et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

vendredi 12 décembre 2014

Femmes et hommes

Déjà posté en juillet 2012, je republie ce texte de Julos Beaucarne, texte plus vrai que jamais !
Vous qui ne le connaissez pas encore, prenez le temps de le découvrir, et vous qui le connaissez, savourez-le à nouveau !


Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...
On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves,
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
La personne qui hier vous chérissait, aujourd'hui vous hait
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir,
Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance
Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau
Nous ne serions jamais déçus
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même
Moi seul connais le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie et dans sa peau...
A chacun sa texture, son message et ses mots

Julos Beaucarne

10 commentaires:

  1. Je connais bien Julos et j'ai eu la chance d'assister à certains de ses concerts...
    De beaux textes, une voix qui prend au coeur... J'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance vous avez eue ! J'aurais tant aimé. :-)
      Moi aussi, j'aime beaucoup, et je ne me lasse pas de l'écouter.
      Merci de votre visite, Leeloo. Une belle soirée à vous.

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup ce texte aussi...
    Merci Françoise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en suis guère étonnée, La Licorne. :-)
      Merci à toi. Bonne soirée et bon week-end.

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas ce beau texte. J'ai assisté à l'un de ses concerts en 1975... il ne me touchait pas autant à l'époque.
    Bon week-end Françoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as assisté à l'un de ses concerts ? Ah la la, quelle chance tu as eue toi aussi, Philippe. Je suis contente que ce texte te parle et te touche. Merci à toi.
      Bon week-end également. Bises.

      Supprimer
  4. Ce texte je l'avais lu chez toi en 2012 mais je le redécouvre aujourd'hui avec davantage d'intensité. Comme un choc… salutaire.

    Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certains textes ne nous parlent pas plus que cela à une époque, et puis quelques années plus tard, on le relit et il nous parle alors intensément, oui. Heureuse de ce choc salutaire qu'il a provoqué en toi, Pierre. :-)
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  5. oh lala, ce texte me parle énormément!!
    merci Françoise!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te connaissant un peu, Coumarine, j'en étais sûre. :-)
      C'est moi qui te remercie. Belle fin de journée. Je t'embrasse.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.