et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

jeudi 19 septembre 2013

« Les nourritures affectives nous sont vitales »

Lu sur le site "Club Nouvelles Clés". Très intéressant. 
A lire, si vous avez le temps et l'envie...

« Aujourd’hui, partout dans le monde des chercheurs en psychologie, en neurologie, en éthologie, en écologie, en économie, ou en sciences de l’évolution, affirment, de plus en plus clairement, que l’altruisme, la coopération, la solidarité, bref l’amour, est au cœur du vivant et que nous devons favoriser son expansion dans la société. Si cela s’impose plus que jamais, c’est que nous sommes entrés dans l’anthropocène, c’est-à-dire dans une ère géologique dont l’humanité est l’acteur n°1. Désormais, le sort de la biosphère elle-même, donc des générations futures, se trouve entre nos mains. S’en sortir sans altruisme est devenu impossible. L’altruisme et l’égoïsme sont au cœur de la question écologique. Pour clarifier les motivations altruistes, l’expérimentation scientifique a été nécessaire. Aujourd’hui, nous avons la preuve mathématique, ou plutôt statistique, qu’un égoïste absolu tomberait malade et mourrait de solitude, après avoir rendu son entourage malheureux.
À quelle définition de l’amour cela nous mène-t-il ? Les émotions positives, telles que le contentement, la gratitude, l’émerveillement, l’enthousiasme, l’inspiration et l’amour ne procèdent pas simplement d’une absence d’émotions négatives : l’amour est bien plus qu’une absence de haine. L’amour n’est pas non plus réductible au coup de foudre romantique. L’amour exige que l’on passe à un stade plus constructif. C’est un exercice permanent au fil de la journée, une répétition constante d’une « résonance positive » avec l’autre, une l’attention portée à ses besoins réels, un renouvellement incessant du désir de l’aider à les satisfaire. C’est ça, aimer !
N’aimons-nous pas trop mal ou trop peu ? Bien sur. Comment aimer davantage et mieux ? Pour la plupart d’entre nous, il est naturel de se montrer sincèrement bienveillant à l’égard d’un être cher ou de toute personne bien intentionnée à notre égard. Mais il semble a priori plus difficile d’étendre cette bienveillance à de nombreux individus et, tout particulièrement à ceux qui nous traitent mal. Il faut bien sûr être réaliste : on ne peut concrètement manifester de la même manière son affection et son amour à tous les êtres vivants. Il est normal que les effets de notre amour concernent certaines personnes plus que d’autres. Toutefois, une relation particulière avec un compagnon ou une compagne n’a aucune raison de limiter l’amour et la compassion que l’on peut ressentir pour tous les êtres. Cette limitation, lorsqu’elle se produit, s’appelle attachement. Celui-ci est nuisible dans la mesure où il restreint inutilement le champ de l’amour altruiste. Le soleil ne rayonne plus dans toutes les directions, il ne reste plus qu’un mince faisceau de lumière. Cet attachement est source de souffrance, car l’amour égocentrique se heurte constamment aux barrières qu’il a lui-même érigées. Le désir possessif et exclusif, l’obsession et la jalousie n’ont en effet de sens que dans l’univers clos de l’attachement. L’amour altruiste est l’expression la plus élevée de la nature humaine, tant que cette nature n’est pas viciée, obscurcie et distordue par les manipulations de l’ego. L’amour altruiste ouvre une porte intérieure qui rend inopérant le sentiment de l’importance de soi, donc la peur ; il nous permet de donner avec joie et de recevoir avec gratitude. »

(Source : Nouvelles Clés)

10 commentaires:

  1. Merci Françoise de partager ce très beau texte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'être venu le lire, Philippe ! :-)

      Supprimer
  2. C'est amusant finalement....
    Ce texte (et il en est d'autres du même genre), reprend fidèlement tout la tradition judéo-chrétienne, simplement en changeant les mots. Mais les fondamentaux sont absolument identiques.... (altruisme, amour du prochain, amour absolu et sacrificiel pour la Planète, avant c'était pour dieu, absolutisation de l'amour parfait, sainteté, détachement, etc....)

    On crie BRAVO, mais quant un curé dit la même chose, avec des mots de curés.... On le traite de ringard !

    l'humain est une chose bizarre....
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (sourire) Oui, Alain, c'est vrai que c'est amusant... :-)
      "l'humain est une chose bizarre", oui, mais justement tellement humain !
      :-)

      Supprimer
  3. Merci pour ce partage Françoise

    Oui les nourritures affectives nous sont vitales et je n'ai pas peur de m'en gaver

    Je t'embrasse et te souhaite une douce fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'embrasse moi aussi, chère Laudith, et te souhaite une douce soirée.

      Supprimer
  4. ce texte est magnifique, merci de nous le faire connaitre.
    Aimer avec altruisme, demande un grand travail sur soi. C'est la clé de notre survie et de celle des générations à venir.
    je t'embrasse ma Françoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois que c'est la clé, Sable, et plus nous en donnerons, mieux ce sera.
      Je t'embrasse moi aussi, ma douce. Une belle soirée à toi.

      Supprimer
  5. Coucou Françoise, J'ai lu ce texte avec grande attention l'ai laissé puis y suis revenue. Et bien, il provoque en moi comme un malaise. Je pense que cela provient du ton utilisé trop scientifique pour parler de ces sentiments humanistes qui pour moi sont d'ordre plus spirituels, philosophiques religieux que scientifiques. On ne peut être que d'accord avec ce qu'il dit bien sûr mais je ressens comme une distance froide pour parler de ce qui est pour moi l'essence même de la vie....je pense que j'y suis d'autant plus sensible que je lis en ce moment des livres de philosophie et de spiritualité qui me font grand bien. Je te remercie de m'avoir permis de lire ce texte et d'appréhender cet éclairage différent Je t'embrasse fort.

    PS As-tu reçu mon mail ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Malou. Oui, je connais certains livres que tu lis, je lis moi aussi beaucoup de ces livres qui me font grand bien également. Peut-être que la formulation est différente, trop scientifique, mais elle rejoint ce que nous lisons toutes les deux en ce moment, je pense.
      Oui, j'ai reçu ton mail, et je vais te répondre ma douce.
      Je t'embrasse fort, passe une bonne soirée, et une bonne nuit.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.