et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mercredi 19 décembre 2012

Bonnes fêtes de fin d'année. A bientôt !

J'avais envie de vous parler encore de plein de choses, mais ces derniers jours, mon travail ne m'en a pas laissé le temps. Ce sera pour plus tard, ce n'est pas perdu. Et puis les fêtes approchent, la petite famille va arriver bientôt pour quelques jours, il faut préparer la maison pour leur venue. Et puis je vais être en vacances et je vais en profiter aussi pour respirer un autre air pendant quelques jours. Je mets donc mon blog en pause jusqu' 5 janvier environ.

Je vous souhaite de passer de très belles fêtes de Noël et de fin d'année, entouré(e)s des gens que vous aimez et qui vous aiment.
Je vous dis à l'année prochaine et je vous embrasse. A bientôt !

*******************************

Cadeau : vidéo trouvée ce soir sur internet, belle musique et joli dessin animé. Pour vous... :-)

jeudi 13 décembre 2012

Le (bon) sens des mots

Les mots n'ont pas le même sens pour tout le monde.

Un commentaire déposé sur un blog sur lequel je me rends régulièrement (Alter ego), m'a interpellée. Il m'a fait réfléchir à la difficulté que nous avons parfois à comprendre ce que veut nous dire l'autre, car bien souvent nous ne donnons pas le même sens aux mots, nous ne les prenons pas en tant que mots de l'autre, mais nous nous les approprions et nous leur donnons notre sens propre. Ou inversement, l'autre ne les prend pas forcément avec le sens que l'on veut leur donner, mais leur donne un sens propre à lui. Un mot peut paraître anodin pour quelqu'un, alors qu'il peut déclencher une crise chez l'autre, une peur, une angoisse, un questionnement. Attention aux mots ! Ils peuvent être mal interprétés, et c'est vraiment dommage... car il s'ensuit parfois de tristes malentendus qui n'auraient jamais dû exister.

Quelques citations glanées ici et là :
- « Les plus beaux mots du monde ne sont que des sons inutiles si vous ne pouvez pas les comprendre. » (Anatole France)
- « Chaque homme a des mots qu'on doit éviter de lui dire tout haut. » (Thomas Bernhard)
- « Un mot et tout est perdu, un mot et tout est sauvé. » (André Breton)
- « Entre Ce que je pense, Ce que je veux dire, Ce que je crois dire, Ce que je dis, Ce que vous avez envie d'entendre, Ce que vous entendez, Ce que vous comprenez... il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même... » (Bernard Werber)

photo trouvée sur le net

mercredi 12 décembre 2012

On ne peut s'empêcher de vieillir...

J'ai trouvé cette citation chez Grimini Sue, et je l'ai rapportée jusqu'ici, car elle m'a bien plu ! :-)

« On ne peut s'empêcher de vieillir, mais on n'est pas obligé de vivre en vieux. »
(Joseph Rony)
.
.

mardi 11 décembre 2012

Et cela m'a réjouie !

Photo trouvée sur le net
Ce matin, en partant faire une course en voiture, je regardais le ciel avec ses gros nuages gris, temps morose, temps peu enclin au sourire. 
Et puis, un coin de ciel s'est dégagé et du bleu est apparu. Le soleil en a profité pour faire glisser quelques-uns de ses rayons lumineux. Cela n'a pas duré longtemps, quelques minutes tout au plus, car les nuages ont rapidement caché cette trouée azur, mais cette image m'a parlé. Et je me suis dit que malgré les gros nuages gris les dissimulant, le ciel bleu et le soleil sont toujours là, ils sont juste cachés à nos yeux, ils sont juste derrière, mais ils sont toujours là ! Je ne sais comment l'expliquer, mais cela m'a réjouie ! Il m'en faut peu, me direz-vous, mais n'est-ce pas le fait de s'émerveiller pour des petits riens qui font les instants de bonheur ? (sourire)

lundi 10 décembre 2012

Oui, je continue !

Il y a des périodes où je me demande si je continue à tenir mon (mes) blog(s) ou non. A part quelques exceptions, la plupart des blogueurs/blogueuses qui étaient présents à l'ouverture de mes blogs (Un coeur qui bat, Des mots pour le dire, 2007-2008) ne sont plus là. Ils/elles ont fermé leur espace, ils/elles ont disparu, certain(e)s en prévenant, d'autres sans adieux. Ils/elles étaient les compagnons et compagnes de mes débuts, nous avions partagé, échangé, nous nous étions côtoyés et suivis pendant des années. Ils/elles ne sont plus là et je me demande, moi, ce que je fais encore ici. 

Et puis, c'est au moment où je me pose toutes ces questions que de nouvelles têtes arrivent, de nouvelles têtes fort sympathiques et dynamiques, et alors, je ne me pose plus la question de savoir si je continue ou pas, je dis en souriant : Oui, je continue ! pour eux/elles, et pour tous (toutes) ceux/celles qui sont encore là et qui sont devenu(e)s de fidèles ami(e)s ! :-)
.
.

dimanche 9 décembre 2012

Jeux interdits

Qui n'a pas eu le coeur chaviré et n'a pas été ému en regardant le film Jeux interdits ? En tous cas, pas moi.
Et pourquoi j'ai envie de mettre cette vidéo ce soir ? Je n'en sais rien. Peu importe. Ecoutons et regardons la ensemble...

 

Nous avions l'un et l'autre notre double

Etrange rêve que j'ai fait la nuit dernière. Je vous raconte :

C'était le matin, je sortais de ma chambre et j'allais à la cuisine, où je retrouvais mon mari déjà levé. Mais une porte s'ouvrait, et alors entrait un deuxième et identique mari ! son double, le même exactement ! mais lui ne le voyait pas. Par contre, il me disait qu'il voyait lui aussi mon double, tout près de moi, mais moi je ne le voyais pas. Je lui demandais alors de m'expliquer ce que mon "autre" était en train de faire. Il commençait à me le dire, lorsque je me suis réveillée... Nous avions donc l'un et l'autre notre double, à côté de nous, mais que nous ne pouvions pas voir, tout en voyant néanmoins le double de l'autre.

Il ne m'était encore jamais arrivé de faire un tel rêve. Maintenant, quel sens lui donner ? A moi de chercher... mais si vous avez une idée, je suis preneuse... :-)
.
.

jeudi 6 décembre 2012

Meubler le temps, passer le temps...

Salvadore Dali
« Meubler le temps », « passer le temps », quelles drôles d'expressions ! Le temps n'existe-t-il donc que pour être meublé, que pour être passé ? Pour moi, le temps est précieux, je me rends compte à quelle allure il défile, et je ne voudrais surtout pas le gaspiller à juste le « meubler ». D'ailleurs, je ne comprends pas non plus comment font certaines personnes pour s'ennuyer alors qu'il y a tant de choses si intéressantes et si belles à faire et à découvrir. Lorsque je ne travaillerai plus, bon ce n'est pas tout à fait pour tout de suite, il me semble que je ne pourrai pas rester ainsi à ne rien faire, je ne pourrai pas me satisfaire d'un "ronron" quotidien, il me semble que j'en profiterai au contraire pour faire tout -ou du moins une partie- ce que je n'ai pas eu le temps de faire avant, j'en profiterai pour découvrir, apprendre, rencontrer, afin de m'émerveiller encore et encore. Mais vivre juste pour meubler le temps, ou passer le temps, ah non alors !... :-)
.
.
Rajout de ce samedi soir :
Juste une petite précision à mon billet ci-dessus : prendre le temps de s'asseoir, de se poser, de méditer, de contempler, de sourire à ce qui s'offre à nous, de ne rien faire, n'est pas du temps perdu. Je le fais très souvent. Je ne suis pas une femme à ne pas savoir m'arrêter, oh non ! loin de là ! au contraire même. Ce que je ne comprends pas, c'est le fait de "meubler son temps" avec des choses qui ne nous passionnent pas vraiment, pour lesquelles nous n'avons pas vraiment d'intérêt, que nous faisons juste pour passer le temps, alors qu'il y a tant de belles choses à découvrir.
Voilà, je tenais à préciser ceci, car il m'a semblé que mes mots n'avaient pas été tout à fait compris dans le sens que j'avais voulu leur donner. :-)
.
.

mercredi 5 décembre 2012

Il faut mourir à une vie pour entrer dans une autre

Image du Blog edensky.centerblog.netTous les changements, même les plus souhaités, ont leur mélancolie, car ce que nous quittons, c'est une partie de nous-mêmes ; il faut mourir à une vie pour entrer dans une autre. (Anatole France)

mardi 4 décembre 2012

Un signe de lui...

J'ai remarqué que depuis que mon frère n'est plus là, à chaque période anniversaire de son départ, ou période de son anniversaire, il y a un petit signe qui me rappelle qu'il est encore là, pas bien loin. Vous croyez aux signes ? Moi, oui.*
Ce soir, je suis allée passer une commande sur un site internet, PriceMinister pour ne pas le citer, où je n'étais pas allée depuis très très longtemps. On me demande si je suis déjà cliente sur ce site, mon adresse mail et mon mot de passe. Je réfléchis, et je me dis qu'il me semble bien m'être déjà inscrite sur ce site, mais je ne sais plus trop en fait. Bon, je tente le coup. Je mets mon adresse mail, et un mot de passe que j'utilisais à une certaine époque. C'est bon, apparemment, cela fonctionne. Mais à ma grande surprise, au lieu de voir apparaître mon nom, je vois apparaître le nom de mon frère, son prénom, son adresse, son téléphone... Et tout me revient d'un seul coup ! Eh oui, comme mon frère n'avait pas d'ordinateur, donc pas internet, il passait parfois des commandes de mon ordinateur et mettait mon adresse mail pour recevoir la confirmation. Et tout était resté en mémoire sur le site. Sur le coup, cela m'a fait très bizarre. Et puis je me suis dit que c'était encore un petit signe de lui, et cela m'a plu... (sourire)

*Cliquez sur le libellé "Signes" ci-dessous si vous voulez lire les billets que j'ai consacrés à ce sujet.

lundi 3 décembre 2012

Johann Sebastian Bach et Christian Bobin

La très belle musique de J. S. Bach joliment illustrée, et un conte de Christian Bobin (montage trouvé sur Youtube). Ecoutez, regardez, lisez... C'est beau...


Un homme arrive au paradis.
Il demande à un ange, à son ange, de lui montrer le chemin qu'ont dessiné ses pas sur terre, par curiosité.
Par enfantin désir de voir et de savoir.
Rien de plus simple, dit l'ange.
L'homme contemple la trace de ses pas sur cette terre, depuis son enfance jusqu'à son dernier souffle.
Quelque chose l'étonne parfois, il n'y a plus de traces.
Parfois, le chemin s'interrompt et ne reprend que bien plus loin.
L'ange dit alors : Parfois votre vie était trop lourde pour que vous puissiez la porter. Je vous prenais donc dans mes bras, jusqu'au jour suivant où la joie vous revenait, et alors vous repreniez votre chemin.
(Christian Bobin - « La vie passante »)
.
.

dimanche 2 décembre 2012

Là-haut, un lieu que j'aime...

Quelques photos d'un petit coin du Puy-de-Dôme que j'aime tout particulièrement. Deux belles journées passées chez ma belle-soeur. Merci à elle de m'avoir si bien accueillie dans sa maison encore empreinte de la présence de mon frère. Là-haut, à 1000 m d'altitude, pas un bruit, le silence, à peine troublé par le murmure du vent dans les arbres. Là-haut, une vue magnifique sur la vallée encore dans la brume. Là-haut, la neige, blanche et apaisante, révélant, deci delà, le passage d'un chevreuil, d'un renard, d'un lapin ou d'un autre petit animal. Là-haut, un lieu que j'aime...



Et n'oublions pas les deux petites minettes...