et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mardi 25 octobre 2011

Un rêve revisité

Il y a deux semaines, je suis allée à une journée de Pleine conscience. Je vous reparlerai de cette journée une autre fois, mais ce soir, j'ai envie de vous en raconter juste un instant, mais un instant fort pour moi.
Nous étions un groupe de 14, et se trouvait avec nous, Chantal, une intervenante astrologue, psychothérapeute et prof de Qi Gong. Le thème du jour était "le rêve". Moi qui rêve beaucoup, vous pensez bien que j'étais intéressée. Chacun à notre tour, si nous le désirions, nous pouvions raconter un rêve, récent ou ancien, un rêve en tous cas qui nous avait marqués. J'ai eu envie de raconter un rêve que je faisais il y a déjà plusieurs années, un rêve récurrent, qui se terminait invariablement en cauchemar. Je rêvais que j'étais chez moi, dans ma maison, seule, et que quelqu'un frappait à la porte. Dans ce rêve, je ne voulais surtout pas ouvrir la porte, car il y avait un danger terrible si je l'ouvrais. Alors je criais dans mon rêve pour me réveiller et je me réveillais sans savoir ce qui se trouvait derrière la porte. La journée, je me disais qu'il fallait absolument que je me débarrasse de ce rêve, et qu'il faudrait que j'ouvre cette porte la prochaine fois que je ferai ce rêve. Ce que je fis quelques jours suivants. A nouveau dans mon rêve, j'entendis frapper à la porte, et au lieu de crier, je décidai de l'ouvrir. Ce que je fis. Je me trouvai alors face à face avec une petite fille blonde aux yeux bleus (moi, oui, j'étais blonde lorsque j'étais petite). Mais curieusement, dans ce dernier rêve, car je ne le refis plus après, j'attrapais cette petite fille par le bras, et l'envoyais furieusement valdinguer dans les airs pour m'en débarrasser !... Pourquoi cette violence après elle ?... je n'en savais rien, mais je ne refis pas ce rêve.
J'expliquai donc ce rêve à Chantal et aux autres personnes. Chantal me demanda si j'étais d'accord pour revivre ce rêve, mais en le revivant actuellement, avec les gestes que j'aurais maintenant à l'égard de cette petite fille. J'acceptai. Je recommençai donc à raconter mon rêve, jusqu'au moment où j'ouvre la porte et me trouve face à face avec cette petite fille. "Que fais-tu, alors, maintenant ?" me demande Chantal. "Là, je la prends par la main, et l'attire doucement vers moi." "Et puis ?" "Je la prends dans mes bras, et la serre tendrement." "Et maintenant, que fais-tu ?"... Très émue, et au bout d'un moment qui me semble interminable, je finis par dire : "Et je lui dis que je l'aime...". Moment de silence... Cette petite fille dans mon rêve était moi, moi qui n'arrivais pas à m'aimer, que je rejetais, que je violentais... Et maintenant, me suis-je enfin réconciliée avec moi ?... Ai-je enfin appris à m'aimer ?... Oui, je crois bien que oui...

mardi 18 octobre 2011

Des nouvelles du petit bonhomme / 14

Cela fait déjà quelques semaines que je ne vous ai pas donné de nouvelles du petit bonhomme courageux, en voici donc.
Le petit bonhomme va toujours de mieux en mieux. Il marche maintenant presque sans boiter, en pliant bien son genou, et sans donner la main à quelqu'un. Il adore marcher, il redécouvre, il aurait envie de courir aussi, mais patience, petit bonhomme, ce sera pour bientôt. Le petit bras retrouve lui aussi un peu de sa mobilité.
Le petit bonhomme retrouve aussi son caractère d'avant, celui d'un petit garçon qui dit "non !", que ses parents sont obligés de punir un peu car il fait des sottises et n'obéit pas. Mais ses sottises font presque plaisir, ses parents retrouvent vraiment le petit garçon d'avant, avec son caractère bien à lui ! (sourire)
Samedi dernier, Noé et ses parents sont retournés, en visiteurs cette fois-ci, au service de l'hôpital où il avait été pris en charge lors de sa rupture d'anévrisme. Les soignants, qui n'avaient pas oublié ce petit garçon et ce qui lui était arrivé, n'en revenaient pas de le voir ainsi, marcher dans les couloirs, heureux de vivre et si plein de vie, eux qui ne lui donnaient que si peu de chances de s'en sortir. Ils ont même prononcé le mot "miracle"... Moment émouvant, pas forcément facile pour les jeunes parents, mais qu'il était sûrement nécessaire de faire pour exorciser tous ces mauvais souvenirs...

**********
 Mon amie Marie vient de m'envoyer la photo de ce petit nounours tout mignon, 
« en cadeau pour ti-Noé, ses parents et ses grands-parents »
 « Plus fort la vie !!! », me dit-elle... (sourire).

Merci Marie, je mets ce joli petit nounours ici... :-)

Ce joli petit nounours a été peint par une amie de sa fille : Nanou Herman.

jeudi 13 octobre 2011

Petite introspection...

Depuis quelques temps, je me rends compte que je suis en train de changer. Une autre perception de la vie, une autre perception du temps, un je ne sais quoi, mais un changement évident est en train de s'effectuer. Ce changement, je ne le contrôle pas, il se fait naturellement.
Peut-être est-ce que cela a débuté après l'accident de mon petit-fils ?
Peut-être est-ce que cela s'est accentué depuis les soins de Reiki prodigués par Isabelle ?
Peut-être est-ce dû à d'autres choses que je ne peux encore définir ?
Je ne sais pas, c'est peut-être un tout. Mais ce qui est sûr, c'est que je me sens beaucoup plus dans la réalité. Cela ne veut pas dire que je ne rêve plus, non, mais je me sens plus présente dans ce que je fais, plus présente avec les personnes qui m'entourent, plus disponible, plus à l'écoute.
Et puis, comme j'en parlais sur l'un de mes précédents billets, j'ai moins besoin de planifier les choses, de m'imposer des activités, j'ai moins l'angoisse du "non prévu", moins l'angoisse du temps qui passe... Bref, je vis au présent.
Je me sens moins compliquée, aussi. Je prends les choses comme elles viennent, sans me prendre la tête pour savoir le pourquoi du comment, sans me poser la question de savoir si cela se fait ou pas. L'important est que je soie d'abord en accord avec moi-même, et je le serai alors avec les autres.
Je relativise ce qui doit l'être, pour me soucier uniquement de ce qui le mérite ou de ce qui a un sens, du moins pour moi.
Dans ma maison, j'ai fait beaucoup de vide, de tri, ces derniers temps, beaucoup de rangement aussi, de nouvelles dispositions, de nouveaux aménagements. Du rangement dans la maison, mais dans ma tête aussi... ce qui va souvent de pair.
J'ai aussi jeté plein de brouillons de billets qui étaient en réserve depuis plusieurs mois, voire plusieurs années même, mais qu'il me paraissait maintenant tellement puéril, tellement inutile de publier.
Peut-être suis-je à un stade de ma vie où j'arrive enfin à lâcher-prise avec des choses qui m'encombrent, qui m'immobilisent, qui m'empêchent de respirer. Je ne sais pas ce que ce changement signifie, mais je pense que tout changement est une réponse à une question, même si celle-ci est encore inconnue de nous, tout changement est porteur d'énergie nouvelle, tout changement ouvre de nouvelles portes. Alors, allons-y... :-)

mercredi 12 octobre 2011

En deux mots - Yves Jamait

J'adore cet artiste, sa voix, sa musique, ses textes. Il m'émeut énormément.
Si vous ne le connaissez pas encore, ne repartez pas sans le découvrir...


Les paroles --> ici
.

mercredi 5 octobre 2011

Biennale internationale d'art Hors les Normes 2011

Du 1er au 9 octobre, en ce moment donc, à Lyon, se tient la Biennale internationale d'art Hors les Normes. Cliquez sur ce lien : Biennale et sur celui-ci Les artistes exposants, vous y verrez des œuvres étonnantes, et pas du tout académiques...
Si vous en avez la possibilité, allez-y ! il paraît que cela vaut vraiment le détour. Moi, je ne pourrai pas m'y rendre, et je le regrette bien... l'année prochaine, peut-être...
Mais si certains d'entre vous y vont, je compte sur eux pour me raconter et me dire ce qu'ils en auront pensé !... :-)

lundi 3 octobre 2011

La rentrée et la reprise des activités

Les années précédentes, et ceci depuis déjà longtemps à la rentrée, j'avais le besoin de m'inscrire à un "tas" d'activités, que ce soit la chorale, la gymnastique, la danse, le tai chi chuan, la peinture, etc., comme s'il fallait absolument que je rythme mes semaines avec ces activités, comme si j'avais peur de m'ennuyer, comme si j'angoissais à l'idée de n'avoir rien de programmé, rien de défini, pour les jours de la semaine.
Cette rentrée, je n'ai pas eu envie de m'inscrire à une quelconque activité, je n'ai pas eu envie d'avoir un rythme à suivre : le mardi, cours de..., le jeudi, cours de..., etc. Je n'ai pas eu envie de m'imposer des sorties. En fait, je crois que cette angoisse de ne "rien avoir de prévu" a disparu. La seule sortie à heure fixe et jour fixe, et encore j'y vais juste si je le veux et quand je le peux, car il n'y a aucune obligation, est une soirée "méditation et réflexions sur la pleine conscience" qui a lieu une fois tous les quinze jours, une sortie libre et gratuite (en plus !...) D'ailleurs, je vous en reparlerai, car ces soirées sont très riches et m'apportent beaucoup en sérénité et en zénitude... Ensuite, j'ai pris une carte d'abonnement au cinéma du coin pour pouvoir me faire une sortie cinoche lorsque l'envie me prendra et lorsqu'un film m'incitera à y aller. J'ai pris également un abonnement dans une nouvelle médiathèque, pour avoir le plaisir de feuilleter et choisir quelques bons livres. Et puis, mais ce ne sera qu'en début d'année prochaine, je continuerai ma formation au Reiki.
Voilà donc une rentrée calme et sans sorties programmées, et cette rentrée, c'est tout à fait ce qu'il me convient, avoir le moins d'obligations possibles, vivre à ma guise, à mon rythme surtout, autant que je le peux. Et ne pas m'éparpiller...

Et vous, avez-vous besoin d'avoir un programme bien établi pour votre semaine, ou bien laissez-vous libre de votre programme au jour le jour ?...