et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mercredi 14 octobre 2015

« Je suis un immense buvard... »

« C'était fatiguant, cette faculté à tout sentir, tout ressentir. A se laisser pénétrer par une intonation de voix, une remarque ironique, un haussement de sourcils. Elle ne parvenait pas à mettre de barrières entre les gens et elle. Elle se disait, cette fois, je vais essayer, je vais sortir armée, casquée, cuirassée, je ne laisserai personne me donner un coup de canif. Mais ça ne marchait jamais... Un rien l'égratignait ou la rendait heureuse. Un rien l'abattait ou soulevait en elle une vague d'espoir et de chaleur. Je suis un immense buvard, se dit-elle pour s'encourager à sourire. A rire d'elle et de sa sentimentalité. Un immense buvard plein de taches. » (K. Pancol)

J'étais ainsi plus jeune, exactement comme l'héroïne de Katherine Pancol. Que de souffrances et de mal être à cause de cela ! Je me rends compte maintenant que je ne suis plus le buvard que j'ai pu être et j'en suis heureuse. Je sais qui je suis et les mots des autres sont leurs mots, ils ne sont pas moi. C'est important à comprendre et je l'ai compris. Ne pas se laisser toucher par les mots des autres, car c'est leur histoire à eux qu'ils projettent sur nous. Cela ne veut pas dire que je suis devenue indifférente aux maux des autres, pas du tout. J'ai toujours la même sensibilité et le même amour pour les gens, mais j'ai appris à me protéger.

Et vous, comment êtes-vous ? Comment étiez-vous ? Un immense buvard aussi ? Racontez-moi moi, cela m'intéresse...
.

24 commentaires:

  1. J'étais cet immense buvard. je le suis encore mais autrement: j'ai pris de la distance et je me suis isolée d'autrui ce qui me protège d'eux et...va savoir...les protège de moi aussi ? Je me plais à le dire... Mais j'ai appris à dire "STOP j'en ai marre de t'écouter", aussi brutalement à autrui que j'étais obligée d'écouter et qui ne voulait pas m'entendre. Que c'est difficile la relation... Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, Lison. Je ne sais pas encore dire "STOP !" lorsque la personne qui est en face de moi parle, parle, parle d'elle, et ne tient pas compte de ce que je dis, moi. Mais ça viendra... ou pas... ;-)
      Belle fin de journée, Lison. Gros bisous.

      Supprimer
  2. oui Françoise, moi aussi j'étais et suis encore une hyper sensible
    Cela veut dire une profonde richesse intérieure, mais aussi une aptitude à ressentir intensément... et donc à souffrir. Garder la juste distance, voilà la bonne attitude, qui s'acquiert au fil du temps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Coumarine, arriver à trouver la juste distance, je crois que c'est important.
      Bonne soirée. Je t'embrasse.

      Supprimer
  3. "En groupe en ligue en procession
    En bannière en slip en veston
    Il est temps que je le confesse
    A pied à cheval et en voiture
    Avec des gros des petits des durs
    Je suis de ceux qui manifestent
    Avec leurs gueules de travers
    Leurs fins de mois qui sonnent clair
    Les uns me trouvent tous les vices
    Avec leur teint calamiteux
    Leurs fins de mois qui sonnent creux
    D'autres trouvent que c'est justice..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je suis de ceux que l'on fait taire
      Au nom des libertés dans l'air
      Une sorte d'amoraliste
      Le fossoyeur de nos affaires
      Le Déroulède de l'arrière
      Le plus complet des défaitistes
      L'empêcheur de tuer en rond
      Perdant avec satisfaction
      Vingt ans de guerres colonialistes
      La petite voix qui dit non
      Dès qu'on lui pose une question
      Quand elle vient d'un parachutiste

      En groupe en ligue en procession
      Depuis deux cents générations
      Si j'ai souvent commis des fautes
      Qu'on me donne tort ou raison
      De grèves en révolutions
      Je n'ai fait que penser aux autres
      Pareil à tous ces compagnons
      Qui de Charonne à la Nation
      En ont vu défiler parole
      Des pèlerines et des bâtons
      Sans jamais rater l'occasion
      De se faire casser la gueule

      En groupe en ligue en procession
      Et puis tout seul à l'occasion
      J'en ferai la preuve par quatre
      S'il m'arrive Marie-Jésus
      D'en avoir vraiment plein le cul
      Je continuerai de me battre
      On peut me dire sans rémission
      Qu'en groupe en ligue en procession
      On a l'intelligence bête
      Je n'ai qu'une consolation
      C'est qu'on peut être seul et con
      Et que dans ce cas on le reste" ...

      Supprimer
  4. Bonjour Françoise,
    Juste un petit mot "tiens je me reconnais" et être ainsi n'est pas toujours évident.
    Bonne et douce journée, bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Floralie
      Apparemment, nous sommes nombreu(x)ses à être ainsi...
      Une bonne et douce soirée à toi. Gros bisous.

      Supprimer
  5. Je crains de ne pas avoir fait autant de progrès que toi et d'être toujours cette femme buvard. J'avais écrit sir mon blog une poésie qui avait ce titre et j'essaierai de la retrouver. Amicales bises.

    RépondreSupprimer
  6. Je l'ai retrouvée en me cherchant moi même sur Google !) et ce sera ma contribution ... voici le lien http://ariaga.hautetfort.com/archive/2010/10/13/la-femme-buvard.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée te lire, Ariaga, mais je n'ai pas pu te laisser de commentaires.
      Merci pour ta contribution. Belle fin de journée à toi.

      Supprimer
  7. Coucou Françoise <3
    Je suis sensible et réceptive et il est vrai que c'est souvent à moi qu'on se confie, même des personnes que je connais pas !
    Il y a quelques années, j'ai pris conscience de cela et j'ai essayer de garder mon énergie un peu pour moi ;-)
    Et tout dernièrement, à la lecture de "Passeur de vies" de Jacques Salomé où à un passage il parlait de responsabilité et j'ai enfin compris que j'ai énormément pris des responsabilités qui ne m'appartenaient pas et là, comme un gros ouf de soulagement ! Tout devenait plus léger ;-)
    Voilà, comme tu vois, je me soigne <3
    Je t'embrasse très fort :-*
    Claude



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Claude
      Si les gens se confient à toi, c'est sûrement que tu sais bien les écouter, mais il faut en effet garder de l'énergie pour soi et savoir prendre de la distance.
      Je t'embrasse très fort moi aussi, Claude.

      Supprimer
  8. J'ai essayé... Et quelques fautes de temps, je ne devrais pas écrire aussi tard :-))
    Douce nuit <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas grave, Claude. :-)
      Une douce soirée à toi, et de gros bisous.

      Supprimer
  9. Savoir écouter mais rester soi même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est exactement cela, Alezandro, rester soi-même !
      Belle fin de journée.

      Supprimer
  10. Oui, ce n'est pas de la sentimentalité...mais de l'hypersensibilité...
    je vois très bien ce que c'est ... ;-)

    Mon expérience est que, paradoxalement, la personne hypersensible,
    parce qu'elle est obligée, au bout d'un moment, de se protéger...
    peut apparaître comme "insensible"...!

    Bises amicales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ce que tu dis, La Licorne. Et pourtant, il est bien légitime de vouloir se protéger, c'est indispensable même. Tant pis pour ce que pensent les autres, finalement.
      Bises amicales à toi aussi, et une belle fin de journée.

      Supprimer
  11. « Je suis un immense buvard... » c'est déjà un joli titre et je note ! merci Françoise
    "j'ai appris à me protéger."on y arrive, un peu , avec les années...
    Bisous, bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois, en effet, que les années passant, nous apprenons à nous protéger.
      Bonne soirée à toi, Noëlle, gros bisous.

      Supprimer
  12. La vie est passée par là.
    J'ai été comme toi.
    On se protège forcément;
    Quelquefois pour certains, je pense toujours que la vie est injuste.
    Je ne sais pas prier, mais si je le savais, je le ferais.
    Bon dimanche soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce joli commentaire, Pascal.
      Bonne fin de journée, bisous.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.