et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

lundi 15 décembre 2014

Commentaires et questionnement

Lorsque nous déposons une citation ou bien un texte d'un auteur quelconque et qu'un commentaire attaque les mots de l'auteur, nous nous sentons forcément nous aussi un peu attaqués, car même si ce n'est pas nous qui avons écrit ce texte, c'est tout de même nous qui l'avons choisi et déposé. Faut-il justifier son choix ? Se justifier ? Je n'aime pas ce verbe "se justifier", se justifier c'est que nous nous sentons coupables, mais coupables de quoi ? Coupables de trouver du sens à des mots qui semblent dangereux à d'autres ? Mais si ces mots nous parlent et nous interpellent, c'est notre droit, cela nous appartient. Ce qui est intéressant alors, au lieu de créer un conflit, c'est de pouvoir échanger nos points de vue, parfois très différents, car cela peut être une source d'échanges enrichissants. Si l'autre n'adhère pas du tout aux propos de l'auteur que nous avons cité, il a sûrement une bonne raison, et il faut l'écouter aussi. Après tout, l'autre peut nous apprendre... comme nous aussi nous pouvons lui apprendre...
.

18 commentaires:

  1. Ah ! J'espère que je n'ai pas encore créé la zizanie avec mes propos...
    Il semble que je les accumule en ce moment...
    J'aime beaucoup ton approche de l'être qui ne ressemble à aucun autre... Comme tu dis, les intervenants peuvent ou pas apprécier tes écrits ou tes reprises, et toi tu as l'intelligence et la lucidité de laisser une place à leur différence...
    Sur beaucoup d'autres blog, lorsque j'interviens hypodermiquement ou rationnellement, on efface systématiquement mes commentaires, surtout s'ils dérangent l'auteur du blog. Parfois aussi, ça part "en sucette" comme on dit dans le Var, parce que l'interprétation des mots est sujette à l'humeur, ou à un contexte extérieur au commentaire...
    Bref, beaucoups n'ont pas ta capacité à "écouter"... Peu à l'honnêteté.
    Comme je me répète souvent, c'est dans la différence, le conflit, l'échec que nous apprenons... Il semble, si je ne m'abuse, que tu vas dans le même sens que moi (sous réserve que je ne me trompe pas)...
    J'essaie aussi de publier les commentaires désagréables, pour deux raisons : la première, comme tu dis est pour accepter la différence et s'en abreuver pour modeler ma propre conviction le cas échéant ; la deuxième : par équité. Ce n'est pas parce que l'interlocuteur me dérange qui je le "zappe" et nui donne pas la parole.
    Les gens ont pris l'habitude de choisir la facilité dans la vie : dès que quelque chose ne va pas dans le sens qu'ils veulent, ils éliminent... Un partenaire qui ne se plie pas à leur volonté ? On se sépare. Un ami qui ne dit pas les mots attendu ? Ce n'est pas un vrai ami... Un collègue qui est "absent" dans ses propos, on le dégage, etc...
    Tu sais quoi, dans le sens empirique, je considère ces attitudes réductrices et obtus comme discriminantes, racistes... Et lorsque je déclare cela, il y a des cris d'orfraies rappelant que ces dernières ne sont pas racistes !
    Comme quoi, on tourne en rond...
    En tout cas, merci encore d'être là.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Gilles,
      Ne t'inquiète pas, tu n'as pas semé la zizanie, c'était juste un questionnement que je me posais hier soir. :-)
      Je pense sensiblement comme toi, mais par contre, je donne une bonne part à la puissance des pensées et ondes positives. Elles sont indispensables à mon avis. Et aussi l'intention qui accompagne tes actes, très important aussi. Si, par exemple, tu donnes des soins mais que tu penses à autre chose en les donnant, ils ne seront pas bienfaisants. Mais si tu leur donnes une intention (amour, guérison ou autre), ces soins seront beaucoup plus efficaces. C'est mon avis.
      Ce que j'aime en toi, Gilles, et en d'autres aussi, c'est que tu dis ce que tu penses, tu es franc. On peut ou ne pas apprécier tes mots, mais on peut louer ton honnêteté. En tous cas, moi, je l'apprécie. Alors ne change pas. :-)
      Merci aussi à toi d'être là. Bonne soirée... de boulot peut-être...

      Supprimer
  2. Sans savoir tout juste, des fois ce n'est que discussion, pas attaque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Julie, et on prend trop souvent les commentaires pour des attaques personnelles, alors que ce ne sont que des opinions, des avis sur la citation ou le texte déposés. Mais rien d'agressif contre nous.
      Bonne soirée à toi, et merci de ta visite.

      Supprimer
  3. Je suis d'accord... Les mots écrits sont faits pour être partagés. Se les approprier ne peut être que pour enrichir notre réflexion et notre capacité d'écouter et comprendre les autres...

    Vous (tu ?) êtes dans mes blÖgfriends désormais, sauf avis contraire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Ö
      Merci de m'avoir mis dans tes blÖgfriends, c'est gentil. :-)
      Bonne soirée à toi, et au plaisir alors...

      Supprimer
  4. ça s'appelle la tolérance et moi j'adhère à tes propos ! Bisous

    RépondreSupprimer
  5. Les mots n'ont pas toujours le même sens pour tous
    On les comprend avec ce qui nous habite intérieurement à ce moment-là, ce qui explique que chacun les entende parfois si différemment
    et il est toujours intéressant de confronter sa pensée avec celle des autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les mots simples que tu utilises pour expliquer ce que j'ai voulu dire dans mon billet, ou en tous cas pensé, et je t'en remercie Gazou.
      Bonne soirée à toi.

      Supprimer
  6. Tu suis ton chemin avec constance. Parfois, ta démarche m'amuse, parfois elle m'agace ou m'indiffère. Cependant, j'envie ta façon d'évoquer ton chemin. Très simplement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes mots, Philippe. :-)
      Bonne soirée à toi. Et des bises.

      Supprimer
  7. Bonjour Françoise

    Il faudrait des ouvrages entiers pour répondre de façon complète.
    Ces ouvrages existent et se contredisent bien souvent, la Philosophie n'est pas le monde du consensus.
    Bien souvent, les commentaires ne sont pas assez développés, argumentés (par manque de temps), qu'ils adhèrent ou non aux propos.
    Je ne suis pas un obsessionnel de la Vérité, de la Réalité puisque la plupart du temps, nous ne pouvons (au mieux) que nous en approcher, au pire être incapable de l'appréhender.
    Ce qui m'importe: être certain d'envisager toutes les facettes d'un discours, les exemples concrets qu'il propose, son argumentation, l'honnêteté du propos.
    Pour moi, apprendre des autres ne veut pas dire nécessairement être en accord avec leurs approches mais prendre conscience qu'elles existent et découvrir la logique de leurs raisonnements.
    Je suis très méfiant vis à vis des énoncés catégoriques, non nuancés, trop simplificateurs,fermés à d'autres possibles.
    Je peux être d'accord à 100% avec ce que me dit un ouvrage, un essai mais le rejeter car il ignore, il occulte, un pan entier de la thèse qu'il défend.
    Idem avec une citation, un extrait, un proverbe.

    PM

    PS:Je vais poster un second commentaire, en quelque sorte :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir PM

      Merci pour cette explication très claire de ton approche personnelle avec les textes, citations ou proverbes. Je comprendrai dorénavant davantage les commentaires parfois... inattendus de mes lecteurs... Et comme je le disais ailleurs, tout est enrichissant, encore plus lorsqu'on a compris la démarche de l'autre, et qu'on la respecte. :-)
      Je vais lire ton commentaire suivant... :-)
      Bises.

      Supprimer
  8. Une soirée tranquille, pause au milieu du repas (un petit air de blues en sourdine)
    Avec la grand-mère, la mère (sa fille), le petit-fils et le père (le gendre)


    La grand-mère découvre son cadeau d'anniversaire

    - Un châle ! dommage qu'il soit bleu

    La mère

    - Tu adores le bleu !

    La grand-mère

    - Pas du tout, je déteste cette couleur

    Le petit-fils

    - Tu n'aimes pas ma chambre, mamie ? elle est toute bleue

    La grand-mère, gênée

    - Mon chéri, j'aime ta chambre. Je n'aime pas le bleu quand ce sont des habits que je dois porter, tu comprends ?
    Cela ne convient pas à ma couleur de cheveux.

    Le père (à voix basse)

    - Elle déraille, la mamie. Elle portait souvent du bleu

    La grand-mère

    - Je vous entends ! je ne perds pas la tête, j'aimais le bleu avant, lorsque j'étais brune.
    Maintenant je suis rousse. Je n'aime plus le bleu, je préfère le jaune.

    Le petit-fils

    - Moi, j'aimais mieux quand tu avais des cheveux tout noirs, mamie, je n'aime pas trop le rouge

    La mère

    - Le jaune, quelle horreur !

    Le petit-fils

    - Maman, tu m'habilles toujours en jaune et tu dis que je suis ton petit poussin. Je n'aime pas le jaune, moi non plus. Je veux des habits tout bleus, j'aime le bleu ! Maman, je veux des habits bleus, des habits bleus...


    Le père

    - Vos n'avez pas fini, vos enfantillages ? On n'a pas idée de se disputer pour des couleurs !

    La grand-mère

    - C'est sûr que vous, avec vos complets gris !

    La mère & le petit-fils acquiescent

    Le père

    - Ils sont très élégants, mes complets !

    La grand-mère

    - Ils sont tristes, impersonnels. Un peu de fantaisie ne vous ferait pas de mal. Je ne sais pas, moi: ajoutez une cravate jaune, au moins !

    Le père

    - Jaune !? Mais je suis blond !

    Le petit-fils

    - Comme moi !

    La grand-mère

    - Non mon chéri, toi tu es blond. Ton papa, maintenant, est châtain foncé, avec quelques cheveux gris.

    Le père

    - N'importe quoi !

    La mère

    - Des cheveux gris et des cheveux blancs. J'ai hâte de te voir avec toute ta chevelure transformée, tu auras un charme fou !

    Le père hausse les épaules

    - Faudrait savoir, le gris est triste ou cela a du charme !?

    Le petit-fils revient à la charge

    - Maman, je veux des habits bleus, des habits bleus...

    - La mère, très agacée
    Cela suffit ! Ce gosse m'en fait voir de toutes les couleurs.
    (à son mari) Sers-moi du rouge, chéri

    - Le père
    Plus de rouge, chérie. Je peux ouvrir une bouteille de blanc si tu veux

    - La mère, déçue
    Non, tu sais bien que je n'aime pas le blanc !

    - La grand-mère
    Je prendrais bien un verre, j'adore le blanc !

    - Le père
    Tu adorais le Sylvaner pourtant !

    - La mère
    Je ne le supporte plus, j'ignore si c'est parce qu'ils mettent des colorants ou autres cochonneries...

    - La grand-mère
    Je prendrais bien du fromage pour accompagner mon Sylvaner


    - Le père
    Vous avez une préférence ?

    - La grand-mère
    Le Bleu ! J'adore le Bleu !


    Éclat de rire général


    PM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette histoire est de ton cru, bien sûr ? Je reconnais ton écriture. :-)
      Eh oui, tout est dit... (rire)
      Merci pour ce récit plein d'humour et de vérité ! :-)
      Belle soirée à toi, et à bientôt. Bisous.

      Supprimer
  9. Sage Françoise... c'est tout à fait ça !... Je te souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année en bonne compagnie et te dis à l'année prochaine... pour te lire toujours avec autant de plaisir !... Bizzz. Mymy & Co.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mymy. Excuse moi de ne pas t'avoir répondu avant, mais je n'étais pas chez moi.
      J'espère que tu as passé de bonnes fêtes de fin d'année, et je te souhaite une très bonne année 2015. Gros bisous, et au plaisir de te lire. :-)

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.