et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 5 mai 2015

« Faites donc attention quand vous cueillez une fleur »

Je suis en train de faire du tri dans mes archives et je viens de retrouver cette page que j'avais mise de côté (page prise sur le site de Julos Beaucarne) : « Faites donc attention quand vous cueillez une fleur. » Texte si joliment et poétiquement écrit par Julos. Le printemps est la saison des fleurs, alors lisez donc... ne vous en privez pas...

Cliquez sur la page pour l'agrandir.
« Ses roses la réclamaient à corps et à cri, elle ne pouvait plus rester dans son bureau du 9e étage d'un immeuble de la ville la plus proche de chez elle. Ses "roses" l'appelaient et lui envoyaient des bouffées de parfums télépathiques, elle prétexta une migraine et bondit dans sa voiture hybride.
Quand elle arriva chez elle, elle se précipita dans le jardin. Les roses criaient son nom à tue tête et l'entouraient de parfums variés car il y avait là des roses de toutes les variétés avec et y compris la variété particulière appelée "cuisse de nymphe émue". Tout à coup, elle ne sait pas comment cela a pu se faire, tout à coup, elle devint une rose elle-même.
Elle se sentait si bien comme ça, attachée à la terre et elle entendait monter la sève dans tous les pétales de son corps de rose, elle aspirait le soleil si fort, qu'il se pencha du haut du ciel et à ce moment-là, il faisait terriblement torride, heureusement un nuage vint à son secours pour la rafraîchir, sinon elle aurait perdu les pétales, c'est dangereux d'être aimée par le soleil, toutes les roses vous le diront, plus on s'en approche plus il vous brûle. Elle craignait aussi qu'un promeneur ignorant son état de rose stagiaire vint la choisir parmi toutes les roses et la mit stupidement à sa boutonnière, quelle triste fin pour une rose. Elle craignait de devenir une vague potiche dans un vase évasé, d'être coupée de la terre-mère si tant aimée. Les roses qui lisaient ses pensées et qui l'aimaient tendrement parce qu'elles avaient été plantées par elle, les roses lui rendirent sa forme humaine. En se réveillant, au moment même où elle sentait son corps féminin comme un vêtement de soie plus doux que la douceur même, alors qu'elle se réveillait dans l'autre règne, elle dit : "Comme c'est étrange de changer de règne, de ne parler qu'en "langue parfum", comme c'est étrange de sentir la terre monter dans tous les pores de votre peau et d'embrasser le soleil sur la bouche avec tous ses pétales au risque de se brûler les lèvres".
Dites, promeneur, qui que vous soyiez, faites donc attention quand vous cueillez une fleur, demandez au moins la permission, les roses, en effet, n'appartiennent qu'à elles-mêmes. »
Julos
(Photo et texte pris ici -> Bienvenue au Julosland).

14 commentaires:

  1. En effet, nous sommes sur la même longueur d'onde. Je n'aime pas les fleurs coupées dans des vases, je le préfère dans la nature. Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et elles sont tellement plus belles dans la nature.
      Bonne soirée, et belle fin de semaine à toi, Ariaga.
      Amitiés.

      Supprimer
  2. Je n'aime que les fleurs sauvages, celles que personne ne cueille...
    Merci Françoise pour ce beau texte, bonne journée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime toutes les fleurs, mais j'ai aussi une préférence pour les fleurs sauvages. :-)
      Bon week-end à toi, Philippe. Bises.

      Supprimer
  3. très beau texte..Merci de nous le faire connaître

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui te remercie, Gazou. :-)
      Bonne soirée, et bon week-end.

      Supprimer
  4. Merci pour ce joli bouquet de mots :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, Ö ! :-)
      Belle fin de semaine.

      Supprimer
  5. Offrir un bouquet d'appareils reproducteur du règne végetal, quelle indélicatesse. Et puis moi qu'est-ce je deviens dans l'histoire hein!
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (sourire) Eh oui, charmant bourdon... :-)
      Bises.

      Supprimer
  6. Doucement je passe mais vais-je laisser une trace de ce passage?
    Oui, je t'embrasse Françoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trace que je découvre ce soir, Louis-Paul, car je n'ai pas reçu de mail de notification de ton commentaire, trace que j'apprécie. :-)
      Je t'embrasse moi aussi, Louis-Paul. Pardonne moi mon "si peu de présence" actuellement sur mes blogs amis, mais le temps file si vite...

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Je ne suis pas étonnée qu'il te plaise, La Licorne. :-)
      Merci à toi.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.