et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

jeudi 26 février 2015

« lorsqu'on ressent des émotions, on se sent vivre... »

« - Pense à toutes ces informations auxquelles on est soumis en permanence, tous ces stimuli.
- Laisse-moi deviner : tu vas dénoncer la télé, l'Internet, les réseaux sociaux, les jeux vidéo, les flots d'e-mails sur le portable, les sms...
- Je ne dénonce rien, tout ça est très utile, si on est assez vigilant pour ne pas se laisser prendre au piège. Car sais-tu pourquoi on en devient dépendant ? Parce qu'ils induisent en nous des émotions. Et vois-tu, lorsqu'on ressent des émotions, on se sent vivre. Alors on en veut, encore et encore. C'est pour ça qu'on reste connectés à tous ces réseaux sociaux. Dès qu'un message nous concerne, on ressent une émotion. Une information nous alerte ? Une émotion. Quelqu'un pense à moi ? Une émotion. Une tempête a frappé dans un pays ? Une émotion. Une fois de plus, il n'y a aucun mal à ça, mais à force d'être absorbé par ce qui vient de l'extérieur, on perd le contact avec nous-même. Plus nos émotions sont induites par l'extérieur, moins on sait les faire émerger de l'intérieur par nos propres pensées, nos actions, nos ressentis. C'est un peu comme si on vivait dans un wagonnet de montagnes russes, ballottés à longueur de journée dans un train dont on ne connaît pas le conducteur et dont on ignore où il nous emmène. »
-> Laurent Gounelle (Le jour où j'ai appris à vivre)

16 commentaires:

  1. Étrange cette phrase... "lorsqu'on ressent des émotions, on se sent vivre".
    je peux vivre sans émotions particulières; mais c'est vrai que je suis un peu particulière et ne fais rien comme les autres. le conducteur de ma vie c'est moi alors pas de problèmes émotionnels. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que pensent beaucoup de gens, Marie-Jeanne. S'il n'y a pas d'émotions, il n'y a pas de vie, ils ne se sentent pas vivants. Pourquoi certains choisissent de pratiquer des sports extrêmes ? si ce n'est pour ressentir des émotions ? Mais chacun son point de vue. :-)
      J'espère que tu as retrouvé la forme. Gros bisous.

      Supprimer
  2. On ne deviens pas dépendant parce qu'on ressent des émotions…
    Où est ce qu'il a été chercher ça ce gazier…?
    On devient dépendant si l'on ne sait pas comment se gère une émotion…
    Ce qui est totalement différent.
    Si c'était comme dit le Monsieur… Il n'y aurait plus qu'à se flinguer…
    Parce que les émotions nous traversent par milliers chaque jour… Qu'on ne soit pas conscient de les ressentir… c'est encore autre chose… mais ça se soigne…
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (sourire) Merci pour ce commentaire spontané et franc, Alain ! :-)
      Pourtant, certaines personnes sont addicts à tout ce qu'énumère Laurent Gounelle, alors pourquoi ? Quelle en est la raison ?... Il n'a peut-être pas entièrement tort le gazier... :-)
      Bonne soirée à toi, et merci de ta visite.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. "on a soif d'idéal..." :-)
      Bises, le bourdon masqué, et bonne soirée à toi.

      Supprimer
  4. Je ne me sens pas comme ce monsieur, en tout cas pas obligé de sur-réagir quand Mémée rate sa crème fouettée dans la dernière épreuve de Top Machinchose...
    Bonne soirée Françoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (rire)
      Bonne soirée, Philippe. Bises. :-)

      Supprimer
  5. Bonjour, pour moi la vie entière est "émotion" : quel que soit le moment que je (nous) vivons, car le plaisir est aussi partage (eh oui nous faisons beaucoup en couple) et donc une marche comme hier dans la neige du Ballon d'Alsace, la vue sur les Alpes suisses lointaines et très proches, voir des attelages de traîneaux avec leur meute, des enfants qui se lâchent sur les luges, des snowboarders, des skieurs en herbe et des chevronnés, d'autres marcheurs, des raquett(istes) , enfin le bonheur des gens, c'est loin de l'analyse psy et beaucoup plus encouragent et émotionnel que le partage réseau social... évidemment j'adore me balader sur les blogues et vous saluer tous, mais FB par exemple me gave... on dit comme ça ?... voilà , un peu de lâchage de Doume et un gros bisou du fond du coeur à toi Françoise qui attire toujours les discussions et partages d'émotions en tous genres... alors à un de ces jours !!
    Doume

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, Doume, chacun son truc. Mon idéal à moi se rapproche davantage de ce dont tu parles, mais je fais tout de même partie de facebook. (sourire)
      Merci pour tes mots, c'est gentil.
      Bisou à toi aussi. A bientôt.

      Supprimer
  6. Je pense qu'effectivement, ressentir des émotions aide à vivre. Mais il ne faut pas vivre par procuration : dans notre quotidien, si on veut bien les chercher, les émotions foisonnent.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, Bonheur du Jour, les émotions foisonnent, je suis bien d'accord avec vous ! :-)
      Bonne soirée, et merci de votre visite.

      Supprimer
  7. Bonjour Françoise, je pense aussi que ce qui est très important est de savoir gérer ses émotions.
    elles peuvent survenir à tout moment de la journée, chez soi au contact de ses enfants, ses amis, en écoutant une émission radio ou télé, devant un film, à l'extérieur dans la rue, dans le métro, dans un musée, devant un paysage, ou seule en lisant, dessinant ou en dansant. Elles ne manquent pas dans la vie réelle. A celles ci se rajoutent celles qui arrivent à foison par la surinformation et les réseaux sociaux.
    Tout cela peut faire beaucoup et comme on sait mener sa vie réelle on doit apprendre à gérer cette nouvelle vie que l'on vit à distance ou dans le virtuel pour ne pas être envahi, dépassé car effectivement on peut devenir un addict à cette nouvelle forme de communication du monde, s'y noyer et perdre alors, ce qui est le plus important, le plus équilibrant, le contact avec soi même. Ceci est difficile à faire comprendre aux jeunes qui n'ont pas notre recul, notre expérience, notre vécu (l'avant, l'après).
    Une nouvelle lectrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "perdre le contact avec soi-même", c'est cela qui peut être dangereux, oui, en effet, Mart. Ce que tu dis est très vrai et juste. Merci pour ce commentaire très riche. Et bienvenue chez moi. :-)
      Bonne soirée, et une douce nuit.

      Supprimer
  8. Coucou Françoise <3
    J'ai lu ce livre et ma fois cette citation me paraît bien réelle. Que serions-nous sans émotion ?
    Il faut un joli dosage entre les émotions qui viennent de l'extérieur et celles qui nous font vibrer !

    De nos jours, il faut apprendre à gérer ses émotions, d'ailleurs il faudrait tout gérer, si bien que nous ne savons plus nous écouter ;o)

    Douce soirée <3
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as raison Claude, que serions-nous sans émotion ? De pauvres pantins sans vie et sans âme, sans doute...
      Merci pour ton commentaire.
      Une douce soirée à toi aussi, Claude. Gros bisous. :-)

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.