et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

dimanche 30 juin 2013

Accepter la fragilité de l'autre…

Il n'y a rien de plus important en amour que d'accepter la fragilité de l'autre : c'est ce que j'appelle la douceur. Et rien de plus important dans la sagesse, que d'accepter sa propre fragilité. (André Comte Sponville)

Petite fleur sauvage

vendredi 28 juin 2013

Votre manque de grandeur ne sert pas le Monde

« Nous ne craignons pas tant notre incompétence que notre incommensurable puissance. 
C'est la luminosité de notre âme, et non ses ténèbres, qui nous effraie le plus. 
Nous nous demandons : "Pourquoi serais-je, moi, un être brillant, magnifique, talentueux, formidable ?" En réalité, pourquoi ne le seriez-vous PAS ? 
Votre manque de grandeur ne sert pas le Monde. 
Il n'y a aucune noblesse à rester médiocre pour rassurer les autres. 
La grandeur n'est pas l'apanage de quelques élus; elle se trouve en chacun de nous. 
Lorsque nous laissons notre âme répandre sa lumière, nous permettons inconsciemment aux autres de révéler la leur. 
Lorsque nous nous affranchissons de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres. » 

Nelson Mandela 


jeudi 27 juin 2013

Sauvage…

Dans ma pelouse, devant la maison, il y a quelques massifs de fleurs, des fleurs que j'ai envie d'appeler des fleurs domestiques, achetées dans un magasin et repiquées directement dans la terre. Des roses, des lys, des iris, des pétunias, … C'est joli, c'est coloré, c'est agréable à regarder, c'est entretenu, j'aime bien.
Et puis, un peu derrière la maison, un peu moins en vue, il y a un autre massif, celui que je préfère. C'est un massif "sauvage". J'ai eu envie cette année d'avoir un massif sauvage. Sauvage parce qu'en fait y poussent toutes les fleurs des prés qui le désirent : des boutons d'or, des fleurs de trèfle, des oeillets sauvages, des fleurs d'églantiers, etc., et où se mêlent également de la menthe. Ce massif-là, je ne le désherbe pas, je laisse tout ce qui veut bien pousser. Mais en fait, de la mauvaise herbe, il n'y en a pas beaucoup, les fleurs sauvages sont trop contentes d'avoir leur massif à elles, et elles prennent toute la place. J'aime ce massif.

Je suis une ancienne fille de la ville, mais j'ai pourtant toujours préféré les lieux un peu sauvages : les coins perdus et un peu reculés de campagne où l'on ne rencontre personne si ce n'est quelques biches ou chevrettes ; les côtes sauvages de l'Océan contre lesquelles viennent se jeter les vagues avec force. Mais ne me disait-on pas, lorsque j'étais gamine, que j'étais une petite "sauvage"  ? En effet, je me cachais, je fuyais les gens, je m'enfermais dans ma chambre. Même si je suis devenue plus sociable, et heureusement, la petite sauvage est toujours tapie au fond de moi. On ne change pas ainsi et, quelque part, tant mieux, car j'ai appris à l'aimer cette petite sauvage… et aussi à l'apprivoiser… (sourire)
.

lundi 24 juin 2013

Chaque rencontre nous réinvente illico…

Christiane Singer
« Ces êtres de dialogue, de partage et de mouvance que nous sommes, vivent de la magie des rencontres, meurent de leur absence. Chaque rencontre nous réinvente illico - que ce soit celle d'un paysage, d'un objet d'art, d'un arbre, d'un chat ou d'un enfant, d'un ami ou d'un inconnu. Un être neuf surgit alors de moi et laisse derrière lui celui qu'un instant plus tôt je croyais être. »

-> Christiane Singer

mercredi 19 juin 2013

Aider et Aimer

C'est étrange les coïncidences. Hier soir, je cherchais une citation sur le verbe "aider". Et ce matin, la citation du jour (que je reçois quotidiennement du site : http://www.dicocitations.com/) est celle-ci :

« M'aider ou m'aimer, c'est presque pareil ces deux mots, il y a qu'une lettre à remplacer, un d à la place d'un m, mais à mon avis ça veut dire la même chose: quand on aide quelqu'un, on l'aime, et quand on l'aime, ben forcément on l'aide. »
-> Philippe Labro

Je me demandais comment je pourrais aider encore davantage les jeunes parents du petit bonhomme courageux, mon fils et ma belle-fille. Ils passent actuellement une période décourageante et décevante par rapport à un entretien qu'ils ont eu avec l'instituteur-éducateur de leur fils. Le petit bonhomme a du mal à suivre, même dans une CLIS, ils espéraient, nous espérions pourtant… Quel sera son avenir à ce petit bonhomme ? Et je me demandais ce que je pourrais faire pour les aider, eux et leurs deux petits garçons. La réponse, je la savais mais elle m'a été confirmée ce matin par cette citation. Eh bien, oui, les aimer encore et encore, toujours plus. Et puis, prendre soin de moi, de ma santé, pour être présente et en forme lorsqu'ils ont besoin d'aide, de soutien. Aider, Aimer… Oui, cela veut dire la même chose…
.

samedi 15 juin 2013

L'amour est présent… partout ! il suffit juste de le voir !… :-)

Hier soir, sur le chemin, lors d'une balade avec ma belle-soeur :


 Ce matin, dans mon bol :


Ce soir, ce couple de pies tellement romantique… :-)


jeudi 13 juin 2013

Il n'y a que deux façons de vivre sa vie…

« Il n'y a que deux façons de vivre sa vie :
l'une en faisant comme si rien n'était un miracle,
l'autre en faisant comme si tout était un miracle. »
-> Albert Einstein


 La fleur n'est-elle pas un miracle ? :-) 

Pivoine de mon jardin

mardi 11 juin 2013

La compassion

Avant, il y a quelques années, je n'aimais pas employer le mot "compassion". Pour moi, il n'était synonyme que de "pitié" (dans son sens péjoratif) et la pitié je n'en voulais pas. Depuis que je vais à la méditation et à la pleine conscience, depuis que je lis des livres de Pema Chödrön et autres auteurs, j'ai appris et compris le véritable sens de ce mot. Pour moi, maintenant, le mot "compassion" est synonyme du mot "Amour". Et quoi de plus beau que l'Amour ?

Je vous mets le lien d'un site qui parle très bien de : La compassion. N'oubliez pas de regarder sur la colonne de droite de cette page où je vous envoie, il y a plein, plein de choses intéressantes à lire et à découvrir ! :-)

samedi 8 juin 2013

David Gilmour - Red Sky At Night

   Magnifiquement beau…   

 

« La musique est un art qui dit ce qu'aucune langue ne peut dire ; il y a dans l'âme humaine des profondeurs qui se taisent, elle prête une voix à leur silence, et nous connaissons par elle ce je ne sais quoi qui est en nous et qui ne parle pas. » (Victor Cherbuliez)
.

vendredi 7 juin 2013

Un an de plus !…

La femme, à partir d'un âge, n'aime pas voir arriver le jour de son anniversaire.
Encore un an de plus !… Que le temps passe vite !… Mieux vaut ne pas y penser…
Pourtant, elle adore que les gens y pensent, eux, et se manifestent… :-)
Contradictoire, non ?… :-)

Aujourd'hui, nous sommes le 7 juin !… :-)

jeudi 6 juin 2013

La télépathie

La télépathie* est un phénomène étrange. J'ai remarqué que cela fonctionnait bien avec certaines personnes, entre autres certaines amies. Il suffisait parfois que je pense à l'une d'elles en me disant qu'il fallait que je l'appelle pour qu'aussitôt cette amie me téléphone.
Cela marche aussi avec mon chat ! Je me dis: «Tiens, je ne l'ai pas vu aujourd'hui…» pour qu'aussitôt je le vois bondir sur le rebord de ma fenêtre! :-)
Par contre, certaines personnes restent sourdes à mes pensées! Nous ne devons pas être branchées sur la même fréquence, sans doute! Je plaisante, mais je crois fermement à la télépathie.
Et vous, qu'en pensez-vous ?

*Transmission de pensée entre deux personnes éloignées l'une de l'autre.
.

lundi 3 juin 2013

Que devient le petit bonhomme courageux ?

Voici très longtemps que je ne vous ai pas parlé du petit bonhomme courageux, mon petit-fils Noé. Je rappelle aux personnes qui ne sont pas au courant que mon petit-fils a été victime, il y a eu deux ans le 29 mai, d'une rupture d'anévrisme à l'âge de deux ans et demi (lire les précédents billets libellés "le petit bonhomme courageux").
Le petit bonhomme marche maintenant pratiquement normalement, il court, il saute, mais il a tout de même toujours besoin de son attelle à la jambe gauche. Il peut à nouveau tirer dans un ballon, son jeu favori. Avant son accident, il était gaucher, et avait donc un fameux coup de pied gauche. Sa jambe gauche étant maintenant plus faible que la droite, il tape dans le ballon avec le pied droit, et a maintenant un fameux coup de pied droit ! Son bras gauche a retrouvé un peu de mobilité, mais pas encore sa petite main gauche. Celle-ci n'est pas inerte, mais la commande n'est pas revenue, et les petits doigts ne bougent pas. Mais en fait, son handicap principal, actuellement, et le plus gênant, est son manque de concentration et son hyperactivité. Il a vraiment du mal à se poser et à rester immobile, à écouter, et dans une classe, cela pose problème. En septembre dernier, il avait fait sa rentrée dans une classe "normale" de maternelle, assisté d'une AVS. Une classe de trente enfants, à peu près. Trop d'enfants, sans doute, car il n'est pas arrivé à s'intégrer véritablement. Le bruit, les cris des autres enfants, l'excitaient, l'énervaient, le rendaient parfois agressif, et il perturbait la classe. Après plusieurs entretiens entre son instituteur, la directrice de l'école, l'AVS, la pédopsychiatre et ses parents, il a été décidé qu'après les vacances de Pâques, il se rendrait dans une CLIS (classe d'intégration scolaire) : «Les CLIS accueillent un petit groupe d'enfants (12 maximum), présentant le même type de handicap, dans certaines écoles élémentaires et exceptionnellement en maternelle. Elles permettent aux élèves de suivre totalement ou partiellement un cursus scolaire ordinaire.» (Source) Donc, après les vacances de Pâques, mon petit-fils a rejoint une CLIS. Ils sont six petits élèves, et sont encadrés par un instituteur-éducateur, et une autre personne. Les débuts sont plutôt prometteurs. Noé, un peu "perdu" au début, a apparemment maintenant trouvé ses repères. Croisons les doigts pour que cette classe un peu spéciale lui permette de pouvoir, par la suite, rejoindre le cursus normal. On l'aime tant ce petit bonhomme et il ne méritait pas ce qu'il lui est arrivé. Son petit frère a grandi, lui aussi, il a maintenant 28 mois. Ils s'adorent tous les deux. Si l'un des deux manque, l'autre le cherche ou le demande. Le petit frère va sûrement tirer le grand frère vers le haut, car il a, lui, un développement normal et il est plein de vie et d'énergie. Quant aux parents, s'ils ne se démenaient pas ainsi pour leur fils, celui-ci n'en serait sûrement pas encore là, car des coups de fils, il a fallu qu'ils en donnent pour faire avancer les choses, l'administration n'étant pas toujours très coopérante, et étant parfois même décourageante, il faut bien le dire. Il y en a eu des jours d'angoisse, d'incompréhension et de découragement, mais heureusement, l'amour est là, et lorsque l'amour est là, on arrive à faire des miracles… Croisons les doigts et envoyons plein de pensées positives afin que l'avenir de Noé se déroule le mieux possible…

La beauté de la fleur…

Les iris d'Agnès (petit clic sur la photo)
Belle semaine ensoleillée à vous !… :-)
.