et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

mercredi 1 septembre 2010

Ne faites pas de suppositions

Nous avons tendance à faire des suppositions à propos de tout. Le problème est que nous croyons ensuite qu'elles sont la vérité. Nous serions prêts à jurer qu'elles sont vraies. Nous faisons des suppositions sur ce que les autres font ou pensent, forts de quoi nous en faisons une affaire personnelle, puis nous leur en voulons et nous leur communiquons du poison émotionnel par nos propos. Voilà pourquoi chaque fois qu'on fait des suppositions, qu'on prête des intentions à autrui, on crée des problèmes. Nous faisons des suppositions quant aux raisons d'agir d'autrui, nous les interprétons de travers, nous en faisons une affaire personnelle, et nous finissions par créer tout un drame pour rien du tout.
Toute la tristesse et les drames auxquels vous avez été confrontés dans votre vie proviennent de cette habitude de faire des suppositions, de prêter des intentions à autrui et de prendre les choses personnellement. Le rêve de l'enfer tout entier découle de ces comportements.
(...)
Il vaut toujours mieux poser des questions que de faire des suppositions, parce que celles-ci nous programment à souffrir
.
Source : Les quatre accords toltèques, de Don Miguel Ruiz, éd. Poches Jouvence, p. 65.

Exemples de suppositions :
- Vous êtes invités chez un couple d'amis. Lorsque vous arrivez, vos amis ont l'air de faire la tête, de ne pas être contents que vous veniez, que vous soyez là. Vous vous dites qu'ils ont quelque chose contre vous, que vous avez fait quelque chose qui leur a déplu, vous vous imaginez tout un tas de choses. Alors qu'en fait, ils se sont disputés juste avant que vous n'arriviez, et qu'une tension s'est créée entre eux, vous n'y êtes donc pour rien du tout...
- Une amie a dit qu'elle vous téléphonerait tel soir, à telle heure. Vous attendez, et le coup de fil n'arrive pas. Vous allez penser qu'elle vous a oubliée, qu'elle se fiche pas mal de vous, alors que, tout simplement, elle a eu un imprévu.

On peut en trouver plein des exemples ! Je suis sûre que vous en avez !

Et vous savez quoi ? Je suis la reine des suppositions, et je suis bien décidée à me soigner !... (sourire)

13 commentaires:

  1. BONJOUR FRANÇOISE

    C'est vrai que bien des évènements et des tristesses survenus dans notre vie, proviennent de nos suppositions, toutefois l'auteur y va un peu fort en écrivant "TOUTE la tristesse et les drames..."

    J'ai un exemple amusant a te raconter.

    A chaque fois que je porte mon verre à la bouche, je l'essuie.
    Des amis m'ayant vu faire cela chez moi,
    le sujet a été traité. Certains pensaient que leurs verres étaient sales .
    Explication; J'ai un T.O.C. maintenant ils en rient et on me donne 3 ou 4 serviettes...

    J'ai fait cela en ARDÈCHE dernièrement, mais le monsieur m'a tout de suite posé la question, donc les choses étaient claires du départ et je n'ai vexé personne.
    (Je ne préviens pas, car pour certains, ça passe inaperçu)

    Bisous FRANÇOISE bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, Françoise.
    Oui, il faut te soigner...!!!!
    En réalité, lorsque l'on suppose, c'est à soi que l'on pense, pas à l'autre...
    Bonne journée.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  3. @Marie : merci pour cette anecdote. C'est vrai, qui ne demande pas, ne sait pas et peut s'imaginer je ne sais quoi. C'est tellement facile pourtant de demander une explication...
    Moi aussi, j'ai des TOC... (sourire).
    Belle soirée à toi. Gros bisous.

    @Mais bien sûr, Herbert, que je vais me soigner ;-)
    Oui, tu as raison, c'est à soi que l'on pense...
    Bonne fin de soirée. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. Alors Françoise, il faut que je te dise quelque chose, je ne voudrais pas te vexer, ni t'enlever tes illusions, mais je suis aussi la reine des suppositions... Bon, je peux me résoudre à la place de Dauphine, mais je n'irai pas plus loin, sourire. Ton article tombe à pic, j'ai eu une conversation aujourd'hui à ce sujet. Oui il faut poser des questions, ne pas avoir peur des réponses, car en général elles ne peuvent pas rivaliser en pessimisme avec nos suppositions, donc ça ne peut pas être pire ! Mais ça peut être mieux. Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  5. (rire)
    Si tu veux, alors, la Dauphine !... :-))
    Oui, il faut poser des questions, c'est évident. Mais lorsqu'en face, la personne ne veut pas te donner de réponse, tu fais quoi ?... tu continues à faire des suppositions... ;-)
    Non, mais sans rire, les suppositions, pour moi, c'est terminé !... enfin... je vais essayer... ;-)
    Belle fin de soirée à toi, Kat, et douce nuit.
    Je t'embrasse fort moi aussi.

    RépondreSupprimer
  6. C'est vrai qu'il vaut mieux poser les questions que de faire travailler l'imagination. ...mais parfois c'est la;peur du ridicule.....il faut toute une vie pour se soigner!!! :)

    Bon weekend Françoise!

    RépondreSupprimer
  7. Toute une vie pour se soigner ?!!!...
    Non, j'y arriverai avant ! ;-))

    Bon week-end à toi aussi, Yog !

    RépondreSupprimer
  8. Encore faudrait-il que l'on puisse avoir des réponses, ce qui n'est pas le cas lorsque notre interlocuteur ment, se tait ou bien n'existe plus!
    Je sais , je ne suis pas très positif mais il me parait utopique de croire que le dialogue soit toujours la panacée.

    RépondreSupprimer
  9. Le dialogue arrange pourtant beaucoup de malentendus, Rom. Se parler, c'est important. Mais à condition, bien évidemment, et comme tu le soulignes, que le dialogue soit sincère et vrai, qu'il y ait un réel dialogue, ce qui n'est pas toujours le cas, en effet.

    RépondreSupprimer
  10. Oui, Françoise.
    Mais il me semble qu'il existe une faille logique dans l'énoncé.
    On ne peut poser de question, il me semble, sans faire de supposition.
    Et que dire des questions que l'on se pose trop tard, post mortem?

    RépondreSupprimer
  11. Oui, c'est exact, Rom.

    Tu veux dire, les questions que l'on n'a pas posées avant le départ de la personne ?
    Celles-ci resteront toujours sans réponse, hélas !...

    RépondreSupprimer
  12. Quelque chose d'un peu plus joyeux.
    Une femme soupçonneuse scrute les chemises de son mari à la recherche du cheveu féminin prouvant son infidélité
    Elle ne trouve rien et s'exclame au retour de son époux
    "Et en plus tu me trompes avec une chauve!!"

    RépondreSupprimer
  13. (rire)
    Je la connaissais, mais j'ai du plaisir à la relire ! :-)

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.