et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

samedi 26 novembre 2016

Nous sommes des êtres complets...

« Nous sommes des êtres complets et la nature nous amène à le ressentir profondément, alors que la société crée en nous le manque. Elle sait nous faire croire et nous faire ressentir qu'il nous manque quelque chose pour être heureux. Elle nous interdit d'être satisfaits de ce que nous avons, de ce que nous sommes. Elle ne cesse de nous faire croire que nous sommes incomplets. »
-> Laurent Gounelle (Le jour où j'ai appris à vivre)

18 commentaires:

  1. Bonjour Françoise

    Je ne suis pas du tout d'accord avec la citation ! je ne me sens pas complète, j'ai besoin du boulanger pour manger du pain, de celui qui a construit l'adduction d'eau pour boire ... j'aurais besoin d'être aimée pour vivre .... Je suis définitivement incomplète
    Vraisemblablement Laurent Gounelle ne pense qu'aux objets qu'"ON" cherche à nous vendre. Cependant il me semble que si nous avions davantage conscience combien nous avons besoin des autres, un certain nombre d'entre nous pour ne pas dire notre société iraient moins mal.
    Bon dimanche d'entrée dans l'Avent à chacune et chacun. Ouf les magasins ne sont pas encore en ouverture continue !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun ressent et réagit bien différemment en lisant ces mots de Laurent Gounelle. C'est ce qui est intéressant sur ces échanges.
      Merci Nicole de t'être exprimée ainsi.
      Une douce nuit à toi.

      Supprimer
  2. "on nous Claudia Schiffer on nous Paul-Loup Sulitzer, ah le mal qu'on peut nous faire ..."

    RépondreSupprimer
  3. Tant que le matériel l'emporte l'esprit, il est assuré qu'on sera toujours incomplet. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le matériel ne devrait être en effet qu'accessoire, Bizak. Bisous.

      Supprimer
  4. Tiens, tiens, un livre que m'a récemment offert Corine et que je n'ai pas encore feuilleté, lui préférant Les chemins noirs de Sylvain Tesson (qui te plaira sans aucun doute)...
    Bon dimanche Françoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée lire le résumé, Philippe, et je pense qu'effectivement ce livre devrait me plaire. :-)
      Belle fin de dimanche, et merci.

      Supprimer
  5. Une remarque très très juste...
    Nos besoins sont des besoins de beauté, de communion...et cela, la nature nous l'offre...à tout moment. Si nous étions attentifs, nous verrions que tout nous est donné.
    Mais notre mode de vie citadin (et la pub, cette amie mensongère) ne cesse de nous montrer ce qui nous "manque"...
    Il faut revenir aux vrais besoins : se loger et se vêtir simplement, manger sainement...et prendre le temps d'admirer tout ce qui est là, autour de nous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Il faut revenir aux vrais besoins : se loger et se vêtir simplement, manger sainement... et prendre le temps d'admirer tout ce qui est là, autour de nous ! »
      Oui, La Licorne, je pense qu'est là la solution. Savoir revenir à l'essentiel, et laisser le superflu, l'artificiel de côté.
      Merci de ta visite. Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Très belle cette chanson de Pierre Perret.
      Tu crois ? le bonheur c'est toujours pour demain ?
      Merci le bourdon. :-)

      Supprimer
  7. Notre incomplétude m'est évidente.
    La société tente de nous persuader qu'elle peut y remédier, telle est sa faute, sa duperie.
    "Celle des marchands de bonheur est de nous faire croire qu'un travail sur soi (qui n'est pas sans valeur) suffit pour nous écarter de l'état du monde et du sort de ceux que nous aimons" (Luc Ferry)
    Toute illusion est néfaste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Rom, toute illusion est néfaste.
      Bien cette citation de Luc Ferry. Merci.
      Une douce nuit à toi.

      Supprimer
    2. Je souris.
      Tu connais mon aversion pour les citations.
      Celle-ci est authentique (bien que légèrement remaniée), contrairement à toutes celles que j'ai disséminées dans mes devoirs de philo ou de français (et qui ne furent jamais contestées) :-)

      Supprimer
    3. Je souris aussi.
      Oui, je connais ton aversion pour les citations. D'ailleurs, lorsque j'en dépose une, je me dis toujours : aïe aïe aïe !, que va dire Rom ? :-)

      Supprimer
  8. Pour moi, cette phrase dit qu'il en faut peu pour se sentir comblé et que la société (de consommation, je pense) crée des besoins inutiles au fond et difficiles à assouvir.
    Je suis complètement ok.
    Bises Francoise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tout est OK, Emilie ! :-)
      Bises à toi aussi.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.