et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

dimanche 23 février 2014

Une jolie histoire, qui m'en rappelle une autre...

« Un agriculteur avait des chiots qu'il voulait vendre.
Il peignit un panneau annonçant 4 chiots et le cloua à un poteau sur le côté de sa cour.
Comme il plantait le dernier clou, il sentit quelqu'un tirer sur sa salopette ..
Il vit alors un petit garçon.
"Monsieur", dit celui-ci, " je voudrais acheter un de vos chiots. "
"Eh bien", dit le fermier, en frottant la sueur 
à l'arrière de son cou : "Ces chiots viennent de parents très racés et coûtent beaucoup d'argent ".
Le garçon baissa la tête un moment.
Ensuite, fouillant au fond de sa poche, il en sortit une poignée de monnaie et la tendit à l'agriculteur.
"J'ai trente-neuf centimes. Est- ce suffisant pour les voir ? "
"Bien sûr" dit le fermier . Et il laissa échapper un sifflement . "Ici, Dolly ! " appela-t-il.
Venant de la niche et descendant vers la clôture, Dolly courut, suivie par quatre petites boules de fourrure.
Le petit garçon pressa son visage contre le grillage. Ses yeux pétillaient de joie. Comme les chiens arrivaient à la clôture, le petit garçon remarqua quelque chose d'autre qui remuait à l'intérieur de la niche.
Lentement, une autre petite boule apparut, nettement plus petite. En bas de la rampe, elle glissa . Ensuite, de manière un peu maladroite, le petit chiot clopina vers les autres, faisant de son mieux pour les rattraper .....
"Je voudrais celui-là", dit le petit garçon, pointant ce dernier arrivé. L'agriculteur s'agenouilla à côté du garçon et lui dit :
"Mon fils, il ne faut pas choisir ce chiot . Il ne sera jamais capable de courir et de jouer avec toi comme ces autres chiens le feraient. "
Le petit garçon recula de la clôture, se baissa et commença à remonter la jambe de son pantalon.
Ce faisant, il révéla une attelle en acier placée des deux côtés de la jambe et fixée sur une chaussure spécialement conçue .
En regardant en l'air vers l'agriculteur, il dit : "Vous voyez, monsieur, je ne cours pas très bien moi-même, et il aura besoin de quelqu'un qui le comprend. "
Avec des larmes dans les yeux, l'agriculteur se baissa et ramassa le petit chiot .
Le tenant délicatement, il le tendit au petit garçon.
"Combien ?" demanda le petit garçon ... " Rien" , répondit le paysan , "il n'y a pas de prix pour l'amour."
Le monde est plein de gens qui ont besoin de quelqu'un qui les comprenne. »

Source de l'histoire : Wamiz

Vous devinez sûrement pourquoi cette histoire me touche... Je pense à mon petit bonhomme courageux, bien sûr... qui fait d'ailleurs, en ce moment, d'énormes progrès ! Il n'a pas fini de nous étonner, je vous le dis ! Je vous donnerai bientôt plus de nouvelles. :-)
.

24 commentaires:

  1. C'est très émouvant. Merci Françoise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir pris le temps de la lire, Philippe. :-)
      Bonne journée à toi. Je t'embrasse.

      Supprimer
  2. Coucou Françoise
    EH OUI !
    "On ne voit bien qu'avec le coeur" <3
    Que dire de plus ;o))
    La différence nous enrichit <3
    Je dois avouer que je suis impatiente d'avoir des nouvelles de "Notre Petit Prince" <3 <3
    Belle journée avec de gros bisous
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Claude
      Je viens de publier un billet avec des nouvelles du "Petit Prince"... :-)
      Belle soirée à toi, et de gros bisous.

      Supprimer
  3. oui,donne-nous des nouvelles de ton petit fils...
    gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà qui est fait, Coumarine... :-)
      Gros bisous à toi aussi.

      Supprimer
  4. Très belle histoire que beaucoup devraient avoir gravée sur le coeur. Bisous, françoise

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Françoise, je connaissais cette histoire qui circulait un temps sur le net entre "aminautes" merci de l'avoir publiée, les beaux gestes sont si rares dans ce monde où il faut être jeune beau et performant,et paraître mes deux chiens je les ai choisis une parce que c'était la plus petite de la portée et l'autre parce que personne n'en voulait. J'étais sûre que ton petit bonhomme allait faire des progrès cet enfant a quelque chose en plus, il est aimé, bises Françoise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Kath, le petit bonhomme est entouré d'Amour... :-)
      Cela ne m'étonne pas de toi, concernant tes deux toutous. :-)
      Merci à toi. Bonne soirée, et de gros bisous.

      Supprimer
  6. Bon ben voilà les larmes, pffff... Ces histoire d'amour, et de différence, ça me remue toujours tout au fond.
    Sais-tu que Théo m'a dit il y a quelques jours qu'il était heureux d'être qu'il était !
    Tu imagine à quel point cela m'a rendu heureuse.
    Alors oui, oui, oui, mille fois oui, il n'y a pas de prix pour l'amour et oui, les personnes différentes ont besoin plus que toutes autres d'être aimées pour qui elles sont.
    Je suis impatiente d'avoir des nouvelles de ton petit-fils.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, Pakita, en écrivant le billet de ce soir, j'ai aussi pensé très fort à Théo et au chemin qu'il avait lui aussi parcouru. Oui, j'imagine bien à quel point cela t'a rendu heureuse.
      Voilà, tu peux lire des nouvelles de mon petit-fils, et tu liras qu'elles sont bonnes.
      Gros bisous, Pakita, et merci.

      Supprimer
  7. Nos vies sont jalonnées de ces histoires et souvent celles-ci sont si vraies et beaucoup de nos proches famille et amis ont ce besoin d'être aimés et ne le disent pas, ni ne le réclament. Je suis avec toi, donnons ce qui nous coûte le moins, ce cadeau divin qu'est l'amour pour l'autre !
    Bonne semaine Françoise !
    D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Doume. Une bonne semaine à toi aussi.
      Je t'embrasse. :-)

      Supprimer
  8. Merci Françoise d'être passée sur mon blog. Je découvre le tien. Je connaissais cette histoire qui est très émouvante et je sais ce que signifie le mot handicap. Les enfants qui le sont font preuve d'un courage exemplaire et arrivent parfois à se hisser sur la première marche du podium grâce à l'amour de tous ceux qui l'entourent et qui n'ont jamais baissé les bras, surtout les parents. Ce sont dans les épreuves que l'on s'aperçoit que l'être humain à des ressources insoupçonnées et qu'il est capable de se transcender. Celui qui n'a pas été touché de près par le handicap ne peut pas comprendre que le regard sur la vie n'est plus le même, en ce sens que parfois les petits riens qui passaient inaperçus deviennent des miracles .........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Lauriza, pour ce très beau commentaire qui est si juste et si vrai.
      Belle soirée à toi, et au plaisir de te relire.

      Supprimer
  9. Cette histoire est très touchante, merci !

    RépondreSupprimer
  10. coucou Françoise. Belle histoire et je comprend qu'elle te touche. Super ton petit bonhomme <3
    Bisous

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.