant étrange qui s'entête
    A préférer le genre humain aux bêtes,
    Tu es l'enfant qui croit toujours au Monde,
    Ma femme,
    Tu es la bouche des pauvres qu'on musèle,
    Le poing tendu des manchots, des rebelles,
    Tu es l'Espoir qui palpite et qui gronde,
    Ma femme,
    Et puis, socialement parlant,
    On ne ressemble pas à ces Durand
    Qui cocoriquent, qui marseillaisent,
    L'habitude a beau faire sa cour,
    Notre petite patrie sur cour
    C'est un vieux sentier de Corrèze...

    Tu es l'enfant qui supplie dans le noir:
    "Dis, s'il te plaìt, racont'e-moi une histoire,
    Celle où le loup n'a pas mangé la chèvre..."
    Ma femme,
    E t'embrasse tout fort , tout fort t je murmure: "Il était une fois..."
    Et te voilà partie à travers bois,
    Petite chèvre accrochée à ton rêve,
    Ma femme,
    Et puis, tout bêtement parlant,
    Nous, on ressemble à ces enfants
    Qui se réchauffent et qui se plaisent,
    L'habitude a beau faire sa cour,
    Notre petit bonheur sur cour
    Se cache entre ses parenthèses...

    Tu es l'enfant que je n'ai pas voulu,
    Tu es la mère qu'un jour je n'aurai plus,
    Tu es l'ami que racontent les bardes,
    Ma femme!

    Une autre très belle chanson...qui me bouleverse
    https://youtu.be/hamApYAVjTY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas cette chanson d'Henri Tachan, elle est très belle en effet. Merci beaucoup de me l'avoir fait découvrir, Robdan. Beau week-end à vous.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.