et aussi de partager avec vous mes photos, mes lectures, mes goûts musicaux...

jeudi 8 juillet 2010

J'arrête, ce n'est pas pour moi...

Parfois, on se fixe un objectif, un but à atteindre. Et puis, la tâche étant bien plus ardue qu'on ne l'imaginait, on décide de renoncer. Peut-on dire, pour autant, qu'il s'agisse d'un échec ?
Est-ce honteux de renoncer ? de dire : non, pouce ! j'arrête...
Je pense que non. Au départ on ne se rend pas forcément compte des difficultés que l'on va rencontrer. Ni de l'imprévu parfois qui vient se mettre en travers de notre chemin. Nous ne sommes pas maîtres de tout, et heureusement, d'ailleurs.
Je pense que ce qui est important, avant tout, c'est d'essayer. Tout désir de changement, d'aller de l'avant, même si l'on chute en cours de route, est positif. Parce que pendant quelques temps, on y a cru, on a vraiment cru que c'était possible, et ce désir nous a porté en avant.
Ce n'est pas faire marche arrière, non, ce n'est pas un échec, non plus, c'est se dire tout simplement : Stop ! ceci, ce n'est pas pour moi...
Et c'est prendre soin de soi, parfois, de savoir dire : Stop, j'arrête !...

9 commentaires:

  1. Oui,l'important c'est d'avoir essayer,d'avoir fait de son mieux pour y arriver,tant pis si l'on y est pas arrivés.
    Et c'est faire preuve de grande sagesse, que de ne pas s'obstiner.Nous avons tous nos limites, des fois on arrive à les dépasser et des fois,non.
    Il faut accepter cet etat de fait et surtout ne pas le vivre comme un échec.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je suis de ton avis, Laure, c'est faire preuve de grande sagesse, en effet, que de ne pas s'obstiner.
    Merci à toi, et bon après-midi.

    RépondreSupprimer
  3. COUCOU FRANÇOISE,

    Ben moi, avant de " lâcher l'affaire" il s'en passe du temps!!!! j'essaie, je recommence,je regarde si je peux y arriver d'une autre manière, j'observe les autres en pensant que ça va me fournir une nouvelle idée.
    Parfois je renonce, puis 15 jours après j'y reviens... Ça peut durer... parfois des années ...suivant de quoi il s'agit. Puis un jour je dis NON, stop!!! Je n'y arriverais pas.
    non seulement je n'y arriverais pas, mais si ça "tombait du ciel", je n'en voudrais même plus tant ça me rappelle tout ce que j'ai fait pour ça.

    Bisous FRANÇOISE Bon après-midi.

    RépondreSupprimer
  4. il est vraiment TRES TRES TRES bien ton blog !!!!

    j'y viens, j'y reviens , j'y passe, j'y repasse, je lis, je relis.... plusieurs fois par jour

    MERCI FRANÇOISE

    RépondreSupprimer
  5. Tu es donc très persévérante, Marie ;-). C'est vrai qu'il le faut pour certaines choses, mais à condition de ne pas se "démolir" pour y arriver. Sinon, cela enlève le côté bénéfique.
    C'est vrai ce que tu dis : parfois, on s'entête sur quelque chose, on en fait une fixation. Et puis, lorsqu'on nous offre la possibilité de réaliser ce qui nous faisant tant envie quelques mois, quelques années auparavant, l'envie n'y est plus, et on n'en veut plus, comme tu le dis si justement.
    Oui, je sais qu'il est très très très bien mon blog (sourire).
    Viens, passe, reviens, repasse, no souci !... :-)
    Merci à toi. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  6. Françoise,je passe en coup de vent te souhaiter une belle journée.

    RépondreSupprimer
  7. Belle journée à toi aussi, Laure !

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Françoise,
    Faut-il à chaque fois donner une raison pour stopper quelque chose que l'on avait envie de faire ? Je ne crois pas. La force est d'oser se dire, je me suis trompée de chemin et la liberté est de pouvoir tenter des choses qui nous tiennent à coeur. Si je me consacrais moins aux autres, j'en ferais des choses que je laisse de côté pour plus tard.... Ne sera t-il pas trop tard ?
    Je te fais de gros bisous Françoise .
    Même si je suis moins présente tu as toujours mon amitié
    Chantal

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Chantal,
    Oui, se donner la liberté d'essayer, mais aussi celle d'arrêter.
    N'attends pas trop pour au moins d'essayer de les réaliser ces choses, Chantal, tu sais, le temps n'attend pas...
    Moi aussi, je te fais de gros bisous.
    Et ne t'inquiètes pas, je sais que tu n'es jamais bien loin (sourire).

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots que j'apprécie infiniment.