et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

lundi 19 novembre 2012

Non, je ne me mettrai pas en colère

Avant de vous mettre en colère contre quelqu'un, pour une raison ou pour une autre, lisez ce court extrait de « La colère » de Thich Nhat Hanh, ou mieux, lisez le livre TOUT ENTIER ! (sourire)

« Quand on est furieux, on a tendance à penser qu'un autre en est responsable. Mais une analyse en profondeur permet de découvrir que les graines de la colère se trouvent en soi. Bon nombre de gens, dans la même situation que vous, ne se mettront pas en colère. Bien qu'ils aient entendu les mêmes paroles blessantes, ils ont conservé leur calme. Pourquoi réagissez-vous ainsi ? C'est peut-être parce que la graine de colère en vous est trop puissante. Elle a été sans doute trop souvent arrosée par le passé, parce que vous n'avez pas employé les bonnes méthodes.
Nous avons tous une graine de colère dans la profondeur de notre conscience. Mais, chez certains, cette graine est plus grosse que celle de l'amour ou de la compassion, par exemple. Si elle a pris une telle puissance, c'est en raison d'une absence de pratique. Lorsque nous commençons à cultiver l'énérgie de la Pleine Conscience, la première chose que nous découvrons, c'est que la cause principale de notre misère ne tient pas à l'autre, mais à la graine de colère présente en nous. Alors nous cessons d'accuser un tiers d'en être à l'origine, le sachant désormais qu'une cause secondaire. Une telle forme de conscience engendre un grand soulagement, et on commence à se sentir mieux. »

24 commentaires:

  1. Merci pour cet extrait intéressant ... à méditer.

    Oui, lisons ce livre.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, oui... mais ça fait parfois du bien de ne pas être sage ;-)
    Bonne journée Françoise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut ne pas être sage, et ne pas se mettre en colère, Philippe :-)
      Belle soirée à toi, et douce nuit.

      Supprimer
  3. La colère est liée à la peur, et entraîne des réactions difficiles ensuite à contrôler. Souvent la suite devient le ressentiment et c'est un cercle infernal. Un travail sur soi permet d'exprimer autrement les choses que l'on a dire (ou à se dire d'ailleurs), après réflexion et posément. Facile à dire oui mais comme tout travail sur soi, possible.
    Je t’embrasse Françoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cercle infernal, tu l'as dit, Louis-Paul, et l'on se fait du mal à soi en premier. Alors il vaut mieux éviter et apprendre à exprimer la colère autrement, oui. Je pense que tu ne dois pas être un homme à te mettre souvent en colère, je me trompe ? :-)
      Bonne soirée à toi, Louis-Paul. Je t'embrasse.

      Supprimer
    2. Avant si Françoise; avant 2003. "La colère, ce luxe que peuvent parfois se payer des gens mieux équilibrés..." a écrit Bill W.

      Supprimer
    3. Mais plus maintenant, et c'est ce qui est important (sourire).
      Je t'embrasse Louis-Paul, bonne soirée à toi.

      Supprimer
  4. Sourire...
    C'est tellement vrai!
    Merci Françoise de cet extrait qui trouve une résonance particulière en moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux, Hélianthine ! :-) Gros bisous !

      Supprimer
  5. Je l'ai souvent appris à mes dépens, mais à force de l'intellectualiser, j'espère un jour éradiquer la colère en moi qui n'existe plus trop au quotidien mais peut naitre d'une profonde blessure encore, et oui, elle découle de moi, comme une source bouillonnante insaisissable parfois !:) bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons tous en nous des graines de colère (anciennes blessures de l'enfance, ou autres) qui peuvent se réveiller dans certaines circonstances. Lorsqu'on en a pris conscience, nous avons déjà fait un grand pas. Il faut se dire aussi que celui qui nous agresse a, lui aussi, des graines de colère en lui, et que sa colère lui appartient en fait, peut-être essayer de lui faire comprendre. Bon, mais ce n'est pas toujours facile, je le concède... :-)
      Gros bisous, Avalon, et bonne soirée à toi.

      Supprimer
  6. extrait d'une grande sagesse, oui mais devant une injustice flagrante, il est difficile de se contenir, néanmoins, ce n'est pas la bonne solution d'exploser, souvent cela ravit plus les agresseurs qu'autre chose, ils ont fait mouche. A présent je demande que l'on m'écrive et que je répondrai seulement par écrit, c'est idéal pour désamorcer un conflit. les paroles s'envolent trop vite ce sont des balles de mitraillette, l'écriture est une arme beaucoup plus pointue,réfléchie, peu de gens l'utilise et vous aurez une paix royale!! j'adore votre blog, je viens souvent y puiser la sagesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Kath, et bienvenue ! :-)
      "souvent cela ravit les agresseurs, ils ont fait mouche" : oui, vous avez raison, et certains sont des as en la matière, ils savent très bien faire, il faut s'en méfier.
      Par écrit, c'est peut-être plus facile, mais attention ! certains mots peuvent être mal interprétés. Etre très prudent dans les mots que l'on utilise, pour qu'il n'y ait pas de mauvaise compréhension. Mais c'est vrai que c'est une bonne façon de se réconcilier après une dispute, par exemple, ou un malentendu. A condition, toutefois, que l'autre veuille bien "entendre" les mots, ce n'est pas garanti à 100 %. Et s'il y a vraiment obstination de l'autre à ne pas vouloir comprendre ou reconnaître peut-être ses torts, savoir laisser tomber, et passer à autre chose...
      Je suis ravie que mon blog vous plaise, Kath, merci pour vos mots. A bientôt ! :-)

      Supprimer
  7. oui il faut assumer sa part de responsabilité, aucune cause n'est extérieure (même si à première vue le comportement de l'autre est agressif, il ne dépend que de nous de nous laisser toucher ou non), l'origine est en nous, c'est la même chose quand il s'agit s'aborder un problème, c'est nous qui l'envisageons comme négatif, alors qu'il est (neutre), c'est tout, c'est notre regard qui colore la réalité. J'ai moi même eu quelques grosses colères que je justifiais par le comportement des autres mais à la base ce n'est que mon égo (souvent meurtri) qui s'exprimait et je l'ai toujours regretté.
    Bises Françoise et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En te lisant, Gwen, je suis sûre que nous avons sensiblement les mêmes lectures, et la même façon d'appréhender la vie... (sourire)
      Bises à toi aussi, et bonne soirée.

      Supprimer
  8. Je partage tout à fait l'avis de cet auteur. J'ai eu longtemps en moi une graine de colère bien trop importante et j'ai pu réussir à la mettre de côté. Mais cela a été un très long chemin.
    Merci.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chemin est parfois long, mais le principal est d'y arriver :-)
      Belle journée à toi aussi, Bonheur du Jour.

      Supprimer
  9. C'est très juste, Thich Nhat Hanh a beaucoup à nous apporter, la pleine conscience est un véritable art de vivre...
    merci pour ce partage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui te remercie, Sarah ! (sourire)
      Belle soirée à toi, et bon week-end.

      Supprimer
  10. L'auteur semble parler de la colère émotionnelle et réactive. Son but est de rétablir un équilibre personnel, mais il n'en donne pas les moyens, si ce n'est l'injonction d'une "culture d'énergie de la pleine conscience" ??? Kézaco ???

    L'auteur occulte la "colère légitime", nécessaire à la vie sociale et à son organisation. (je suis en colère contre les assassins et les violeurs....)
    Il occulte également les dégâts souterrains" de la colère refoulée au profit d'une pseudo énergie positive.

    En bref, cet "enseignement" me semble d'une légèreté inquiétante et infantilisante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait lire le livre entièrement, Alain. Mais je sais que tu es récalcitrant à tout cela. Moi-même, je ne suis pas d'accord avec tout. Dans cet extrait, il parle en effet de colère émotionnelle et réactive, mais ce ne sont que quelques lignes du livre, et ces quelques lignes m'ont parlé à ce moment-là, à un moment où j'avais une grosse colère en moi. Je me suis alors posée la question de savoir pourquoi "cet" événement me mettait dans ce tel état de colère. D'où ce billet... Voilà :-)
      Bonne soirée à toi, Alain, et merci de ta visite.

      Supprimer
  11. pendant longtemps je ne réagissais qu'avec la colère ;pour m'excuser un peu ,j'ai été élevée ds ce contexte ;chez mes parents ,tout n'était souvent que colère et mauvaise humeur,et il fallait bien s'armer contre ;la colère engendre la colère ;
    c'est vrai que de temps en temps ,un bon coup de colère faisait du bien ;
    mais on est bien aussi avec plus de calme ;je vieillis ,j'apprends à me contenir ,je n'ai même plus besoin de me contenir ,ça ne vaut pas la peine de se mettre en colère ;
    il y a des cas ,encore ,ou je suis révoltée et la colère ,légitime ,arrive ;on ne peut pas ,non plus ,tout accepter !
    je suis arrivée sur ce blog en pensant par chez Louis-paul ;je suis heureuse de le connaitre en vrai ;une amitié de blog et il est venu me voir pendant ses vacances,deux fois ;
    je crois effectivement que chez lui ,tout est calme et douceur ;mais il a appris ;c'est quelqu'un que j'aime beaucoup ;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Ani, et bienvenue chez moi
      Je suis ravie que tu aies trouvé ce chemin en passant par le blog de Louis-Paul, car, tout comme toi, je l'estime beaucoup.
      Oui, la colère, il n'est pas toujours facile de la contrôler, mais pourtant, lorsqu'on a appris, quel bonheur... :-)
      Belle soirée à toi, Ani, et merci de ta visite.

      Supprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.