et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

vendredi 30 novembre 2012

Leonard Cohen - « Hallelujah »

Pour mon frère : cette chanson, ce chanteur qu'il aimait...

 

Trois ans aujourd'hui... et toujours aussi présent dans nos coeurs et nos pensées.
.
.

mardi 27 novembre 2012

Des jours meilleurs...

Photo trouvée sur le net
Ce n’est pas parce que c’est orageux aujourd’hui que cela signifie que tu ne te diriges pas vers le soleil.
[Anthony Fernando]

Lorsque nous traversons une période difficile, voire décourageante, comme c'est le cas pour certains d'entre nous actuellement, il faut se dire que demain sera un autre jour, et qu'après l'orage, le soleil reviendra forcément, apportant avec lui des jours meilleurs. Alors, sourions et espérons...



lundi 26 novembre 2012

La Terre vue de l'espace

Il y a quelques semaines, en surfant sur le net, et en cherchant je ne sais plus quoi d'ailleurs, je suis tombée par hasard sur le site de l'INREES. Et j'y suis restée !... C'est un site traitant de sujets divers en relation avec la médecine, la spiritualité, la science, la psychologie et l'environnement. Je me suis abonnée à leur site et à leur revue (« Inexploré »), car les sujets traités ci-dessus m'intéressent énormément, je dirais même me passionnent !... J'ai envie de vous en faire profiter un peu.

Je vous mets ce soir un petit extrait de cet article : « Jean-François Clervoy, L'homme dans l'espace » (c'est lui qui parle).
« La Terre vue de l'espace, c'est très beau ! On en a les larmes aux yeux, on en tombe amoureux. On voit que la Terre vit, qu'elle est belle, qu'on a de la chance d'avoir un si beau vaisseau spatial pour abriter notre humanité. On la compare alors à notre autre vaisseau spatial, celui depuis lequel on l'observe -la navette-, dans lequel on doit faire attention, où la quantité d'oxygène qu'on peut respirer par jour est limitée, comme celle de l'eau et de l'électricité que l'on consomme. On n'a certainement pas envie d'en manquer à la fin de la mission, donc on a constamment ce souci, sans que ça soit une obsession, de faire attention aux ressources à bord, qui sont limitées. L'eau, l'oxygène, le carburant… On se fait alors la réflexion que sur terre, c'est pareil : tous les astronautes reviennent des vols spatiaux certainement beaucoup plus sensibilisés qu'ils ne l'étaient auparavant au fait que la Terre est un vaisseau spatial en soi, aux ressources limitées, et qu'il faut apprendre à nos enfants, aux jeunes générations, à ne pas consommer autant que les générations précédentes qui, elles, ont consommé sans compter. Le fait de réaliser que la Terre est un vaisseau spatial aux ressources limitées est un bouleversement amené par la conquête spatiale. »

dimanche 25 novembre 2012

Sûrement pas faux...

Vous saurez le moment venu que vous avez trouvé votre voie car vous disposerez soudain de l’énergie et de l’imagination nécessaire.
(Jenny Gilles)

lundi 19 novembre 2012

Non, je ne me mettrai pas en colère

Avant de vous mettre en colère contre quelqu'un, pour une raison ou pour une autre, lisez ce court extrait de « La colère » de Thich Nhat Hanh, ou mieux, lisez le livre TOUT ENTIER ! (sourire)

« Quand on est furieux, on a tendance à penser qu'un autre en est responsable. Mais une analyse en profondeur permet de découvrir que les graines de la colère se trouvent en soi. Bon nombre de gens, dans la même situation que vous, ne se mettront pas en colère. Bien qu'ils aient entendu les mêmes paroles blessantes, ils ont conservé leur calme. Pourquoi réagissez-vous ainsi ? C'est peut-être parce que la graine de colère en vous est trop puissante. Elle a été sans doute trop souvent arrosée par le passé, parce que vous n'avez pas employé les bonnes méthodes.
Nous avons tous une graine de colère dans la profondeur de notre conscience. Mais, chez certains, cette graine est plus grosse que celle de l'amour ou de la compassion, par exemple. Si elle a pris une telle puissance, c'est en raison d'une absence de pratique. Lorsque nous commençons à cultiver l'énérgie de la Pleine Conscience, la première chose que nous découvrons, c'est que la cause principale de notre misère ne tient pas à l'autre, mais à la graine de colère présente en nous. Alors nous cessons d'accuser un tiers d'en être à l'origine, le sachant désormais qu'une cause secondaire. Une telle forme de conscience engendre un grand soulagement, et on commence à se sentir mieux. »

dimanche 18 novembre 2012

« Suis-je vivant ? »

Un peu de lecture ?... :-)

Extrait du livre de Frédéric Lenoir : "L'oracle della Luna"

« Exister est un fait mais vivre est un art. Sans nous demander notre avis, Dieu nous a créés : il nous a donné l’Etre. Donc nous existons. C’est un fait et nous n’y pouvons rien. Maintenant, il nous faut vivre. Et là, nous sommes concernés car nous sommes appelés à devenir les auteurs de notre vie. 
Telle une œuvre d’art, nous devons tout d’abord la vouloir ; puis l’imaginer, la penser ; enfin la réaliser, la modeler, la sculpter, et cela à travers tous les évènements heureux ou malheureux, qui surviennent sans que nous y puissions rien. On apprend à vivre, comme on apprend à philosopher ou à faire la cuisine. Et le meilleur éducateur de la vie, c’est la vie elle-même et l’expérience qu’on peut en tirer… 
Nous avons parfois peur de nous ouvrir pleinement à la vie, d’accueillir son flot impétueux. Nous préférons contrôler nos existences en menant une vie étroite, balisée, avec le moins de surprises possibles… L’être humain a peur de la vie et il est en quête de la sécurité de l’existence. Il cherche, tout compte fait davantage à survivre qu’à vivre. Or, survivre, c’est exister sans vivre,.... c’est déjà mourir. Passer de la survie à la vie, c’est une des choses les plus difficiles qui soient ! 
De même, est-il si difficile et effrayant d’accepter d’ être les créateurs de notre vie ! Nous préférons vivre comme des brebis, sans trop réfléchir, sans trop prendre de risques, sans trop oser aller vers nos rêves les plus profonds, qui sont pourtant nos meilleurs raisons de vivre. 
Certes, tu existes, mais la question à te poser, c’est : suis-je vivant ? »

vendredi 16 novembre 2012

Un coeur éclaté

Je découvre cette chanson de Françoise Hardy ce soir. Chanson un peu tristounette, mais si belle... : Un coeur éclaté


On dit qu'il vit seul, a-t-il fait le deuil des idéaux passés ?
Debout sur le seuil, face à ses écueils
Est-il déjà usé ? Comme une lame émoussée

Ni retour de flamme, ni rappel, ni renouveau
A-t-il versé trop de larmes, trop courbé le dos ?

Là bas, loin du monde, lorsque la nuit tombe, par quoi est-il hanté ?
La peur de son ombre, plane-t-elle sur le nombre
De ses amours ratées comme un cœur éclaté ?

Ni geste ni signal, serait-il encore trop tôt ?
A-t-il versé tant de larmes qu'il n'a plus d'eau
Pour baigner son âme et vivre à nouveau ?

Les jours se confondent, a-t-il pu se fondre et apprendre à nager ?
Des lieues à la ronde, personne pour répondre
M'aurait-il mal jugée ? À jamais étrangers

Ni retour de flamme, ni rappel, ni renouveau
A-t-il versé tant de larmes qu'il n'a plus d'eau ?
Privée de son âme, je pars en lambeaux au fil de l'eau.
.

jeudi 15 novembre 2012

Simple, comme un coup de fil...

Des fois, on hésite. Cela fait si longtemps. On n'ose plus. On repousse encore. On se dit qu'on le fera dans quelques jours. Seulement, les jours passent, les mois passent, et on ne le fait pas. Et puis un matin (ou un soir d'ailleurs...), on se dit : ça suffit ! et on se décide enfin. On prend le téléphone, on compose le numéro, et on attend, le coeur battant... Et quelle joie alors d'entendre la voix amie ! cette voix amie aussi heureuse et émue d'entendre la nôtre ! Aucun reproche ! Seulement le bonheur de pouvoir se parler à nouveau. Mais pourquoi a-t-on attendu aussi longtemps pour se rappeler ?!!! On ne s'en souvient même plus, et cela n'a aucune importance. On est heureux, c'est cela qui importe !...

Soucieux

Photo : Francis Noël
N’est-il pas dommage d’être réellement soucieux pour une pensée qui n’a d’autre réalité que de n’être qu’une pensée ?
(Jacques Castermane)

Oui, cela est dommage, mais il y a des jours où l'on n'arrive pas à se concentrer, à être dans l'instant présent. Nos pensées s'obstinent, elles vont, elles viennent, elles ne lâchent pas prise...
.

mardi 13 novembre 2012

Les personnes âgées ont été jeunes, qu'on se le dise !

Suite au film que j'ai vu hier : "Amour", j'ai recherché des photos d'Emmanuelle Riva alors qu'elle était toute jeune. Elle avait tourné entre autres dans le film : "Hiroshima mon amour". Ceci parce que dans le film que j'ai vu hier, Emmanuelle Riva, par certaines expressions, m'a fait penser à ma mère et que cela m'a rappelé une certaine période. Lorsque ma mère était en maison de retraite, les relations avec le personnel soignant n'était pas toujours de très bonne qualité, surtout lorsqu'elle a commencé à ne plus savoir vraiment qui elle était et qu'elle a commencé à perdre pieds avec la réalité et à devenir très perturbée.
De par sa maladie (similaire à la maladie d'Alzheimer), elle ne pouvait plus rester seule chez elle, cela devenait dangereux, et nous avions donc trouvé une place dans une Mapad (maison d'accueil pour personnes âgées dépendantes). La directrice était une personne très humaine et très chaleureuse, c'est ce qui nous avait fait choisir cette maison. Le personnel était compétent, mais pourtant je n'aimais pas toujours la manière dont certains soignants s'occupaient de notre mère, la considérant comme si elle avait toujours été cette vieille dame perdue et de ce fait, lui manquant parfois de respect. Afin que ce personnel perçoive notre mère différemment et réalise qu'elle n'avait pas été toujours cette vieille dame perdue, nous avions mis sur le mur de sa chambre quelques photos d'elle la représentant lorsqu'elle était une jeune femme belle, souriante et pleine de vie. 

Comment les personnes ne réalisent-elles pas qu'elles seront un jour elles aussi des personnes âgées, fragiles, ayant besoin d'être respectées et aimées ? C'est quelque chose que je n'arrive pas à comprendre non plus. Si tout va bien, nous sommes tous "condamné(e)s" à devenir vieux, qu'on se le dise !...
Emmanuelle Riva - « Amour »
Emmanuelle Riva - « Hiroshima mon amour »

AMOUR

Au cinéma, hier soir : "AMOUR", un film de Michael Haneke, avec deux merveilleux acteurs : Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva. Ce film a obtenu la Palme d'or au Festival de Cannes 2012.

Résumé (Télérama)
Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l'étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d'une petite attaque cérébrale. Lorsqu'elle sort de l’hôpital et revient chez elle, elle est paralysée d'un côté. L'amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve. 

Mes mots
Un film bouleversant, dont on ne sort pas indemnes. En plus de cette belle histoire d'Amour, ce film nous touche pour d'autres raisons. D'une part, parce que nous (re)pensons bien sûr à nos parents qui ont, pour certains, vécu une histoire un peu semblable ; d'autre part, parce qu'il nous projette dans notre propre avenir, avec nos questionnements et nos incertitudes, bien légitimes.

Critiques --> ici .

lundi 12 novembre 2012

Un rêve

Cette nuit, dans un rêve, un homme était en face de moi et voulait me parler, mais au moment de le faire, il ne parvenait pas à articuler un seul mot, à émettre un seul son... Si bien que je repartais en me demandant ce qu'il avait bien voulu me dire...

Ce rêve est tout à fait inhabituel. Il m'est déjà arrivé, dans un rêve, de vouloir pousser un cri et qu'aucun son ne sorte, mais de rêver que quelqu'un veuille me parler, et n'y arrive pas, c'est une première ! :-)
Ce n'est qu'un rêve, c'est vrai, mais je pense que les rêves ont toujours un sens. Lequel donner à celui-ci ?... Je ne sais pas encore.
.
.

mercredi 7 novembre 2012

Tous ces objets inutiles

photo prise
sur le net
Je réfléchis parfois à tous ces objets inutiles que l'on peut entasser dans une maison. Quand on y pense, c'est fou ! Il y en a peu d'objets, finalement, dont on se sert régulièrement par rapport à ceux dont on ne se sert pas. C'est incroyable ce que l'on peut entasser comme objets inutiles dans une maison ! des objets dont on ne se rappelle parfois même plus l'existence, rangés dans un coin, oubliés.
Vous ne trouvez pas ?...
Et si je faisais un bon tri, tiens ! ce serait peut-être une excellente idée ! :-)

La chanson de Prévert - Serge Gainsbourg

Si belle chanson... et de saison...

 

lundi 5 novembre 2012

Le tintamarre du silence


Le silence peut être plus assourdissant
que le bruit
car on aura beau se boucher les oreilles
il continuera son tintamarre !


dimanche 4 novembre 2012

Parfois, je ne comprends pas...

Amma
Un objet change-t-il simplement parce qu'il est nommé différemment ? L'eau, par exemple, se dit vellam en malayâlam et pani en hindi ; sa couleur et son goût changent-ils pour autant ? Non. Chacun comprend Dieu et le vénère en fonction de sa propre culture. (Amma)

Oui, il serait tellement simple de respecter la religion de l'autre, qu'il soit chrétien, juif, musulman, bouddhiste, ou autre. Et pourtant, voyez tous ces hommes qui s'entre-tuent au nom de la religion... Quelle absurdité !... Quelle contradiction avec le mot Amour !...
Et ce n'est, hélas!, pas récent. Rappelez-vous le temps des croisades...
Parfois, je ne comprends pas la réaction de l'homme... parfois, je ne comprends pas l'homme...
.
.